CASSANDRE ADOLPHE JEAN-MARIE MOURON dit (1901-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un architecte de l'affiche

A.M. Cassandre, de son vrai nom Adolphe Jean-Marie Mouron, est né à Kharkov, dans une famille française de négociants, installée en Russie. En 1915, il revient en France, et, à partir de 1918, il étudie la peinture chez Lucien Simon, puis à l'académie Julian, à Paris. En 1919, il se classe troisième d'un concours d'affiches organisé par Michelin ; ce qui l'encourage à persévérer dans ce registre, à la fois rémunérateur et répondant à son aspiration à un art vivant, hors de tout académisme. C'est alors qu'il prend le pseudonyme de A.M. Cassandre, signant quelques réalisations (Margarine Sacac ; Pâtes Garres) inspirées de l'esthétique de Cappiello.

En 1923, il créée Au Bûcheron, la première affiche commerciale portant la marque de la modernité, qui connaît un succès considérable, mais fait l'objet d'une violente critique dans L'Esprit nouveau, revue où Le Corbusier défend ses thèses « puristes » sur l'architecture moderne. Cassandre est, selon ses propres dires, très attentif aux recherches du grand architecte, notamment celles concernant les tracés régulateurs. Une seconde version d'Au Bûcheron paraît à l'occasion de l'Exposition internationale des arts décoratifs de 1925, et obtient le grand prix de cette manifestation. Redessinée selon une conception puriste, elle fait en quelque sorte allégeance à Le Corbusier. Également caractéristiques de cette « période architecturale » : Pivolo et Réglisses Florent (1924), construites sur le principe de la section d'or ; L'Intransigeant, rigoureusement organisée par des tracés régulateurs.

Œuvrant à renouveler l'art de l'affiche selon une « méthode essentiellement géométrique et monumentale », Cassandre attribue un rôle déterminant à la typographie. Il organise ses compositions à partir du texte, en s'attachant à ce que le dessin de la lettre réponde aux besoins d'amples inscriptions murales. Dès 1927, il travaille au Bifur, un alphabet comprenant uniquement des majuscules, do [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : historien du graphisme et de la typographie, diplômé en histoire de l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification

Autres références

«  CASSANDRE ADOLPHE JEAN-MARIE MOURON dit (1901-1968)  » est également traité dans :

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 815 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'exception française »  : […] En 1923, Voisin de Charles Loupot et Au Bûcheron d'A. M. Cassandre, premières affiches commerciales inspirées des avant-gardes, connaissent un succès notable, de même que les créations de Paul Colin, Revue Nègre ou Tabarin (1924), et celles de Jean Carlu. Alexey Brodovitch, avec Apéritifs Martini (1926) et Boris Bilinsky, avec Métropolis (1927), se réfèrent plus explicitement au constructiv […] Lire la suite

COLIN PAUL (1892-1985)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 835 mots

L'affichiste Paul Colin a vécu son enfance et son adolescence dans l'effervescence créatrice qui animait à cette époque sa ville natale, Nancy, l'un des centres de l'Art nouveau. Désireux de devenir peintre, mais soucieux de concilier sa vocation et les inquiétudes de ses parents qui veulent le voir exercer une activité stable, il entreprend des études d'architecture à l'école des beaux-arts de Na […] Lire la suite

FIGURATIF ART

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 888 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une esthétique de l'ambiguïté »  : […] L'histoire de l'art nous montre la figuration plastique marquée assez tôt par l'empreinte du « musée imaginaire ». Toute la mémoire culturelle conspire à superposer les influences et à enchevêtrer les sens. La destruction, au début du xx e  siècle, de l'espace illusionniste a donné carrière à une herméneutique sans fin. La figuration ne se donne plus pour but spécieux de représenter point par poin […] Lire la suite

GRAPHISME

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 7 442 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La montée des totalitarismes »  : […] La victoire du nazisme en Allemagne provoque la fermeture du Bauhaus et une émigration massive des créateurs. La plupart se fixent aux États-Unis, à l'instar de Moholy-Nagy, Joseph Binder ou Ladislav Sutnar. Le graphisme américain se renforce de cet apport ainsi que des commandes d'État impulsées par le New Deal. La Container Corporation of America (C.C.A.), à Chicago, une des premières entreprise […] Lire la suite

HISTOIRE DU GRAPHISME EN FRANCE (M. Wlassikoff)

  • Écrit par 
  • Catherine DE SMET
  •  • 986 mots

Une « protodiscipline » : ainsi l'Américain Andrew Blauvelt désignait-il en 1994, dans un numéro spécial de la revue Visible Language , l'histoire du graphisme – et la modeste quantité d'ouvrages de fond parus sur le sujet depuis ne peut rendre cette appréciation obsolète. Une des principales références dans ce domaine demeure le livre que Philip Meggs publia en 1983, A History of Graphic Desig […] Lire la suite

PUBLICITÉ ET ART

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 6 477 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La publicité « à la remorque » de l'art ? »  : […] Durant les années 1920, l'affiche reprend son souffle, cette fois sous la houlette du cubisme. Si le symbolisme tendait vers une organisation égalitaire de tous les moyens d'expression, l' Art déco emprunte ses moyens plastiques au cubisme – mouvement qui n'existe plus en tant que tel à cette époque et ne se manifeste plus qu'à travers des personnalités comme Gleizes et Metzinger. Des réalisations […] Lire la suite

SAVIGNAC RAYMOND (1907-2002)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 840 mots

Né le 6 novembre 1907 à Paris de parents aveyronnais, Raymond Savignac apprécie très tôt le spectacle de la rue. À quinze ans, il débute comme dessinateur-calqueur et suit le soir des cours de dessin industriel. En 1925, il entre chez Robert Lortac, qui dirige un studio de dessin animé à Montrouge. Le jeune homme y décalque des affiches pour les inclure dans des animations publicitaires. Ainsi rep […] Lire la suite

TYPOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 588 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Traditions britannique et française »  : […] En 1922, à Londres, l'éditeur Oliver Simon et le typographe Stanley Morison (1889-1967) lancent la revue The Fleuron . Publiée jusqu'en 1930, celle-ci cherche avant tout à vivifier le savoir traditionnel et à promouvoir les caractères du patrimoine : Garamond, Baskerville, Fournier, Walbaum sont adaptés à la composition mécanique par la fonderie Monotype dont Morison est le conseiller. Ce dernier […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel WLASSIKOFF, « CASSANDRE ADOLPHE JEAN-MARIE MOURON dit (1901-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-jean-marie-mouron-dit-cassandre/