ACTINIDES

ACTINIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES
  •  • 928 mots

L'existence dans la pechblende de l' actinium, élément radioactif de numéro atomique 89, fut établie en 1899 par André Louis Debierne, collaborateur de Pierre et Marie Curie qui venaient, un an auparavant, de découvrir, dans ce minerai d'uranium, le polonium et le radium. Son poids n'ayant pu être déterminé, ce n'est qu'une dizaine d'années après sa découverte, lorsque la théorie des transformati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actinium/#i_25478

BERKÉLIUM

  • Écrit par 
  • Marc LEFORT, 
  • Monique PAGÈS
  •  • 979 mots

Le berkélium (symbole Bk) est un élément chimique synthétique découvert en 1949. Son numéro atomique 97 le situe dans la classification périodique parmi les éléments dits « transuraniens » dont il est le cinquième membre, suivant immédiat du curium. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berkelium/#i_25478

COMPLEXES, chimie

  • Écrit par 
  • René-Antoine PARIS, 
  • Jean-Pierre SCHARFF
  •  • 4 353 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Principaux domaines d'application »  : […] L'intérêt suscité par la chimie des complexes provient de la diversité de leurs très nombreuses applications qui ne cessent de se développer dans tous les domaines de la chimie, débordant même sur la physique, la métallurgie, la chimie bio-inorganique. L' importance industrielle réside tout d'abord dans la catalyse homogène où l'utilisation de catalyseurs organométalliques (composés à liaison(s) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/complexes-chimie/#i_25478

HAHNIUM

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 427 mots

Actinide, du nom d'Otto Hahn Symbole chimique : Ha Numéro atomique : 105. La découverte de cet élément artificiel avait été annoncée en 1968 par un groupe de physiciens russes du centre de Dubna, mais les arguments donnés ne semblaient pas convaincants ; cependant, en avril 1970, les chercheurs américains A. Ghiorso, M. Nurmia, K. Eskola, J. Harris et P. Eskola ont réussi à préparer un isotope rad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hahnium/#i_25478

MÉTAUX - Métaux de transition

  • Écrit par 
  • André CASALOT
  •  • 2 160 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés physiques »  : […] Les éléments de transition et leurs composés présentent une température de fusion souvent très élevée (T F  = 3 400  0 C pour W), propriété qui les fait utiliser comme résistors de fours électriques et comme réfractaires (aciers spéciaux en aéronautique, gaines de protection). Ce sont en outre des matériaux particulièrement denses ( d  = 22,7 pour Os). Ils ont une dureté considérable (+ 9 de l'éch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-de-transition/#i_25478

NUCLÉAIRE - Réacteurs nucléaires

  • Écrit par 
  • Jean BUSSAC, 
  • Frank CARRÉ, 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Jules HOROWITZ, 
  • Jean TEILLAC
  •  • 12 397 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Réacteurs surgénérateurs à neutrons rapides »  : […] Les réacteurs à neutrons rapides, qui se distinguent des précédents par l'absence de modérateur, ne fonctionnent qu'avec un combustible dont la teneur en matière fissile est supérieure à 15 p. 100. Pour les neutrons rapides, la faiblesse des captures parasites et le meilleur rendement en neutrons (η) du plutonium 239 permettent à ces réacteurs d'être surgénérateurs avec le cycle 238 U- 239 Pu (fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-reacteurs-nucleaires/#i_25478

NUCLÉAIRE - Cycle du combustible

  • Écrit par 
  • Bernard BOULLIS, 
  • Noël CAMARCAT
  •  • 7 074 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les déchets issus du traitement »  : […] En France, les déchets issus du traitement des combustibles usés appartiennent à trois des cinq catégories de déchets (cf.  nucléaire  - Les déchets radioactifs) : – La catégorie des déchets F.M.A.-V.C. (de faible et de moyenne activité, et de vie courte) ne contient que des radionucléides dont la période est inférieure ou égale à trente ans et seulement des traces d'émetteurs à vie longue. Ils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-cycle-du-combustible/#i_25478

NUCLÉAIRE - Applications civiles

  • Écrit par 
  • Pierre BACHER
  •  • 6 686 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Technologies innovantes ou revisitées »  : […] De nombreux concepts de réacteurs ont été envisagés au début de l'énergie nucléaire, dans les années 1950, à l'époque des pionniers. Certains d'entre eux ont été poussés assez loin, jusqu'à la réalisation de réacteurs expérimentaux de quelques dizaines de MW thermiques et, parfois, de quelques MW d'électricité. Seuls ont survécu les concepts décrits dans les paragraphes précédents, tous les autres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-applications-civiles/#i_25478

NUCLÉAIRE - Déchets

  • Écrit par 
  • Pierre BEREST, 
  • Jean-Paul SCHAPIRA
  •  • 10 946 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le recyclage des actinides et la destruction du plutonium »  : […] Le plutonium est le plus important des actinides à considérer pour la transmutation, en raison de sa radiotoxicité et des quantités produites dans les réacteurs . Se pose également le problème de l'élimination au plan mondial du plutonium des armes nucléaires (environ 230 tonnes en 1994, selon l'Agence internationale de l'énergie atomique [A.I.E.A.]). Aujourd'hui, une partie du plutonium, séparé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-dechets/#i_25478

PLUTONIUM

  • Écrit par 
  • Daniel CALAIS, 
  • André CHESNÉ
  •  • 3 901 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Structure électronique »  : […] Situé dans la classification périodique des éléments entre le neptunium et l'américium, le plutonium appartient à la série des actinides. Sa structure électronique est complexe. Le nombre d'électrons de valence (ou électrons de conduction) varie avec la température et la pression. Pour l'atome libre, les couches K, L, M, N sont pleines. Dans la couche O, les niveaux  s , p , d sont totalement occ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plutonium/#i_25478

PROTACTINIUM

  • Écrit par 
  • Robert GUILLAUMONT
  •  • 1 882 mots
  •  • 1 média

Le protactinium (Pa) est l'élément chimique de numéro atomique 91. Tous ses isotopes sont radioactifs ; deux d'entre eux, 231 Pa et 234 Pa, existent dans la nature associés à la géochimie de l' uranium. L'isotope de masse 231, émetteur α de demi-vie T 1/2  = 32 760 ans, appartient à la famille radioactive 4 n  + 3 engendrée par l'uranium 235 et se trouve en quantité pondérable dans les minerais d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protactinium/#i_25478

SEABORG GLENN THEODORE (1912-1999)

  • Écrit par 
  • Michel GENET
  •  • 787 mots

Spécialiste américain de la chimie nucléaire né à Ishpeming (Michigan) et mort à Lafayette (Californie), Glenn T. Seaborg a été professeur de chimie de l'université de Californie (Berkeley), directeur associé honoraire du Lawrence Berkeley Laboratory, et président du Lawrence Hall of Science de l'université de Californie. Il a reçu son diplôme d'études supérieures en chimie à l'U.C.L.A. (1934) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glenn-theodore-seaborg/#i_25478

THORIUM

  • Écrit par 
  • Alfred LECOCQ, 
  • Jean-Pierre ZANGHI
  •  • 2 976 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés physiques »  : […] Le thorium métallique de haute pureté est blanc argenté, mais se ternit à l'air. Il est relativement mou et la dureté Vickers du métal pur varie de 32 à 42 kg/mm 2 . Il est extrêmement ductile et l'allongement à la rupture atteint parfois 60 p. 100. Sa limite élastique à 0,2 p. 100 est de l'ordre de 1 500 à 2 000 kg/cm 2 et sa charge à la rupture peut aller de 2 200 à 3 400 kg/cm 2 . Le thorium e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thorium/#i_25478

URANIUM

  • Écrit par 
  • Bernard BOUDOURESQUES, 
  • Jean CARALP, 
  • Jeanne LEHMANN, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 230 mots
  •  • 9 médias

L'uranium (symbole U, numéro atomique 92) est un élément chimique métallique très dense ( d  = 19), dur, dont la couleur grise rappelle celle du nickel. Pendant les cent cinquante ans qui suivirent sa découverte, en 1789, par Martin Heinrich Klaproth, on lui trouva peu d'applications – essentiellement la fabrication d'émaux –, et il fut étudié principalement parce qu'il était le plus lourd (poids […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uranium/#i_25478


Affichage 

Nucléaire : actinides

graphique

Décroissance du risque potentiel et contribution comparée des actinides avec celle d'un produit de fission à vie longue qu'est le technétium-99 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Nucléaire : actinides
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique