AFRIQUE NOIRE (Culture et société)Civilisations traditionnelles

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Civilisation des cités

De la côte du Sénégal au Kordofan, dans la savane soudanienne et la steppe sahélienne qui, au sud, limitent le Sahara, des villes marquaient, bien avant la pénétration européenne, les têtes des caravanes transsahariennes, les centres d'échange, les capitales : Koumbi, capitale du Ghana, pays de l'or, qui comptait environ 30 000 habitants au xie siècle ; Mali, où résidait le souverain de l'empire connu sous ce nom ; Tombouctou et Djenné, centres intellectuels ; Gao, sur le Niger, capitale de l'empire des Songhaï ; plus à l'est, Ouagadougou, Kano, Zaria, Ndjimi, El Fasher. Cette liste, qui pourrait être facilement allongée, témoigne de l'extension géographique de la civilisation des cités.

La prospérité de ces villes se fondait moins sur les relations entre agglomération et campagnes environnantes – comme c'était le cas pour les gros villages de la civilisation des greniers – que sur un réseau de commerce à longue distance qui unissait ces villes entre elles et, par les pistes caravanières, au Maghreb. Les biens exportés par les cités-États étaient des marchandises de luxe : or, ivoire, pelleteries, bois précieux, cuirs travaillés, plumes. Ce commerce se fondait sur une exploitation artisanale des ressources naturelles et sur des techniques spécialisées de fabrication (comme, par exemple, la fonte du bronze à la cire perdue). Les marches sahariennes furent influencées par l'Islam ; mais le phénomène urbain n'est pas dû à cette influence : au sud de la zone soudanienne, en pays yoruba, d'autres cités-États se développèrent de manière indépendante (Ibadan, Bénin, Ifé et une dizaine de villes qui, au xixe siècle, comptaient chacune plus de 20 000 habitants).

Ces derniers noms évoquent un art idéaliste et classique, celui des têtes en bronze et en terre cuite d'Ifé, et un art massif et flamboyant, celui des plaques murales d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AFRIQUE NOIRE  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 269 mots
  •  • 1 média

Il ne semble pas exagéré de dire qu'il existe un « tiers monde » dans le champ d'étude des langues ethniques et que les langues de l'Afrique noire en font partie. On en a progressivement rendu compte depuis le xviie siècle ; mais, jusqu'à une date assez récente, cette documentation descriptive a souvent manqué de rigueur scientifique. À cela il y a de […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Les littératures traditionnelles africaines revêtent différentes formes, du récit appartenant au patrimoine identitaire d'un groupe ou d'une ethnie à la production d'œuvres entièrement nouvelles, inscrites dans les préoccupations les plus actuelles de cette ethnie ou de ce groupe […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Considérer les religions négro-africaines comme un ensemble susceptible de définitions appropriées renvoyant à des principes et des règles lui donnant une unité serait accorder une spécificité définitive à leurs manifestations et, au-delà de leur diversité, reconnaître un lien commun entre elles qui conférerait à l'Afrique tenue pour une entité homogène une […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 825 mots
  •  • 7 médias

Les arts africains, principalement la sculpture, sont connus en Europe depuis le xve siècle, mais n'ont acquis leur qualité d'expression artistique authentique qu'après 1906, quand les peintres cubistes les eurent fait « découvrir » comme un véritable art nègre. Mais l'art nègre du cubisme est-il vraiment […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE, 
  • Francis GEUS, 
  • Louis PERROIS, 
  • Jean POLET
  • , Universalis
  •  • 6 686 mots

Après avoir été longtemps tributaire d'une conception qui ne voyait en lui qu'un ensemble de formes privées de dimension historique, sans véritable référence au contexte qui le portait, l'art africain fait désormais l'objet d’une approche plus englobante, qui s'efforce de rendre aux œuvres leur place chronologique et de décrire au plus près leur environnement fonctionnel.Les arts des cours ancienn […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 141 mots
  •  • 1 média

La perception que l'Occident a pu avoir des arts africains a été fortement perturbée par ce que, dans les années 1920, on a appelé l'« art nègre ». Le choc esthétique et l'influence de ces formes sur les avant-gardes a un temps eu pour effet de faire passer au second plan la richesse des styles, ainsi que la complexité des liens entretenus avec l'univers social et religieux. Ce n'est que par l'étu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Civilisations traditionnelles », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-civilisations-traditionnelles/