ADDICTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Substances psychoactives et leurs usages

Substances psychoactives et leurs usages
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Circuit dopaminergique de récompense

Circuit dopaminergique de récompense
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les systèmes opposants

Les systèmes opposants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ravages de la drogue à Karachi, Pakistan

Ravages de la drogue à Karachi, Pakistan
Crédits : Hulton Getty

photographie


Approche psychanalytique de l'addiction

Dans une approche clinique et psychopathologique de la problématique addictive, il convient de distinguer malgré leur évidente connexion ces trois sujets que sont la drogue, l'addiction et le phénomène social de consommation des drogues. Ces trois volets sont étroitement liés au point justement de nous faire oublier que chacun d'entre eux est un sujet à part entière avec une logique qui lui est propre. Jusque-là, nous étions habitués à les penser suivant un mode de raisonnement et de causalité linéaire dans lequel la drogue apparaissait comme cause nécessaire et suffisante de l'addiction et celle-ci, dans son expansion, comme la cause du phénomène social de consommation des drogues. Mais l'expérience clinique recueillie au fil des années nous a montré la fragilité de ce type de raisonnement. Ainsi, la pratique clinique nous a appris que la drogue est une condition nécessaire mais pas suffisante pour expliquer cette « maladie pas comme les autres » que l'on appelle addiction, car nous savons que parmi tous ceux qui consomment de la drogue certains deviennent addictes, et d'autres pas.

L'excès originaire

La drogue est indissociable de ses effets et sa consommation produit chez celui qui en consomme, un « changement d'état subjectif » qui porte en soi la marque indélébile d'une expérience de l'excès, inassimilable à la simple logique du plaisir.

Rappelons que, d'un point de vue psychanalytique, le plaisir n'est pas à confondre avec le principe de plaisir. Freud, en érigeant le plaisir en « principe », ne fait pas allusion à un quelconque hédonisme, mais désigne un certain mode de fonctionnement de l'excès. En effet, dès le début de son élaboration métapsychologique, Freud prend acte d'une certaine logique qui lie le principe de plaisir et l'excès. Ce n'est pas le plaisir qu'il interroge, mais la logique qui régit le fonctionnement psychique à ses débuts, et qu'il appellera précisément principe de plaisir.

Pour Freud, l'excès n'est donc pas [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ADDICTION  » est également traité dans :

ADDICTION (psychologie)

  • Écrit par 
  • Joël BILLIEUX
  •  • 951 mots

Dans le chapitre « Les signes de l’addiction »  : […] Les critères diagnostics et les seuils recommandés pour attester d’un syndrome d’addiction diffèrent en fonction des systèmes de classification utilisés, mais une série de dimensions fondamentales permettent de rendre compte du phénomène d’addiction. La tolérance (ou effet d’habituation) est une dimension purement physiologique. Elle renvoie au fait que la personne va avoir besoin de consommer de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/addiction-psychologie/#i_33781

ALCOOLISME

  • Écrit par 
  • Marie CHOQUET, 
  • Michel CRAPLET, 
  • Henri PÉQUIGNOT, 
  • Alain RIGAUD, 
  • Jean TRÉMOLIÈRES
  •  • 10 033 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Oxydation »  : […] L' alcool est oxydé en fournissant 7 calories par gramme (environ 700 calories pour un litre de vin à 11 0 ). Les preuves de cette oxydation sont solides. L'alcoolémie baisse, sans que l'alcool soit excrété au-dehors pour plus de 1 à 2 p. 100 de la quantité ingérée. L'alcool marqué au carbone radioactif donne lieu à la production de CO 2 marqué et d'un peu d'acides gras. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcoolisme/#i_33781

BACLOFÈNE

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 782 mots
  •  • 1 média

Le baclofène est un dérivé aromatique chloré de l’acide gamma-aminobutyrique (GABA), un transmetteur du système nerveux central. Par un mécanisme encore inconnu, il active le récepteur B du GABA et bloque ou ralentit les réflexes moteurs de la moelle épinière. Il est utilisé depuis 1974 comme myorelaxant, en particulier lors des contractures de la sclérose en plaques et lors d’AVC. Il connaît de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baclofene/#i_33781

CANNABINOÏDES

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE, 
  • Eleni TZAVARA
  •  • 2 330 mots

Dans le chapitre « Modèles pharmacologiques chez l'animal : existe-t-il une dépendance aux cannabinoïdes ? »  : […] Le système de classification des troubles mentaux DSM-IV (American Psychiatric Association-DSM-IV, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux ), définit la dépendance à une substance, chez l'homme, selon sept critères, dont la dépendance physique (tolérance et sevrage), le désir incontrôlable de prendre la drogue et l'impact négatif de celle-ci sur la vie profes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cannabinoides/#i_33781

COCAÏNE

  • Écrit par 
  • A. M. HAZEBROUCQ
  •  • 672 mots
  •  • 1 média

L' Erythroxylon coca (famille des Linacées), cultivée surtout en Amérique du Sud d'où la plante est originaire, produit la cocaïne au niveau des feuilles par transformation de l'ornithine. Les racines paraissent totalement dépourvues d'alcaloïde. La teneur en alcaloïde varie selon les échantillons et, en particulier, selon l'âge des feuilles récoltées, de cinq à vingt gramm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cocaine/#i_33781

HÉROÏNE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 717 mots

Dérivé diacétylé de la morphine, synthétisé en 1898 par le chimiste allemand Dreiser, l'héroïne est utilisée, dès sa découverte, comme analgésique principal dans les cas de tuberculoses incurables. C'est cet usage qui a fait d'abord la renommée de l'héroïne, mais on découvrira par la suite qu'elle permet aussi la désintoxication apparente des morphinomanes. En fait, une intoxication en remplace un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heroine/#i_33781

INTOXICATIONS

  • Écrit par 
  • Jacques-Robert BOISSIER, 
  • Claude PIVA
  •  • 4 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Toxicomanies »  : […] Bien que le terme soit de plus en plus contesté, il est pratique de réserver le nom de toxicomanies aux intoxications entraînées par la consommation volontaire de certaines substances – souvent des médicaments – dans le but d'aboutir à un état psychique recherché par le consommateur. L'alcool et le tabac peuvent causer des intoxications chroniques sévères, mais une consommation très modérée ne sem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intoxications/#i_33781

MORPHINE

  • Écrit par 
  • Hélène MOYSE, 
  • Michel PARIS, 
  • René Raymond PARIS
  •  • 2 111 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Toxicité »  : […] L' intoxication aiguë entraîne, à forte dose, le coma, la suspension plus ou moins prolongée de la respiration (apnée), la mort par arrêt respiratoire. Les enfants et les vieillards sont très sensibles à son action. Il faut noter par ailleurs que la morphine potentialise l'action des convulsivants notamment la strychnine, le pentétrazole, le nicéthamide, la caféine, la cocaï […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morphine/#i_33781

OPIUM

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 006 mots
  •  • 1 média

Drogue narcotique, traditionnellement classée parmi les stupéfiants ( euphorica de Lewin, psychodysleptiques de Delay et Deniker), extraite du pavot ( Papaver somniferum ). Le fruit de cette plante est une capsule ovoïde qui exsude, après incision, un latex blanc et riche en alcaloïdes. Le latex, recueilli à l'aide d'un racloir, est séché et bruni au so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opium/#i_33781

PHARMACODÉPENDANCE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES
  •  • 1 249 mots
  •  • 2 médias

Le phénomène de dépendance d'un individu vis-à-vis d'un médicament a été dénommé pharmacodépendance par l'Organisation mondiale de la santé (O.M.S.), qui en a donné la définition, internationalement admise, suivante : « État psychique et quelquefois également physique résultant de l'interaction entre un organisme vivant et un médicament, se caractérisant par des modifications du comportement et p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacodependance/#i_33781

PSYCHOLOGIE CLINIQUE COMPORTEMENTALE ET COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Martine BOUVARD
  •  • 2 567 mots

Dans le chapitre « La psychologie clinique comportementale »  : […] John B. Watson (1878-1958) est à l’origine du courant comportemental ( Behaviorism , 1925). Pour lui, la psychologie se définit comme la « science des comportements » et doit être objective et expérimentale. Il s’appuie sur les travaux de Pavlov sur le conditionnement répondant pour montrer comment les comportements peuvent être établis et renforcés. D’après Watson, le compo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-clinique-comportementale-et-cognitive/#i_33781

TABAC

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  • , Universalis
  •  • 7 749 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Plaisirs et illusions de la fumerie »  : […] On a vu quels étaient les effets de la nicotine sur le système nerveux central et trop rares sont les véritables intoxications nicotiniques chez le fumeur pour qu'on s'y attarde. Par contre, il faut noter que l'action excitante puis calmante correspondant aux deux effets successifs de l'absorption nicotinique est parfaitement perçue par le fumeur qui la recherche consciemment. On voit ainsi le gra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tabac/#i_33781

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard Pierre ROQUES, Eduardo VERA OCAMPO, « ADDICTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/addiction/