AFRIQUE NOIRE (Culture et société)Civilisations traditionnelles

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Civilisation de la lance

Si les récoltes étaient une richesse, la terre n'était pas un capital dans l'Afrique traditionnelle car, comme l'air et l'eau, elle ne faisait jamais défaut : il suffisait de défricher. Par contre, le bétail jouait un rôle qui rappelle celui du capital dans les systèmes économiques occidentaux : il procure à son propriétaire, en lait et en jeunes bêtes, des « revenus » sans travail ; il s'accumule sans perte de valeur, car un troupeau ne meurt pas ; il est un bien mobilier qui se déplace, permettant transactions et migrations. Ce bien précieux attire les convoitises : le défendre et s'en emparer deviennent préoccupations essentielles. Elles ont suscité la civilisation de la lance.

Les sociétés pastorales et guerrières se sont développées à l'est de la grande faille qui, des plaines marécageuses du Nil Blanc (où vivent les Shilluk, les Dinka, les Nuer), se continue vers le sud par la dépression des Grands Lacs et se rapproche de l'océan Indien à l'embouchure du Zambèze. Au-delà de ce fleuve, les collines du Natal terminent cette zone allongée sur plus de 5 000 km, constituée principalement de hauts plateaux de savane herbeuse, milieu très favorable à l'élevage et à la vie nomade.

En certaines régions, particulièrement dans l'aire interlacustre, les pasteurs-guerriers rencontrèrent des sociétés d'agriculteurs. En maints endroits, ils se contentèrent de les piller au passage : leur valeur militaire le leur permettait aisément. Ailleurs, ils s'établirent définitivement, coexistant avec les paysans en des sociétés mixtes qui devinrent rapidement des sociétés à castes : les descendants des nomades conquérants constituèrent une aristocratie dominante, vivant de la strate paysanne devenue inférieure. Par diverses institutions évoquant la féodalité médiévale et la clientèle romaine, les individus de la caste inférieure se liaient à un membre de l'aristocratie dont ils obtenaient une indispensable protection en contrepartie de redevances en nature et de prestations en travail [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  AFRIQUE NOIRE  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 269 mots
  •  • 1 média

Il ne semble pas exagéré de dire qu'il existe un « tiers monde » dans le champ d'étude des langues ethniques et que les langues de l'Afrique noire en font partie. On en a progressivement rendu compte depuis le xviie siècle ; mais, jusqu'à une date assez récente, cette documentation descriptive a souvent manqué de rigueur scientifique. À cela il y a de […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Les littératures traditionnelles africaines revêtent différentes formes, du récit appartenant au patrimoine identitaire d'un groupe ou d'une ethnie à la production d'œuvres entièrement nouvelles, inscrites dans les préoccupations les plus actuelles de cette ethnie ou de ce groupe […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Considérer les religions négro-africaines comme un ensemble susceptible de définitions appropriées renvoyant à des principes et des règles lui donnant une unité serait accorder une spécificité définitive à leurs manifestations et, au-delà de leur diversité, reconnaître un lien commun entre elles qui conférerait à l'Afrique tenue pour une entité homogène une […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 825 mots
  •  • 7 médias

Les arts africains, principalement la sculpture, sont connus en Europe depuis le xve siècle, mais n'ont acquis leur qualité d'expression artistique authentique qu'après 1906, quand les peintres cubistes les eurent fait « découvrir » comme un véritable art nègre. Mais l'art nègre du cubisme est-il vraiment […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE, 
  • Francis GEUS, 
  • Louis PERROIS, 
  • Jean POLET
  • , Universalis
  •  • 6 686 mots

Après avoir été longtemps tributaire d'une conception qui ne voyait en lui qu'un ensemble de formes privées de dimension historique, sans véritable référence au contexte qui le portait, l'art africain fait désormais l'objet d’une approche plus englobante, qui s'efforce de rendre aux œuvres leur place chronologique et de décrire au plus près leur environnement fonctionnel.Les arts des cours ancienn […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 141 mots
  •  • 1 média

La perception que l'Occident a pu avoir des arts africains a été fortement perturbée par ce que, dans les années 1920, on a appelé l'« art nègre ». Le choc esthétique et l'influence de ces formes sur les avant-gardes a un temps eu pour effet de faire passer au second plan la richesse des styles, ainsi que la complexité des liens entretenus avec l'univers social et religieux. Ce n'est que par l'étu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Civilisations traditionnelles », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-civilisations-traditionnelles/