AFRIQUE (Structure et milieu)Géologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Phanérozoïque

Au moment de passer à l'ère paléozoïque, voyons comment se présente l'Afrique, qui émerge alors dans sa presque totalité. À la fin du Précambrien, les événements panafricains ont soudé et ressoudé les différents morceaux de l'Afrique, qui maintenant forment un tout. Nous y retrouvons les différents cratons nés de l'Archéen, enrichis des chaînes du Protérozoïque inférieur et moyen et complétés par les chaînes du Protérozoïque supérieur. Mais l'Afrique n'est pas seule. Il faut y ajouter, à l'ouest, l'Amérique du Sud, à l'est et au sud, Madagascar, l'Inde, l'Antarctique et l'Australie. Ils forment ce que l'on a appelé le continent de Gondwana, du nom d'une localité de l'Inde péninsulaire. La marge nord de cet ensemble s'affaisse lentement et demeure occupée par la mer. La sédimentation est marine à la limite Précambrien-Cambrien, dans le bassin de Tindouf-Anti-Atlas et jusque sur les bords de la péninsule arabique. C'est un immense domaine marin qui, désormais, s'étend au nord de cet ensemble. Il va baigner les rives des autres cratons précambriens : la Laurentia (bouclier canadien) et l'Eurasia (bouclier baltique et bouclier sibérien, sans doute encore séparés). Cette mer, dont la Méditerranée est la fille, a reçu les noms de Téthys ou de Mésogée. Elle va évoluer tout au long des temps paléozoïques pour se refermer lors de l'orogenèse calédono-hercynienne. Celle-ci aura pour résultat d'accoler le bouclier baltique à la Laurentia, puis de réunir cet ensemble au continent de Gondwana, rejoint, un peu plus tard, par le bouclier sibérien pour former l'ensemble continental que l'on a nommé la Pangée. Au cours des temps mésozoïque et cénozoïque, la Méditerranée va reprendre ses droits et, peu à peu, s'effectuera la dislocation de ce supercontinent.

L'époque calédono-hercynienne

À partir du domaine téthysien, les mers paléozoïques vont s'étendre progressivement sur la moitié nord de l'Afrique, sur le domaine saharien au sens large (craton ouest-africain, bouclier touareg, craton nilotique), mais elles n'atteindront pas l'Afrique centrale. Sur ce domaine, au nord, s'installe une mer épicontinentale, généralement de faible profondeur, dont les rivages vont être extrêmement changeants au cours de cette période, tandis qu'au sud une sédimentation sableuse témoigne seulement d'influences marines plus ou moins prononcées. La planéité du domaine est telle que la moindre variation du niveau de la mer entraîne de vastes modifications des conditions de dépôt et que la limite entre le domaine marin et les domaines continentaux est souvent difficile à préciser. En outre, on assiste à des mouvements de bascule de la « dalle » saharienne vers le nord-ouest, ce qui provoque des émersions plus ou moins importantes au sud. Des rejeux, certes faibles, des grands accidents nord-sud du socle ancien conduisent à la formation de môles à sédimentation réduite encadrés par des fossés où s'accumulent des sédiments variant rapidement de faciès. Le jeu de ces accidents est synsédimentaire. Au sud de l'Afrique, la mer qui occupait le bassin de Nama s'en trouve chassée par les derniers jeux de l'orogenèse damarienne, au début du Cambrien, mais elle migre et occupe, cette fois, la région du Cap, plus au sud.

Première étape (Cambro-Ordovicien et Silurien)

Au début du Paléozoïque, la mer du Cambrien se tient sur la marge nord semi-mobile de l'Afrique, dans l'Anti-Atlas. Elle y dépose des séries calcaires, schisto-calcaires, puis schisto-gréseuses, avec les célèbres faunes à Archaeocyathus et à Trilobites durant le Cambrien inférieur. Après une brève lacune, la sédimentation marine reprend et se poursuit durant le Cambrien moyen, pélitique au nord, gréseuse au sud. Cette mer ne s'est guère étendue sur le reste du domaine saharien, car on observe d'abord des faciès franchement littoraux, mais encore marins, dans l'Ougarta, puis mixtes, vers Hassi-Messaoud. Ailleurs, ce vaste domaine se couvre uniformément d'un manteau sableux qui avait été étalé sur la pénéplaine par un réseau fluviatile « en tresse » venu du sud. Il n'existe pas à ce moment de bassins sédimentaires individualisés. En revanche, la mer cambrienne s'est [...]

Afrique : le Cambrien

Dessin : Afrique : le Cambrien

L'Afrique au Cambrien. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 28 pages

Médias de l’article

Toponymes africains

Toponymes africains
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Subdivisions du Précambrien

Subdivisions du Précambrien
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Archéen en Afrique

Archéen en Afrique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Sud de l'Afrique : l'Archéen

Sud de l'Afrique : l'Archéen
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 22 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  AFRIQUE  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

L'Afrique couvre environ 30 300 000 kilomètres carrés et comptait, en 2017, 1,2 milliard d'habitants. Située entre 370 21' de latitude nord et 340 51' de latitude sud, elle est comprise pour l'essentiel dans la zone tropicale, et se partage entre zones à climats chauds et secs sous les tropiques, et zones à climats chauds et humides sous l' […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie

  • Écrit par 
  • Théodore MONOD
  •  • 5 805 mots
  •  • 16 médias

Suspendue aux flancs de l'Ancien Monde comme un « gigantesque point d'interrogation » – selon la pittoresque formule de Weulersse – l'Afrique représente le quart de la surface des terres émergées.De tous les continents c'est à la fois le plus massif (1 400 km2 pour 10 km de côtes, contre 300 pour l'Europe) mais surtout le plus tropical et, par conséquent, le plus chaud. S'ét […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

La préhistoire de l'Afrique est littéralement la préhistoire de l'humanité. Les recherches archéologiques effectuées en Afrique sont le fait de toutes les traditions académiques, offrant ainsi une multiplicité de perspectives sur l'évolution des sociétés humaines. En outre, le continent présente la plus longue séquence archéologique du monde, des débuts inc […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

L'histoire du continent tout entier apparaît comme une entreprise récente et difficile. Pendant longtemps, seules l'égyptologie, l'islamologie et l'histoire coloniale l'ont, chacune de son point de vue, abordée ; il faut noter du reste que les très anciens systèmes d'écriture, en Égypte, à Méroé, en Éthiopie, sont encore loin d'avoir apporté toutes les info […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Alors que s'achève la décolonisation en Asie à la fin des années 1940, le mouvement se déplace en Afrique, tout spécialement au Maghreb, en pleine ébullition. Il existe pourtant déjà un pays d'Afrique du Nord qui a obtenu son indépendance : la Libye. C'est un précédent et un exemple. À leur tour, les nationalistes […] Lire la suite

FRONTIÈRE

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 6 356 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Tracés des frontières et héritages coloniaux »  : […] Toutefois, le discours sur l’artificialité des frontières se focalise surtout sur la question des héritages coloniaux. Il se construit souvent en décalage avec la genèse des tracés, comme l’illustrent les frontières postcoloniales du continent africain. Les frontières africaines résultent d’un découpage rapide et exogène : les puissances européennes (notamment la France et le Royaume-Uni), rivale […] Lire la suite

NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Nashidil ROUIAÏ
  •  • 4 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des projets à risque ? »  : […] D’autres critiques portent sur la nature des projets financés ou impulsés par la Chine à travers les Nouvelles Routes de la soie. L'Afrique du Sud s'est tournée vers la République populaire pour le financement à hauteur de 4 milliards de dollars de deux centrales à charbon. Pour sortir de la crise énergétique due à sa dépendance à l’hydroélectricité, le Zimbabwe voisin s’est lancé dans la construc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne FAURE-MURET, « AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-structure-et-milieu-geologie/