HARNACK ADOLF VON (1851-1930)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les critiques : de Loisy à Bultmann

Ce manifeste fut diversement reçu. Si les milieux du protestantisme libéral l'accueillirent très favorablement, il trouva immédiatement des adversaires nombreux. Il n'est pas étonnant que le luthéranisme allemand officiel se soit opposé aux thèses de Harnack. Mais la grande attaque vint du modernisme catholique français. Loisy répondit à Harnack dans son célèbre petit livre L'Évangile et l'Église. Il montrait fort justement que le savant allemand oblitérait la dimension eschatologique du christianisme en l'intériorisant totalement, alors qu'en réalité les premiers chrétiens attendaient vraiment la fin des temps. L'avènement du royaume de Dieu ne doit pas être confondu avec la conversion des hommes. Il consiste en un « événement » indépendant des hommes et que ceux-ci attendent dans l'optique d'une mentalité juive qui est un fait historique et doit être étudiée comme tel. Loisy oppose donc les aspects historique et sociologique de l'Évangile au caractère « intemporel » du message chrétien, tel qu'il est conçu par Harnack. Mais il y a un autre aspect, plus important encore, dans le livre de Loisy. À son adversaire, qui croit pouvoir atteindre le message évangélique à l'état pur, Loisy oppose la médiation obligatoire de la «  tradition » – en fait l'Église. « On ne connaît le Christ que par la tradition, à travers la tradition, dans la tradition chrétienne primitive. » Loisy n'en fut pas moins condamné par Rome.

Les autres savants catholiques furent, eux aussi, les adversaires de Harnack. C'est ainsi que Pierre Batiffol écrivit L'Église naissante et le catholicisme (1909) pour souligner les liens entre l'Évangile et l'Église et mettre en relief l'ancienneté des structures liturgique et hiérarchique dans le christianisme. Mais il est remarquable que, dans l'ensemble, les catholiques eurent à l'égard de Harnack une [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  HARNACK ADOLF VON (1851-1930)  » est également traité dans :

MODERNISME, catholicisme

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 5 227 mots

Dans le chapitre « En France »  : […] En France, de façon schématique, on peut distinguer trois tendances majeures : les progressistes se persuadent qu'une telle conversion se limite à la maîtrise d'une discipline, sans mettre en cause l'édifice théologique (Mgr Batiffol, le père Lagrange, le père de Grandmaison) ; les modernistes pensent qu'elle impose une révision profonde des idées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modernisme-catholicisme/#i_32496

PROTESTANTISME LIBÉRAL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 629 mots

Tendance de la théologie protestante qui, née de l'Aufklärung, en poursuit l'œuvre, en Allemagne surtout, dans le domaine de la critique des dogmes et de l'Écriture. Le protestantisme libéral, qui a bien des points en commun avec le libéralisme culturel, politique et économique, s'en distingue pourtant par son souci de demeurer essentiellement reli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protestantisme-liberal/#i_32496

Pour citer l’article

Jean HADOT, « HARNACK ADOLF VON - (1851-1930) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-von-harnack/