SUÁREZ ADOLFO (1932-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’homme de la transition

Sa nomination par le roi Juan Carlos Ier fut vivement critiquée : perçu comme un phalangiste de l’ancien régime, il n’était pas l’homme attendu pour mener le pays à la démocratie. Pourtant Suárez, loin d’être un idéologue, était un opportuniste doté d’une grande intuition politique et d’une réelle capacité d’adaptation et de dialogue. De père républicain et de mère catholique, il n’était ni phalangiste ni technocrate, mais un pragmatique modéré résolu à démocratiser l’Espagne.

Son premier discours, télévisé, rassura : « modération, concorde et conciliation » étaient mises au service de la « libre volonté de la majorité ». Une nouvelle génération, qui n’avait pas connu la guerre civile de 1936-1939, prenait le pouvoir, incarnée par le visage jeune et affable du président, et la réforme prit son envol.

Adolfo Suárez ouvrit le dialogue avec l’opposition antifranquiste et, dès le 30 juillet 1976, une amnistie permit aux prisonniers politiques de sortir des geôles de la dictature. Il négocia une réforme depuis l’intérieur du système, « de la loi à la loi », avec la vieille garde franquiste et réussit la prouesse de faire accepter par les Cortes leur propre dissolution. La loi pour la réforme politique, qui prévoyait des élections à un Parlement bicaméral, fut massivement approuvée par référendum le 15 décembre. Au printemps de 1977, le Mouvement national fut liquidé, la liberté syndicale approuvée et les partis politiques légalisés, y compris le Parti communiste, et le 15 juin se déroulèrent les premières élections libres depuis 1936. À la tête de l’Union du centre démocratique (U.C.D.), parti hybride de centre droit constitué pour l’occasion, Suárez fut le grand vainqueur du scrutin et fut confirmé à la tête du gouvernement.

Il se consacra alors à l’élaboration de la Constitution, négociée par consensus avec toutes les forces parlementaires et approuvée par référendum le 6 décembre 1978. Son aura fut confirmée par sa victoire aux élections de mars 1979, qui marquèrent son zénith politique.

S’ensuivirent deux années de crise auxquelles ne résista pas le leadership de Suárez : à la crise économique et sociale qui touchait le pays, à l’amplification du terrorisme basque de l’E.T.A. qui accentuait le risque putschiste s’ajoutait une crise de l’U.C.D. qui se déchirait et accumulait les échecs aux élections régionales face à la popularité croissante du Parti socialiste ouvrier espagnol et de son leader, Felipe González. Malgré trois remaniements successifs, Suárez, de plus en plus isolé dans son palais de la Moncloa, critiqué par tous y compris son propre parti, fut contraint de présenter sa démission au roi le 29 janvier 1981.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégée d'histoire, maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Bourgogne

Classification

Autres références

«  SUÁREZ ADOLFO (1932-2014)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Le retour à la démocratie

  • Écrit par 
  • Guy HERMET, 
  • Mercedes YUSTA RODRIGO
  •  • 10 708 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La démocratie octroyée »  : […] Lorsqu'il devient roi le 22 novembre 1975, au lendemain de la mort du général Franco, Juan Carlos assume cette responsabilité suprême en vertu du dispositif prévu de longue date par le Caudillo . Les intentions démocratiques qu'il doit celer à ce moment se heurtent à toutes les pesanteurs du régime autoritaire encore en vigueur. Pesanteurs qui relèvent d'abord de la lettre même de dispositions con […] Lire la suite

JUAN CARLOS Ier (1938- ) roi d'Espagne (1975-2014)

  • Écrit par 
  • Marie-France SCHMIDT
  • , Universalis
  •  • 1 162 mots
  •  • 3 médias

Roi d'Espagne de 1975 à 2014. Fils de don Juan, comte de Barcelone, et de Maria de las Mercedes de Bourbon, princesse des Deux-Siciles, petit-fils d'Alphonse XIII, Juan Carlos de Bourbon est né à Rome le 5 janvier 1938. En 1941, le prince et sa famille quittent l'Italie pour les environs de Lausanne où ils demeurent cinq ans. Lors de la défaite de l'Axe, don Juan, héritier légitime du trône d'Espa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Sophie BABY, « SUÁREZ ADOLFO - (1932-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/adolfo-suarez/