ADAPTATION BIOLOGIQUE

ADAPTATION - Adaptation biologique

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 1 372 mots

En biologie comme en technologie, le concept d'adaptation sert généralement à comprendre la relation qui existe entre les structures et les fonctions qu'elles remplissent. Dire d'un organe ou d'un outil qu'il est bien adapté signifie qu'il est efficace, autrement dit que les caractères de l'objet sont bien appropriés au rôle qu'il peut jouer.Selon une première interprétation, l'adaptation recouvre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adaptation-adaptation-biologique/#i_783

AUDITION - Psycho-acoustique

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BOTTE, 
  • Christel SORIN
  •  • 4 469 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Adaptation et fatigue »  : […] L'exposition prolongée à une stimulation auditive donne lieu à deux types de modifications du fonctionnement du système auditif : l'adaptation et la fatigue auditive. L'adaptation est une diminution progressive de la sonie durant l'écoute prolongée d'un son de niveau stable. À la différence de ce que l'on observe dans d'autres modalités sensorielles, l'adaptation auditive ne se produit que pour l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/audition-psycho-acoustique/#i_783

BARRIÈRE D'ESPÈCE, épidémiologie

  • Écrit par 
  • Jeanne BRUGÈRE-PICOUX
  •  • 688 mots

Toute maladie infectieuse résulte d'une contamination microbienne de l'organisme affecté par cette maladie. Ce dogme épidémiologique n'a jamais été mis en défaut depuis les recherches dont Robert Koch et Louis Pasteur ont été les protagonistes. La méthodologie scientifique qu'ils ont utilisée comportait obligatoirement une étude de pathologie expérimentale : comment régissaient les « cobayes » ? S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barriere-d-espece-epidemiologie/#i_783

BIODIVERSITÉ URBAINE

  • Écrit par 
  • Philippe CLERGEAU
  •  • 2 368 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les caractéristiques des espèces anthropophiles »  : […] Les études consacrées aux plantes et/ou aux animaux dans la ville sont relativement récentes puisque les plus anciennes datent du début du xx e  siècle. Les premiers inventaires ont concerné les végétaux, puis ce sont les oiseaux qui ont fait l'objet d'observations et d'analyses. Ce n'est qu'à partir des années 1980 que d'autres groupes animaux o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biodiversite-urbaine/#i_783

CELLULE - Les mouvements

  • Écrit par 
  • Michel BORNENS, 
  • Matthieu PIEL
  •  • 6 558 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Signaux chimiques : la chimiotaxie »  : […] La chimiotaxie est le tactisme le mieux compris, car on peut, par manipulation génétique, découvrir peu à peu les protéines impliquées dans la transmission du signal : le principe est la liaison d'une molécule du milieu extracellulaire, une hormone ou un facteur de croissance par exemple, et d'un complexe protéique transmembranaire capable de la reconnaître. La liaison de la molécule-ligand à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-les-mouvements/#i_783

CONVERGENCES MORPHOLOGIQUES

  • Écrit par 
  • Robert GORENFLOT
  •  • 282 mots

Dans un milieu donné, les composantes physiques et chimiques imposent aux organismes vivants des contraintes particulières. Ne peuvent donc peupler le milieu ainsi défini que les organismes dotés de mécanismes compensateurs appropriés. Le nombre des combinaisons possibles est nécessairement limité dans les conditions biotiques terrestres. C'est pourquoi, quelle que soit leur place dans la systémat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/convergences-morphologiques/#i_783

CUÉNOT LUCIEN (1866-1951)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 378 mots
  •  • 1 média

Zoologiste et généticien français. Licencié ès sciences en 1885, il soutient deux ans plus tard sa thèse de doctorat sur l'anatomie des astérides. En 1888, il est préparateur d'anatomie comparée et de physiologie à la faculté des sciences de Paris et, en 1890, professeur de zoologie à la faculté des sciences de Nancy où il enseignera jusqu'à sa retraite en 1938 ; il y dirige également le jardin zo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucien-cuenot/#i_783

DARWINISME

  • Écrit par 
  • Dominique GUILLO, 
  • Thierry HOQUET
  •  • 5 494 mots

Dans le chapitre « Constitution du darwinisme  »  : […] Cette vision du darwinisme, en particulier dans son opposition au lamarckisme, s'est constituée à partir de différentes lectures de l'œuvre de Darwin. En 1889, Alfred Russel Wallace (1823-1913), souvent considéré comme le co-découvreur de la sélection naturelle, écrit une vaste synthèse intitulée Darwinism dans laquelle il donne sa propre compréhension des mécanismes de l'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/darwinisme/#i_783

DÉSERTS

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Huguette GENEST, 
  • Francis PETTER
  •  • 20 848 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre «  La vie animale »  : […] La faune des zones arides est dans l'ensemble pauvre en espèces. La plupart des groupes zoologiques terrestres et d'eau douce y sont représentés, mais seulement par des familles, des genres ou des espèces qui ont acquis les moyens de subsister dans ces milieux extrêmes. Leurs adaptations anatomiques sont généralement peu importantes : dimensions relatives des membres chez les gerboises ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deserts/#i_783

DIAPAUSE, zoologie

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • René LAFONT
  •  • 1 152 mots

La diapause est une forme de vie ralentie, génétiquement déterminée, une phase d'arrêt du développement pendant des périodes défavorables de l'environnement. Cet important mécanisme adaptatif permet aux animaux de résister et de survivre aux variations saisonnières de l'habitat telles que les basses températures hivernales, les fortes chaleurs estivales, les périodes de sécheresse ou encore d'abs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diapause-zoologie/#i_783

DOBZHANSKY THÉODOSIUS (1900-1975)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 897 mots

Généticien et évolutionniste américano-russe dont l'œuvre a eu une grande influence sur l'interprétation scientifique et les recherches concernant la théorie évolutionniste. Né à Nemirov (Ukraine) en 1900, fils d'un professeur de mathématiques, Théodosius Grigorievitch Dobzhansky a suivi les cours de l'université de Kiev de 1917 à 1921. Il y enseigna ensuite, puis vint à Leningrad (aujourd'hui Sai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodosius-dobzhansky/#i_783

ÉCOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick BLANDIN, 
  • Denis COUVET, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 20 598 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Complexité et stabilité »  : […] À l'échelle de l'observation humaine, de nombreuses biocénoses paraissent stables : leurs caractéristiques structurales et dynamiques ne changent pas sensiblement d'une année à l'autre. Cette permanence résulte, comme pour tout système biologique, d'un équilibre dynamique entretenu par les individus, les flux de matière et d'énergie qui traversent le système. Bien souvent, cependant, l'environneme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie/#i_783

ÉCOSYSTÈMES

  • Écrit par 
  • Luc ABBADIE
  •  • 5 448 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Écologie de la biodiversité et environnement »  : […] La relation entre la diversité biologique (biodiversité) et le fonctionnement des écosystèmes est une des questions les plus actuelles de l'écologie aujourd'hui. En effet, outre les enjeux intellectuels de compréhension et de simulation de la dynamique des écosystèmes, sont apparus depuis la fin des années 1980 des enjeux environnementaux cruciaux. Il est aujourd'hui incontestable que la Terre es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecosystemes/#i_783

ÉCOTYPE

  • Écrit par 
  • Robert GORENFLOT
  •  • 512 mots

Au sein d'une espèce végétale, la notion d'écotype introduite par Turesson en 1922 englobe des formes plus ou moins distinctes morphologiquement et adaptées à des habitats différents. Bien que, d'un écotype à l'autre, cette adaptation se traduise par des solutions de continuité dans la variation, les écotypes d'une même espèce sont capables d'échanger des gènes. Par exemple, deux écotypes d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecotype/#i_783

EMBRYOPHYTES ou CORMOPHYTES ou ARCHÉGONIATES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 3 239 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Diversité écologique des Embryophytes »  : […] En tant qu’organismes terrestres, les Embryophytes sont normalement adaptées à la vie hors de l’eau. Ce sont des organismes fixés au sol par des rhizoïdes (chez les Hépatiques, Anthocérotes et Bryophytes) ou des racines (chez les Trachéophytes). Les rhizoïdes sont des émergences épidermiques sans tissus conducteurs tandis que les racines sont des organes vascularisés. Racines et rhizoïdes ont la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cormophytes-embryophytes-archegoniates/#i_783

ÉPIPHYSE ou GLANDE PINÉALE

  • Écrit par 
  • Berthe VIVIEN-ROELS
  •  • 2 317 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Glande pinéale et organisation circadienne »  : […] De nombreux paramètres physiologiques, biochimiques ou comportementaux présentent des rythmes nycthéméraux, rythmes qui en conditions constantes (éclairement continu ou obscurité totale) persistent avec des périodes d'environ vingt-quatre heures, appelées circadiennes (du lation circa , environ et dies , jour). Deux organes, la glande pinéale et le noya […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epiphyse-glande-pineale/#i_783

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'origine des adaptations  »  : […] En théorie synthétique classique, la transformation évolutive est adaptative et se réalise de façon lente et graduelle, cumulative, par addition de minimes modifications sous contrôle de la sélection. Mais, si les transformations phénotypiques produites par mutation sont au départ infimes, comment peuvent-elles initialement modifier l'adaptation de l'organisme à son environnement au point de dev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_783

EXCRÉTION

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 257 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Quelques aspects évolutifs de la fonction excrétrice »  : […] Au cours de l' évolution animale, on rencontre successivement des protonéphridies, puis des métanéphridies et, enfin, des néphrons glomérulés, dont nous avons vu les similitudes de fonctionnement. Cette évolution se retrouve au cours du développement embryonnaire ou larvaire : ainsi, les larves trocophores des Mollusques possèdent des protonéphridies à solénocytes ou à cirtocytes, les adultes des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/excretion/#i_783

FEUILLE, botanique

  • Écrit par 
  • Robert GORENFLOT
  •  • 2 786 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Variations en fonction du milieu »  : […] Le développement et la différenciation des organes végétaux sont liés à l'environnement et cette « plasticité » des formes végétales est frappante dans le cas de la feuille. C'est ainsi que les variations du développement foliaire sont en corrélation étroite avec l'éclairement. Les « feuilles d'ombre » sont petites et minces, leurs nervures moins développées que celles des « feuilles de soleil ». […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feuille-botanique/#i_783

FLEUVES

  • Écrit par 
  • Lazare BOTOSANEANU, 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 9 686 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Problème des adaptations »  : […] On a reconnu depuis assez longtemps l'existence de nombreuses adaptations morphologiques qui caractérisent les animaux vivant dans les eaux lotiques. Ce sont surtout des adaptations à la vie sur les pierres placées dans un courant assez fort : absence des soies natatoires, aplatissement dorso-ventral, agrandissement des surfaces adhésives, emplacement des pattes dans le plan du corps, présence de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fleuves/#i_783

FOSSILES

  • Écrit par 
  • Raymond FURON, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Formes panchroniques »  : […] Les quelques exemples précédents suffisent à montrer que les fossiles vivants n'ont pas tous et toujours exactement la même signification, tant du point de vue évolutif et paléontologique que du point de vue des adaptations et de l'écologie. Ce sont ces divers aspects des choses qu'il convient à présent d'expliciter. En premier lieu, on pourrait être tenté d'assimiler les fossiles vivants à toutes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fossiles/#i_783

FOUGÈRES AQUATIQUES

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 258 mots

Au sens strict, ce qualificatif s'applique aux seules Hydroptéridales, dont l'adaptation au milieu aquatique est surprenante, compte tenu du caractère foncièrement terrestre du phylum ptéridophytique. La formation du gamétophyte a lieu selon des modalités très originales, à partir de sporanges enclos dans des organes globuleux, les sporocarpes, ainsi appelés en raison de leur fonction, qui est d'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fougeres-aquatiques/#i_783

GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Axel KAHN, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Marguerite PICARD
  •  • 25 812 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Variation acquise  »  : […] Les caractères d'un individu sont en partie la conséquence des conditions extérieures qu'il subit à l'instantoù il est observé, ou qu'il a subies antérieurement. L' existence de ces caractères aléatoires que l'on qualifie d'acquis est très manifeste chez les organismes supérieurs. Chacun sait, dans le cas de l'espèce humaine, que la peau brunit par exposition au soleil, que l'exercice développe le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genetique/#i_783

GÉRONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Claude BALIER, 
  • François BOURLIÈRE, 
  • Martine DRUENNE-FERRY, 
  • Paul PAILLAT, 
  • Henri PÉQUIGNOT
  •  • 9 273 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sénescence physiologique »  : […] La mise au point de tests fonctionnels de vieillissement a permis de mesurer, avec beaucoup plus de précision que ne le faisaient les méthodes anatomiques, l'importance et la vitesse des processus de sénescence au niveau des principaux organes dont certains paraissent plus sensibles que d'autres aux effets de l'âge. C'est le cas, en particulier, de l'appareil locomoteur, de l'appareil respiratoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerontologie/#i_783

GOULD STEPHEN JAY (1941-2002)

  • Écrit par 
  • Claudine COHEN
  •  • 1 934 mots

Dans le chapitre « Le rôle des discontinuités dans l'évolution  »  : […] Dans son premier grand livre, Ontogeny and Phylogeny (1977), Gould étudie les mécanismes possibles de tels changements discontinus au niveau de l'ontogenèse, c'est-à-dire du développement de l'individu : les phénomènes d'hétérochronie (et notamment la néoténie, c'est-à-dire la rétention, à l'âge adulte, de caractéristiques infantiles ou fœtales) pourraient être une des clés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-jay-gould/#i_783

HERBACÉS GROUPEMENTS

  • Écrit par 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 5 036 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Formations des régions sèches »  : […] La sécheresse relative clairsème ou efface la forêt qui, selon le degré d'aridité, fait place à la savane ou à la « prairie », à la steppe, au désert. L'influence combinée de la température et de la répartition des précipitations apparaît clairement par confrontation des indices climatiques (de Martonne, Emberger), des diagrammes xérothermiques de Gaussen et Banyouls, ou des aires ombrothermiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupements-herbaces/#i_783

HIBERNATION

  • Écrit par 
  • Charles KAYSER
  •  • 1 832 mots
  •  • 4 médias

Par hibernation on entend la « manière de passer l'hiver ». Il s'agit d'une faculté qu'ont certains êtres vivants de s'adapter aux conditions climatiques hivernales : abaissement de la température moyenne, réduction des heures d'éclairement, diminution des précipitations. On rencontre les formes d'hibernation les plus prononcées dans les climats tempérés frais où les caractères de l'hiver sont pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hibernation/#i_783

HORLOGES BIOLOGIQUES

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • François ROUYER
  •  • 3 318 mots
  •  • 5 médias

Bien que l'existence de rythmes journaliers soit connue de longue date, chez les végétaux comme chez les animaux, l'idée que ceux-ci reposent sur une horloge interne est assez récente. Jean Jacques d'Ortous de Mairan rapporta à l'Académie des sciences de Paris en 1729 ses observations d'un rythme d'ouverture des feuilles de mimosa, rythme persistant lorsque les plants se trouvaient placés en obscu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horloges-biologiques/#i_783

HYDROPHYTES ou HYGROPHYTES

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 995 mots
  •  • 2 médias

On appelle hygrophytes ou hygrophiles les plantes qui vivent dans des habitats fortement humides, ou même mouillés (fossés, marécages, étangs, lacs, rivières, etc.). Les caractéristiques du milieu aquatique sont suffisamment marquées pour modifier profondément la morphologie et la biologie des hygrophytes : densité très élevée par rapport à l'air, d'où une poussée archimédienne qui soutient les o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydrophytes-hygrophytes/#i_783

INSECTES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Yves TOULLEC
  •  • 12 838 mots
  •  • 35 médias

Dans le chapitre « Les insectes, un succès de l’évolution »  : […] L'une des caractéristiques des Insectes qui est manifeste pour tout observateur, même non spécialiste, est leur diversité. Avec près d'un million d'espèces répertoriées, cette classe est la plus vaste du règne animal. Les entomologistes estiment que le nombre réel d'espèces d'insectes se situerait entre 5 et 80 millions. Cette grande diversité a été attribuée à plusieurs facteurs. Tout d'abord, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/insectes/#i_783

INTÉGRON

  • Écrit par 
  • François DENIS, 
  • Marie-Cécile PLOY
  •  • 437 mots

Les intégrons constituent un système de capture et d'expression de gènes sous forme de cassettes. Celles-ci constituent des éléments mobiles capables d'être intégrés ou excisés dans un intégron par un mécanisme de recombinaison, spécifique de site, catalysé par une intégrase. Un intégron se compose d'un gène intI codant pour une intégrase et d'un site spécifique de recombina […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/integron/#i_783

INVASIONS BIOLOGIQUES

  • Écrit par 
  • Alain ZECCHINI
  •  • 6 275 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des avantages génétiques »  : […] Les espèces invasives étant confrontées à de nouvelles manifestations de la sélection naturelle, la question se pose de la détermination des processus génétiques impliqués au cours du phénomène d'adaptation. Un constat préliminaire est celui de la perte de diversité génétique de ces populations du fait de leurs faibles effectifs. En général, les reproducteurs sont peu nombreux, et ne retiennent q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/invasions-biologiques/#i_783

MALADIES INFECTIEUSES

  • Écrit par 
  • Catherine DUPUIS
  •  • 5 788 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Transmission de l'agent infectieux »  : […] L'agent pathogène ne peut se maintenir en tant qu'espèce que par passage d'un organisme, malade, à un autre, sain, puisque tôt ou tard chaque individu meurt. Les micro-organismes pathogènes ont donc à s'adapter à un changement d'hôte. Ce processus d'adaptation de l'espèce microbienne lors du changement d'hôte comprend trois étapes : d'abord la libération de l'agent infectant à partir de l'organism […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-infectieuses/#i_783

MEMBRES

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 15 020 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les adaptations du chiridium »  : […] Plutôt que de décrire systématiquement les différents types de membres réalisés chez les Tétrapodes, on passera en revue quelques exemples de convergence adaptative et d'analogies fonctionnelles sans chercher à être complet, ni d'ailleurs à dissimuler le caractère très approximatif de certains rapprochements. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/membres/#i_783

MIGRATIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD, 
  • Jean DORST
  •  • 11 679 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Importance écologique des migrations »  : […] Les migrations ont de nombreuses implications écologiques et permettent l'utilisation optimale des ressources de certains habitats, qui sans l'existence de populations fluctuantes demeureraient inexploitées. Leur cycle est étroitement adapté à celui des écosystèmes présentant d'amples fluctuations de la productivité. Les populations migratrices mettent à profit les « pics », puis évacuent l'habit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/migrations-animales/#i_783

MILIEU, écologie

  • Écrit par 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 7 840 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Modalités de l'action des facteurs mésologiques et des réactions des organismes »  : […] Toutes les composantes du milieu, biotiques et abiotiques, doivent être placées par l'écologiste dans une perspective temporelle, tenant compte d'abord de la durée de leur action sur l'organisme et permettant ensuite d'apprécier leur influence sur l'espèce dont il fait partie, sans oublier les éventuelles variations subies par les facteurs mésologiques dans le passé. On a déjà souligné qu'un facte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-ecologie/#i_783

MIMÉTISME, zoologie

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 152 mots
  •  • 8 médias

Bien que le terme « mimétisme » ait pour le spécialiste une définition très restreinte (limitée à la ressemblance entre deux espèces animales zoologiquement éloignées dont l'une, inoffensive, « mime » l'autre), il évoque généralement tous les phénomènes de camouflage que de nombreux animaux présentent naturellement et grâce auxquels ils échappent aux regards de l'homme . Homochromie et homotypie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mimetisme-zoologie/#i_783

MUTATIONNISME

  • Écrit par 
  • Cédric GRIMOULT
  •  • 2 216 mots

En 1901, le botaniste néerlandais Hugo De Vries, cofondateur de la génétique, propose une nouvelle théorie des mécanismes de l'évolution, appelée mutationnisme. Il participe ainsi à un débat qui divise la communauté scientifique depuis près d'un demi-siècle. Si les naturalistes ont adopté la théorie de l'évolution depuis 1859, année de la publication de L'Origine des espèces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mutationnisme/#i_783

NÉO-LAMARCKISME

  • Écrit par 
  • Laurent LOISON
  •  • 4 249 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Unité et diversité des néo-lamarckismes »  : […] L'hérédité des caractères acquis est un mécanisme nécessaire à toute conception néo-lamarckienne de l'évolution des espèces. Cependant, si on cherche à définir rigoureusement ce qu'est le néo-lamarckisme, il est préférable de ne pas considérer en premier lieu le recours à ce mode d'explication concernant le fonctionnement de l'hérédité. Il est plus éclairant de souligner que, dans la plupart des c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-lamarckisme/#i_783

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie pélagique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 7 198 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les adaptations des êtres planctoniques »  : […] Le problème essentiel que doit résoudre une espèce planctonique est évidemment de se maintenir dans la couche où elle rencontre les conditions de vie qui lui sont le plus favorables, c'est-à-dire, pour les végétaux, au-dessus de la profondeur de compensation (tout en évitant généralement les couches très superficielles qui sont les plus fortement éclairées) et, pour les animaux, à la profondeur où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-vie-pelagique/#i_783

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie dans les grandes profondeurs

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 3 865 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Particularités, adaptations et origine des faunes des profondeurs »  : […] L'absence de lumière d'origine solaire et le développement de la bioluminescence chez de nombreuses espèces de céphalopodes, de crustacés et de poissons ont pour conséquence une modification des organes de la vision : les yeux deviennent énormes, plus ou moins télescopiques, avec une densité très élevée de cellules rétiniennes photosensibles ou, au contraire, s'atrophient et disparaissent complèt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-vie-dans-les-grandes-profondeurs/#i_783

ORIENTATION ANIMALE

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 610 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Conditions »  : […] Les phénomènes d'orientation lointaine sont liés aux migrations. Celles-ci peuvent être définies comme des comportements collectifs propres à l'espèce ou, plus exactement, comme des instincts liés à la reproduction et à l'hivernage. Du point de vue de la génétique des populations, la migration apparaît comme une des trois possibilités évolutives principales d'un type animal particulier : confront […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientation-animale/#i_783

PARASEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Patrice COURVALIN, 
  • Jacques THÈZE, 
  • Patrick TRIEU-CUOT, 
  • Philippe VIGIER
  •  • 5 378 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  La circulation génétique chez les Procaryotes »  : […] Comme toutes les populations naturelles, les populations bactériennes ne sont jamais statiques, mais au contraire variables au cours du temps (évolution verticale) et dans l'espace (évolution horizontale). Cette dynamique évolutive est la conséquence des modifications héréditaires qualitatives et quantitatives du génome bactérien. Elle permet à une population bactérienne de tendre vers la meilleur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasexualite/#i_783

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La découverte des hôtes »  : […] L'existence d'une spécificité étroite, et par conséquent le peu de choix laissé aux parasites, rend problématique la découverte des hôtes, du moins en apparence. La solution la plus communément invoquée est la très grande fécondité des parasites : la découvertes des hôtes est facilitée par la simple augmentation des probabilités de rencontre, elle-même liée au grand nombre. Cependant, les organism […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme/#i_783

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L'adaptation au parasitisme »  : […] L' adaptation au parasitisme a immédiatement retenu l'attention des premiers naturalistes, car ses manifestations sont souvent étranges. Quel que soit le groupe envisagé, les modifications d'un organisme sélectionné comme parasite se font selon certaines lignes de force qui demeurent remarquablement constantes. Avec M. Caullery, on peut penser que le primum movens est la tend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitologie-et-maladies-parasitaires/#i_783

PHOTOSYNTHÈSE

  • Écrit par 
  • Jean LAVOREL, 
  • Paul MAZLIAK, 
  • Alexis MOYSE
  •  • 10 334 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre «  Les types métaboliques de photosynthèse, d'après le mode de fixation initial de CO2 »  : […] Les réactions enzymatiques décrites ci-dessus sont sensiblement les seules voies d'entrée du CO 2 dans le métabolisme photosynthétique, pour la majorité des plantes primitivement étudiées. 90 p. 100 du carbone au moins empruntent directement la voie du phosphoglycérate, composé à 3 atomes de C, d'où le qualificatif de « type C 3  » donné à ces végétaux qui comprennent presque toutes les plantes o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photosynthese/#i_783

PHYSIOLOGIE ANIMALE (histoire de la notion)

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 4 775 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Physiologie et adaptation »  : […] Ce ne sont pas seulement les maladies qui ont été la source de problèmes posés aux physiologistes. L'homme en état de santé n'est pas un être oisif et inerte, artificiellement maintenu à la disposition d'expérimentateurs ingénieux ou turbulents. Par définition, l'homme en état de santé est celui qui est capable d'exécuter des tâches que la nature ou la culture lui proposent. Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiologie-animale-histoire-de-la-notion/#i_783

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 059 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'adaptation chromatique »  : […] De nombreux Téléostéens et quelques autres Poissons, comme aussi des Amphibiens, des Reptiles et certains Invertébrés, perfectionnent leur aptitude au camouflage par des possibilités de modifications rapides de leur coloration. Ces phénomènes mettent en jeu des mouvements de « dilatation » et de « contraction » des divers chromatophores, principalement des mélanophores. En réalité, la forme étoilé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poissons/#i_783

POLAIRES MILIEUX

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yvon LE MAHO
  •  • 8 299 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Des adaptations étonnantes »  : […] Pour arriver à survivre dans les régions polaires, les animaux ont développé au cours de l'évolution de remarquables adaptations morphologiques et physiologiques, qui ont d'ailleurs souvent convergé entre les deux pôles. Ainsi, bien que la légine ( Dissostichus mawsoni ) de l'océan Austral et la morue arctique ( Arctogadus glacialis ) vivent totalement s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieux-polaires/#i_783

POLYMORPHISME, biologie

  • Écrit par 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI
  •  • 11 326 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Polymorphismes « sélectionnés » et histoire adaptative des populations humaines »  : […] L' histoire adaptative de l'homme peut se diviser en trois phases majeures : la différenciation de l'espèce Homo sapiens à partir de son ancêtre commun avec le chimpanzé (de — 6 000 000 à — 100 000 ans), la différenciation des populations humaines (de — 60 000 à — 10 000 ans) et l'expansion technologique (de — 10 000 ans à nos jours). La première phase de cette longue histoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polymorphisme-biologie/#i_783

POPULATIONS ANIMALES (DYNAMIQUE DES)

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT, 
  • Jean-Dominique LEBRETON
  •  • 12 014 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le concept de stratégie en écologie »  : […] Le cycle de vie des organismes résulte d'un ensemble de traits qui contribuent à leur survie et à leur reproduction, donc à leur valeur sélective ( fitness darwinienne). Aussi l'analyse de tels assemblages de caractères – morphologiques, physiologiques, éthologiques, écologiques, démographiques – est-elle de première importance en biologie évolutive. Ces combinaisons comple […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animal-dynamique-des-populations/#i_783

PORT, botanique

  • Écrit par 
  • Christian BOCK
  •  • 1 190 mots

On désigne sous le nom de port l'aspect général d'une plante. La diversité du monde végétal se manifeste notamment par la diversité du port des différentes espèces contribuant, en participant à des formations végétales différentes, à caractériser les paysages naturels et ceux qu'a créés l'homme. Vis-à-vis du fonctionnement de la biosphère, le port des végétaux intervient dans l'efficacité de capt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/port-botanique/#i_783

PRÉADAPTATION

  • Écrit par 
  • Cédric GRIMOULT
  •  • 1 073 mots

Le concept de préadaptation désigne essentiellement une coïncidence entre les modifications héréditaires fortuites de l'espèce et la disponibilité d'une niche écologique accessible aux individus qui la composent. Darwin avait déjà émis l'hypothèse que la respiration aérienne de certains poissons avait dû les préadapter à la vie terrestre. En défendant l'idée de la préadaptation, le biologiste fra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preadaptation/#i_783

PRIMATES FOSSILES

  • Écrit par 
  • Denis GERAADS
  •  • 6 329 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hominidae »  : […] Naguère, on pensait que les Grands Singes, Orang-outan, Gorille et Chimpanzé, formaient un ensemble naturel, appelé Pongidés (d'après Pongo , l'Orang-outan), séparé de la lignée humaine depuis une époque variant suivant les auteurs entre le Miocène supérieur (10 Ma) et l'Éocène (50 Ma). Les données de la biologie moléculaire sont venues bouleverser cette conception. Aussi bi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primates-fossiles/#i_783

RYTHMES BIOLOGIQUES ou BIORYTHMES

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • René LAFONT, 
  • Bernard MILLET, 
  • Alain REINBERG
  •  • 15 550 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Applications »  : […] La fonction biologique des mécanismes de mesure du temps chez les végétaux se manifeste de différentes manières. Le fait que les activités de la cellule ou de la plante soient rythmiques et qu'elles soient organisées dans le temps permet à l'organisme de fonctionner avec une demande en énergie plus réduite que si ces activités se déroulaient simultanément et avec une intensité maximale. Le rôle jo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rythmes-biologiques-biorythmes/#i_783

SÉLECTION NATURELLE, biologie

  • Écrit par 
  • Bernard GODELLE
  •  • 1 305 mots

Dans le chapitre « La sélection naturelle après Darwin »  : […] La redécouverte des lois de l'hérédité mendélienne, au début du xx e  siècle, vient compléter le principal point faible du darwinisme en proposant un mécanisme de transmission des caractères. Le néo-darwinisme, ou théorie synthétique de l'évolution, qui inclut darwinisme et génétique, permet alors une formalisation mathématique des effets de la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/selection-naturelle-biologie/#i_783

SÈVES

  • Écrit par 
  • René HELLER
  •  • 7 354 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Adaptations »  : […] La majorité des espèces, dites mésophytes , et notamment la plupart des plantes cultivées, fréquentent les régions subhumides (300 à 800 mm de pluviosité annuelle sous les climats tempérés) et humides (de 800 à 2 000 mm). Dans les régions plus sèches, on ne rencontre que les herbes hautes des savanes et des brousses, aux feuilles desséchées et à l'appareil racinaire important […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seves/#i_783

SPÉLÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe RENAULT, 
  • Raymond TERCAFS, 
  • Georges THINÈS
  •  • 11 740 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les troglobies »  : […] Les troglobies sont les occupants permanents et obligés du milieu souterrain et ne peuvent survivre que dans celui-ci. On les considère, pour cette raison, comme des « prisonniers » du milieu hypogé. Le processus d'inféodation définitive aux conditions de vie souterraine suppose au départ, comme dans le cas des troglophiles, l'action de préadaptation. Néanmoins, à partir d'un stade de pénétratio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/speleologie/#i_783

STRESS

  • Écrit par 
  • Robert DANTZER
  •  • 3 241 mots

Le stress est un terme emprunté à la physique. Ce terme désigne la contrainte exercée sur un matériau. Normalement, un matériau est capable de résister à toute une série de contraintes modérées. Mais, si la contrainte est excessive ou si le matériau est fatigué, il y a risque de déformation, voire de rupture. C'est dans ce cas que l'on parle de stress. En biologie, l'usage du terme de stress date […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stress/#i_783

STRUCTURE, biologie

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE, 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 10 000 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Forme et fonction »  : […] Dans la mesure où les rapports entre forme et fonction ne sont qu'un aspect particulier des relations entre structures et fonctions, il existe aussi une relation étroite entre la forme et la fonction. La nature de cette relation permet de définir le degré d'adaptation de celle-ci à celle-là. L'adaptation de la forme à la fonction semble être vraiment dans la nature des choses, puisqu'on la rencon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structure-biologie/#i_783

TELLURIQUE MILIEU

  • Écrit par 
  • Roger DAJOZ
  •  • 4 881 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Biomasse »  : […] Les organismes vivants du sol représentent une biomasse importante. G. Bachelier donne les proportions suivantes dans le cas d'un sol de prairie : – matières minérales : 93 p. 100 ; – matières organiques totales : 7 p. 100, dont matières organiques : 85 p. 100 ; racines : 10 p. 100 ; êtres vivants : 5 p. 100 (dont champignons et algues : 40 p. 100 ; bactéries et actinomycètes : 40 p. 100 ; animaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-tellurique/#i_783

THERMORÉGULATION, biologie

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 7 977 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'acclimatation »  : […] Il est possible de déterminer des limites de température supérieure et inférieure qui ne peuvent pas être dépassées pour une espèce donnée. Les limites de la tolérance des animaux ne sont pas fixes, et l'exposition de ces derniers à des températures proches des températures létales conduit souvent à un certain degré d'adaptation. Très souvent, la tolérance thermique est différente en été et en hi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermoregulation-biologie/#i_783

VAN VALEN LEIGH (1935-2010)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HARTENBERGER
  •  • 887 mots

Élève du généticien et évolutionniste Theodosius Dobzhansky et du paléontologue George Gaylord Simpson, Leigh Van Valen « épousa » naturellement les disciplines de ses maîtres. C'est bien la seule preuve de conformisme dont on puisse l'accabler puisque toute sa vie ce scientifique a su faire montre, dans ses écrits et ses prises de position, d'une telle originalité créatrice qu'elle exaspéra en m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leigh-van-valen/#i_783

VARIATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GÉNERMONT
  •  • 9 369 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Variation environnementale »  : […] Une variété de pomme de terre est formée de plantes qui, provenant toutes de la multiplication par tubercules d'un individu-souche, sont génétiquement identiques. Elles diffèrent néanmoins par le port, les dimensions, le nombre et la taille des tubercules qu'elles produisent, etc., parce qu'elles ont été cultivées en des lieux qui diffèrent par la qualité du sol, les conditions climatiques, la po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/variation-biologie/#i_783

VARIATION GÉNÉTIQUE ADAPTATIVE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BREGLIANO
  •  • 1 909 mots

Dans le chapitre « L'ENTRÉE EN SCÈNE DES TRANSPOSONS »  : […] Chez les organismes supérieurs, depuis les années 1980, de nombreuses observations vont dans le même sens. Elles concernent pour la plupart les éléments transposables, ces « gènes sauteurs », qui sont de petits segments d'ADN possédant des fonctions qui leur permettent de s'insérer en de multiples emplacements dans le génome. Ils constituent donc une source potentielle de changements génétiques. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/variation-genetique-adaptative/#i_783

XÉROPHYTES

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 1 020 mots
  •  • 2 médias

On appelle xérophytes les plantes (dites xérophiles) qui vivent dans des habitats classés comme secs, soit par le substrat, soit par l'atmosphère, soit par l'ensemble des deux. On connaît l'importance vitale de l'eau pour les plantes. Comme chez tout être vivant, l'eau prend part à la structure du cytoplasme et, donc, à l'organisation cellulaire ; elle fournit un milieu aux réactions du métabolis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xerophytes/#i_783


Affichage 

Adaptation à la nage

diaporama

Adaptation des membres antérieurs à la nage 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Animaux troglophiles

tableau

Caractéristiques du milieu souterrain et caractéristiques biologiques préadaptatives correspondantes de quelques animaux troglophiles (d'après Thinès et Tercafs, 1972) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Induction de la diapause chez une noctuelle

diaporama

Induction photopériodique de la diapause chez la noctuelle « Acronycta rumicis » (insecte lépidoptère) Différents lots de chenilles de cette noctuelle ont été soumis expérimentalement à des régimes photopériodiques différant par la durée d'éclairement par 24 heures Les animaux... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Adaptation à la nage
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Animaux troglophiles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Induction de la diapause chez une noctuelle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama