ACTIONNISME VIENNOIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'actionnisme viennois comme thérapeutique

Pour Muehl une action ne se déroule jamais avec un seul acteur mais souvent avec cinq participants ou même davantage. Le caractère thérapeutique de sa démarche réside à ses yeux dans une expression verbale et corporelle sans limites et dans l'autoreprésentation des participants. À la fin des années 1960, il rompt avec tous les tabous, notamment les tabous sexuels, et veut faire éclater au grand jour les fantasmes et les perversions qui peuvent habiter l'humanité. Dans l'action Salaud (1969) il se fait enduire des matières fécales que les participants ont déposées sur son corps.

1971 marque la fin de l'actionnisme, Brus s'est exilé à Berlin, et Muehl crée un nouveau modèle de communauté, inspiré de son art, une sorte d'« anti-société », intitulée « organisation auto-analytique ». Dans cette communauté, dont les membres pouvaient avoir une liberté sexuelle absolue, la thérapie de l'autoanalyse passait par l'autoreprésentation : la mise en scène de chaque membre de la communauté. Cette vie communautaire, de plus en plus repliée sur elle-même et sectaire, conduisit Muehl, accusé de détournement de mineures, en prison de 1991 à décembre 1997. Peu après sa sortie, le musée des Arts appliqués de Vienne lui a consacré une importante exposition de ses peintures réalisées en prison, réminiscences atténuées de ses actions.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ACTIONNISME VIENNOIS  » est également traité dans :

BODY ART

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 4 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Corps public et corps social »  : […] C'est dans la Vienne de l'après-guerre que se met en place un art fortement ritualisé désignant le corps comme mesure de toute chose : du langage, de l'espace, des structures sociales. Faisant suite au projet d'une forme d'art total qu'il avait esquissé en 1957 avec son Théâtre des orgies et des mystères , l'artiste Hermann Nitsch entreprend des « actions » avec les peintres Otto Muehl et Gün […] Lire la suite

BRUS GÜNTER (1938- )

  • Écrit par 
  • Matthias SCHÄFER
  •  • 834 mots

L’artiste autrichien Günter Brus (né en 1938 à Ardning) est à la fois peintre, graphiste et essayiste. Au début des années 1960, l’artiste se situe dans le sillage de l’ Action painting et recouvrit son propre corps de peinture. Cette « autopeinture » se transforme en action corporelle, dont l’un des thèmes majeurs est l’automutilation. En tant que membre fondateur de l’ actionnisme viennois (avec […] Lire la suite

HAPPENING

  • Écrit par 
  • François PLUCHART
  •  • 4 070 mots

Dans le chapitre « De la peinture à la mise en scène »  : […] Le happening est né d'une volonté d'échapper à la peinture, mais il est né de la peinture. Autour de 1955, et à peu près simultanément aux États-Unis et au Japon, des peintres ont éprouvé le besoin de transformer le tableau en un système dynamique et évolutif, notamment l' assemblage d'objets auquel, le premier sans doute, Allan Kaprow a donné le nom d'environnement. Ces œuvres composites sont l […] Lire la suite

MUEHL OTTO (1925-2013)

  • Écrit par 
  • Matthias SCHÄFER
  •  • 954 mots

Les travaux artistiques les plus significatifs de l’artiste autrichien Otto Muehl datent de la période de l’actionnisme viennois, de 1962 à 1970, dont il était cofondateur. Tout comme Günter Brus, Adolf Frohner, Hermann Nitsch, Alfons Schilling et Rudolf Schwarzkogler, Muehl – d’une dizaine d’années leur aîné – remet en question l’art traditionnel et le remplace par l’action. […] Lire la suite

NITSCH HERMANN (1938- )

  • Écrit par 
  • Matthias SCHÄFER
  •  • 1 024 mots

Hermann Nitsch est l’une des figures majeures de l’actionnisme viennois (durant sa carrière, il a réalisé 142 actions) et il est le seul à utiliser ce langage artistique jusqu’à aujourd’hui. Hermann Nitsch, né en 1938 à Vienne, sort diplômé de l’Institut des arts graphiques en 1958. Ses goûts le portent vers les sujets religieux peints par Titien, le Greco et Rembrandt et vers le langage expressio […] Lire la suite

SCHILLING ALFONS (1934-2013)

  • Écrit par 
  • Christina TSCHECH
  •  • 831 mots

Né en 1934 à Bâle (Suisse), Alfons Schilling quitte sa ville natale en 1956 pour suivre les cours de l’Académie des arts appliqués de Vienne (Autriche). Avec Günter Brus, il s’impose rapidement comme l’un des pionniers de l’actionnisme viennois, la principale contribution autrichienne à l’élargissement de la notion d’art au cours des années 1960. Dans un climat politique et culturel restrictif, […] Lire la suite

SCHWARZKOGLER RUDOLF (1940-1969)

  • Écrit par 
  • Matthias SCHÄFER
  •  • 683 mots

L’artiste autrichien Rudolf Schwarzkogler s’attache à dénoncer le caractère provincial et conservateur de la vie culturelle autrichienne après la Seconde Guerre mondiale. Il s’insurge également contre une atmosphère politique et sociale stagnante et oppressante, caractérisée par un nationalisme exacerbé hostile à la modernité. Avec les membres de l’« actionnisme viennois », sa quête vise à briser […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Matthias SCHÄFER, « ACTIONNISME VIENNOIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/actionnisme-viennois/