AFRIQUE (Histoire)Les décolonisations

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Afrique noire

La première phase

Comparées aux décolonisations de l'Asie et de l'Afrique du Nord, les premières décolonisations en Afrique noire sont perçues couramment comme pacifiques et peu affectées par la rivalité Ouest-Est, au moins jusqu'à la crise du Congo en 1960. Jusque-là, en effet, l'ex-colonisateur avait maintenu des relations privilégiées à travers diverses constructions institutionnelles, Commonwealth, Union française, Communauté, coopération.

L'Afrique noire anglophone

La Grande-Bretagne s'engagea la première dans la voie de la décolonisation en Afrique de l'Ouest, où la situation était plus « mûre » qu'ailleurs, et sur les marges du monde noir. Au Soudan, le problème était étroitement lié à l'avenir des relations anglo-égyptiennes. Le processus de transfert de souveraineté y fut très précoce. S'appuyant sur le statut juridique de condominium anglo-égyptien depuis 1898 et sur une histoire qui remontait à la conquête de cet immense territoire par les khédives du Caire au xixe siècle, les Égyptiens réclamaient le rattachement du Soudan à leur pays. En riposte, les Anglais avaient encouragé la « soudanisation » de l'administration et la naissance d'une opinion publique. Au lendemain de la guerre, ils décidèrent d'y appliquer leur schéma de changements constitutionnels « gradualistes » vers un responsible government. Entre les deux partis qui avaient émergé, l'Asiqqa proégyptien (futur Parti national unioniste) et l'Oumma traditionaliste, invoquant l'héritage mahdiste, ils choisirent d'appuyer ce dernier et instituèrent dès 1948 une Assemblée législative représentant tout le pays. Lorsque les « officiers libres » prirent le pouvoir au Caire, les Britanniques négocièrent en février 1953 la renonciation de l'Égypte à ses revendications après une courte période de self-government et l'autodétermination des populations sous contrôle international. Mais, au Soudan, la nouvelle classe politique, incertaine du résultat d'une telle consultation, préféra accélérer le pas et obtint un calendrier fixant l'indépendance complète au 1er janvier 1956.

Cette politique revêtait des caractères très ambigus. Tout d'abord, elle ne réglait pas le contentieux anglo-égyptien, car en 1954, au moment où Nasser acceptait de signer le traité avec la Grande-Bretagne, celui-ci était encore persuadé (avec juste raison, d'ailleurs) que l'autodétermination jouerait en faveur de l'Égypte. La hâte britannique à passer la main au Soudan constitua un facteur de plus de la crise de Suez. Par la suite, le Soudan n'entra pas dans le Commonwealth, mais il tint à maintenir des liens privilégiés avec la Grande-Bretagne, dont il pouvait espérer l'aide.

Crise de Suez, 1956

Vidéo : Crise de Suez, 1956

Le 26 juillet 1956, le président égyptien Gamal Abdel Nasser, annonce à Alexandrie la nationalisation du canal de Suez. Le 30 octobre, Français et Anglais lancent une intervention militaire dans la région. Les Français reprochent à Nasser son soutien aux nationalistes algériens. Les... 

Crédits : National Archives

Afficher

En Afrique noire, trois objectifs essentiels guidèrent la conduite britannique : confier les rênes gouvernementales à des élites jugées politiquement responsables et représentatives, maintenir les États décolonisés dans le Commonwealth et, bien sûr, conserver l'Afrique dans le « monde libre ». Ce fut relativement aisé pour l'Afrique de l'Ouest, où la décolonisation procéda d'une conduite beaucoup plus sûre, au point qu'elle parut longtemps démontrer la validité de la stratégie du Colonial Office et représenter un exemple d'évolution harmonieuse vers le Commonwealth. Dans ce schéma, la Gold Coast joua le rôle de pays pilote malgré les troubles de 1949 ; un processus constitutionnel lui permit d'accéder au partnership dès 1951 et à l'indépendance complète, le 6 mars 1957 ; la Gold Coast, devenue le Ghāna, fut ainsi la première colonie d'Afrique noire à accéder à la souveraineté internationale. En fait, l'exemplarité du cas provint essentiellement du pragmatisme des partenaires, responsables dans les cabinets travaillistes puis conservateurs d'un côté, et Kwame Nkrumah de l'autre. Par ailleurs, les orientations du mouvement nationaliste furent aussi déterminantes : Nkrumah prétendit s'inspirer étroitement du modèle d'action de Gāndhī et, sous l'influence de George Padmore, répudia le communisme. Au-delà de son discours messianique, Nkrumah attachait une grande importance à la continuité d'une « special relationship » avec l'Angleterre et demanda l'entrée du Ghana dans le Commonwealth. À cet égard, la décolonisation de la Gold Coast détermina les Britanniques à accepter la transformation du Commonwea [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

1945 à 1962. La décolonisation

1945 à 1962. La décolonisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afrique, les décolonisations

Afrique, les décolonisations
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Edgar Faure, 1955

Edgar Faure, 1955
Crédits : Hulton Getty

photographie

Dans l'attente du retour de Mohammed V

Dans l'attente du retour de Mohammed V
Crédits : Robert B Taber/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 25 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire contemporaine, université de Provence (Aix-Marseille-I)

Classification

Autres références

«  AFRIQUE  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Anne FAURE-MURET
  •  • 18 709 mots
  •  • 22 médias

Du point de vue géologique, on désigne sous le terme de bouclier africain ou, simplement, d'Afrique l'ensemble formé par le continent africain, la péninsule arabique et l'île de Madagascar. En effet, ces deux derniers éléments n'ont été séparés du premier que par l'ouverture plus ou moins ancienne de la mer Rouge, au nord, et du canal de […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

L'Afrique couvre environ 30 300 000 kilomètres carrés et comptait, en 2017, 1,2 milliard d'habitants. Située entre 370 21' de latitude nord et 340 51' de latitude sud, elle est comprise pour l'essentiel dans la zone tropicale, et se partage entre zones à climats chauds et secs sous les tropiques, et zones à climats chauds et humides sous l' […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie

  • Écrit par 
  • Théodore MONOD
  •  • 5 805 mots
  •  • 16 médias

Suspendue aux flancs de l'Ancien Monde comme un « gigantesque point d'interrogation » – selon la pittoresque formule de Weulersse – l'Afrique représente le quart de la surface des terres émergées.De tous les continents c'est à la fois le plus massif (1 400 km2 pour 10 km de côtes, contre 300 pour l'Europe) mais surtout le plus tropical et, par conséquent, le plus chaud. S'ét […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

La préhistoire de l'Afrique est littéralement la préhistoire de l'humanité. Les recherches archéologiques effectuées en Afrique sont le fait de toutes les traditions académiques, offrant ainsi une multiplicité de perspectives sur l'évolution des sociétés humaines. En outre, le continent présente la plus longue séquence archéologique du monde, des débuts inc […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

L'histoire du continent tout entier apparaît comme une entreprise récente et difficile. Pendant longtemps, seules l'égyptologie, l'islamologie et l'histoire coloniale l'ont, chacune de son point de vue, abordée ; il faut noter du reste que les très anciens systèmes d'écriture, en Égypte, à Méroé, en Éthiopie, sont encore loin d'avoir apporté toutes les info […] Lire la suite

FRONTIÈRE

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 6 356 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Tracés des frontières et héritages coloniaux »  : […] Toutefois, le discours sur l’artificialité des frontières se focalise surtout sur la question des héritages coloniaux. Il se construit souvent en décalage avec la genèse des tracés, comme l’illustrent les frontières postcoloniales du continent africain. Les frontières africaines résultent d’un découpage rapide et exogène : les puissances européennes (notamment la France et le Royaume-Uni), rivale […] Lire la suite

NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Nashidil ROUIAÏ
  •  • 4 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des projets à risque ? »  : […] D’autres critiques portent sur la nature des projets financés ou impulsés par la Chine à travers les Nouvelles Routes de la soie. L'Afrique du Sud s'est tournée vers la République populaire pour le financement à hauteur de 4 milliards de dollars de deux centrales à charbon. Pour sortir de la crise énergétique due à sa dépendance à l’hydroélectricité, le Zimbabwe voisin s’est lancé dans la construc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc MICHEL, « AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-les-decolonisations/