STIFTER ADALBERT (1805-1868)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la forêt de Bohême à Vienne

Adalbert Stifter est né à Oberplan, actuellement Horni Plana, en Bohême méridionale, d'une famille de paysans et d'artisans, et la plupart de ses œuvres auront pour cadre cette région. Orphelin de père à l'âge de douze ans – les thèmes du père disparu, de la recherche du père auront une grande importance dans son œuvre –, il quitte son pays natal en 1818 pour aller étudier, d'abord à l'abbaye bénédictine de Kremsmünster, puis à l'université de Vienne. Ses années d'étude sont essentiellement marquées par la rupture de ses fiançailles avec une amie d'enfance, Fanny Greipl, qui apparaîtra, elle aussi, sous une forme idéalisée, dans nombre de ses récits, et par l'échec de ses tentatives pour obtenir une place dans l'enseignement autrichien.

Jusqu'en 1840, Stifter hésite entre les deux vocations qu'il sent en lui, la peinture et la littérature, mais c'est en tant qu'écrivain qu'il trouve le succès avec la parution, en 1840, de sa première nouvelle, Der Condor. Venu tard à la littérature, il s'impose immédiatement et publie dans différents almanachs et revues, entre 1840 et 1848, une vingtaine de nouvelles qu'il rassemble, après les avoir toutes plus ou moins profondément modifiées, dans les cinq volumes de Studien (Études) parus entre 1844 et 1850.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

Classification

Pour citer l’article

Jean-Louis BANDET, « STIFTER ADALBERT - (1805-1868) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/adalbert-stifter/