AFRIQUE-OCCIDENTALE FRANÇAISE (A.-O.F.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Charles de Gaulle à Abidjan, 1958

Charles de Gaulle à Abidjan, 1958
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Indépendance de la Mauritanie

Indépendance de la Mauritanie
Crédits : Hulton Getty

photographie


Créée par un décret du 16 juin 1895, sous la direction d'un gouverneur général, l'Afrique-Occidentale française (A.-O.F.) répond à la nécessité de coordonner sous une autorité unique la pénétration française à l'intérieur du continent africain. L'A.-O.F. est, à l'origine, constituée des colonies de la Côte-d'Ivoire, de la Guinée, du Sénégal et du Soudan. Deux nouveaux textes, le 1er octobre 1902 et le 18 octobre 1904, achèvent d'organiser le groupe de colonies. Le gouverneur général, résidant à Dakar, capitale de la fédération, coiffe les lieutenants gouverneurs des différentes colonies et communique seul avec le ministre des Colonies. Il dispose d'un budget général, alimenté notamment par les recettes douanières des colonies formant l'A.-O.F. La loi de 1900 a créé l'armée coloniale et doté l'A.-O.F. de structures militaires.

L'organisation de l'ensemble est surtout l'œuvre des gouverneurs généraux Roume et Merlaud-Ponty qui dirigent la fédération chacun durant six années, de 1902 à 1914. Au fur et à mesure de la conquête et de l'occupation sont créées les unités administratives, cercles et subdivisions. De grands emprunts sont émis pour l'équipement du pays. Successivement, le Dahomey, le Niger, la Mauritanie sont érigés en colonies et intégrés à l'A.-O.F. En 1921, la Haute-Volta est constituée à partir de territoires enlevés au Soudan. Elle sera dissoute en 1932, dépecée entre la Côte-d'Ivoire, le Soudan et le Niger, avant d'être reconstituée en 1947.

Des décrets, pris le 30 mars 1925, associent les Africains à la gestion de leurs intérêts, instituant des collèges électoraux indigènes. Quelques Africains siègent au Conseil de gouvernement de l'A.-O.F. Par décret du 13 janvier 1930, dix-huit chefs sont élus au Conseil colonial du Sénégal. L'accès à la citoyenneté française est libéralisé, mais cette mesure n'a guère de conséquences. En 1937, il n'y a que 72 000 indigènes [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale

Classification


Autres références

«  AFRIQUE-OCCIDENTALE FRANÇAISE (A.-O.F.)  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire francophone »  : […] La décolonisation de l'Afrique noire française apparaît, elle, largement comme un problème « mûri de l'extérieur » : à l'issue de la guerre, l'opinion, les partis et les gouvernants français n'étaient absolument pas prêts à envisager une perspective d'indépendance des colonies, tant la « reprise du rang » par la France dans le concert des grandes puissances s'identifiait à la grandeur de l'empire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-les-decolonisations/#i_28725

BÉNIN

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS
  •  • 8 254 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La rupture coloniale »  : […] La colonisation bouleversa profondément ce processus de modernisation conservatrice. Au terme d'une longue guerre de résistance, le roi Béhanzin (1889-1894), fils de Glélé, fut en effet déchu de son trône et le Dahomey placé sous protectorat français. S'appuyant sur les rivalités entre Abomey et le roi Toffa de Porto-Novo, la France conquit non sans difficulté le royaume rebelle et, en 1894, plaç […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benin/#i_28725

BURKINA FASO

  • Écrit par 
  • Michel IZARD, 
  • René OTAYEK, 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 7 345 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La conquête française et la période coloniale (1895-1960) »  : […] En mai 1895, une colonne française, partie de Bandiagara et commandée par le capitaine Destenave, arrive à Ouahigouya, résidence du Yatenga naaba Baogo (1885-1895), qui doit faire face depuis plusieurs années à une révolte armée d'une partie de l'aristocratie du royaume, soutenue par les Peuls du commandement de Tyu. Un mois plus tard, en juin, alors que le Yatenga est devenu protectorat français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burkina-faso/#i_28725

DEFFERRE GASTON (1910-1986)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 1 390 mots

Gaston Defferre est né le 14 septembre 1910 à Marsillargues (Hérault), dans une famille protestante. Son père, avoué, le conduit à choisir des études de droit. Après le lycée de Nîmes, Gaston Defferre s'inscrit à la faculté d'Aix-en-Provence, où il obtient une licence de droit et un diplôme supérieur d'économie politique. Souci d'indépendance ? Il quitte à vingt et un ans sa famille pour Dakar, où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-defferre/#i_28725

DIA MAMADOU (1910-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 357 mots

Figure emblématique de la vie politique sénégalaise, compagnon puis rival de Léopold Sédar Senghor, Mamadou Dia fut Premier ministre de son pays de 1959 à 1962. Né le 18 juillet 1910 dans une famille musulmane de Khombole, dans le Sénégal oriental, Mamadou Moustapha Dia étudie à l'école William-Ponty, puis travaille comme instituteur et journaliste avant de se lancer en politique au début des an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mamadou-dia/#i_28725

FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 16 589 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Reprise de l'expansion »  : […] La reprise de l'expansion coloniale se dessine à partir de 1890. Les causes en sont complexes. Évidemment, l'expansion appelle l'expansion. Tenir le Tonkin conduit à s'intéresser au Yunnan et à la Chine du Sud. Quand on occupe la Tunisie et l'Algérie, on ne saurait tolérer un Maroc indépendant ou permettre à d'autres de s'y établir. L'alliance russe rassure le gouvernement sur sa position en Europ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-colonial-francais/#i_28725

GUINÉE

  • Écrit par 
  • Monique BERTRAND, 
  • Bernard CHARLES, 
  • Agnès LAINÉ
  • , Universalis
  •  • 19 483 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Mise en place du système colonial »  : […] Les premiers contacts avec l'Europe datent du xv e  siècle, quand les explorateurs portugais commencèrent à jalonner les côtes occidentales de l'Afrique de leurs comptoirs commerciaux et se livrèrent au trafic d'esclaves, d'or, d'ivoire. La toponymie conserve encore leur marque (Rio Nuñez, Rio Pongo, Cap Verga), et nombre de familles leurs noms (F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guinee/#i_28725

HOUPHOUËT-BOIGNY FÉLIX (1905-1993)

  • Écrit par 
  • Bernard NANTET
  •  • 2 077 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du militant à l'homme politique »  : […] À dix-huit ans, Houphouët-Boigny est admis à l'école normale William-Ponty de Gorée, au Sénégal. C'est à cette occasion qu'il s'éveille au militantisme, en refusant d'embarquer sur le navire pour le Sénégal tant que les étudiants africains sont obligés de voyager sur le pont plutôt qu'en troisième classe. Il en revient, en 1925, major de sa promotion avec le grade de médecin auxiliaire. Il exerce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-houphouet-boigny/#i_28725

INDÉPENDANCE DE L'AFRIQUE NOIRE FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 183 mots
  •  • 2 médias

Membres depuis 1946 de l'Union française, nouvelle appellation de l'empire créée par une IV e  République initialement résolue à conserver ses possessions d'outre-mer, les colonies françaises d'Afrique noire acquièrent leur indépendance de manière pacifique. Le processus commence avec la loi-cadre Defferre de juin 1956 qui les dote d'une autonomie interne, se poursuit avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/independance-de-l-afrique-noire-francaise/#i_28725

MALI

  • Écrit par 
  • Pierre BOILLEY, 
  • François BOST, 
  • Christian COULON
  •  • 8 519 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Du Soudan français au Mali actuel »  : […] Les Européens avaient depuis longtemps tenté de pénétrer le Soudan. Le premier d'entre eux aurait été un noble toulousain, Anselme d'Isalguier, qui aurait vécu à Gao au xv e  siècle et épousé une princesse songhay nommée Salou Casaïs. En 1470, un voyageur florentin, Beneditto Dei, visita Tombouctou, et, en 1618, un Français natif des Sables-d'Olo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mali/#i_28725

MAURITANIE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BALANS, 
  • Pierre BOILLEY, 
  • François BOST, 
  • Universalis
  •  • 10 127 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'immobilisme colonial »  : […] La pénétration coloniale française en Mauritanie obéit à des préoccupations essentiellement stratégiques. L'occupation tardive du territoire visait surtout à empêcher l'intrusion d'autres puissances européennes, et à réaliser la jonction entre l'Afrique du Nord française et l'A.-O.F. (Afrique-Occidentale française). D'abord menée pacifiquement à partir du Sénégal par Xavier Coppolani, qui obtien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mauritanie/#i_28725

SAINT-LOUIS, Sénégal

  • Écrit par 
  • Pierre VENNETIER
  •  • 313 mots
  •  • 1 média

La plus ancienne ville d'origine européenne d'Afrique occidentale. Fondée en 1659 sur l'île de N'Dar, comptoir commercial fortifié à l'embouchure du Sénégal, Saint-Louis abritait 12 000 habitants vers 1850, dont 2 000 Blancs. Capitale de l'A.-O.F. en 1895, la ville comptait alors 21 000 habitants. Port colonial, elle était aussi tête de ligne d'une très active navigation fluviale et le débouché na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-louis-senegal/#i_28725

SÉNÉGAL

  • Écrit par 
  • François BOST, 
  • Vincent FOUCHER
  •  • 10 065 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le Sénégal colonial : islam, arachide et assimilation »  : […] L'instabilité de la seconde moitié du xix e  siècle a facilité la poussée de l'islam maraboutique qui, bien qu'anciennement établi en Afrique de l'Ouest, était resté limité. Dans le contexte d'effervescence socio-politique, des marabouts pacifiques réussissent là où leurs prédécesseurs, avec leurs méthodes guerrières et prédatrices, avaient échou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/senegal/#i_28725

Pour citer l’article

Alfred FIERRO, « AFRIQUE-OCCIDENTALE FRANÇAISE (A.-O.F.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-occidentale-francaise/