ACTE, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'acte d'être

La tradition philosophique dit cependant plus habituellement que l'énergie contamine l'entéléchie, que l'être suit l'agir. Nous avons vu comment cette articulation se présentait déjà d'une certaine manière chez Aristote, de qui Thomas l'a reçue ; elle a été retenue surtout par le néo-platonisme, qui constitue une autre de ses sources. Pour Plotin, l'être suit l'agir, car il est énergie, mouvement. Ce qu'Aristote disait de l'intellection, Plotin le transpose dans l'amour, avec les mêmes structures de la noèsis noèséôs, de la pensée se pensant elle-même. L'amour, « se transportant en lui-même, s'aime, aime sa pure clarté ; il est lui-même ce qu'il aime ». Plotin est sans doute le premier des auteurs qui insiste sur l'originalité du principe en son unité, causa sui : « il ne faut pas craindre de poser un acte [energeia] sans un être [ousia] qui agit, puisque c'est l'acte premier ». L'acte est ainsi plus parfait que la substance (ousia) ; libre (eleuthera), il est par lui-même ce qu'il est. L'être thomasien, qui est communication immanente de soi, bonté qui se diffuse, se laisse interpréter selon ces vues.

La philosophie française, depuis Descartes, est attentive au penser et au vouloir qui sont des actions, mais, et c'est là l'intuition cartésienne, qui s'accomplissent par le fait même en acte, qui font événement. L'acte ne comble pas les manques de l'action ; il ne la fige pas, mais lui donne au contraire un appui et un élan (Maurice Blondel). Louis Lavelle reprend cette idée quand il affirme que « l'acte n'est point une opération qui s'ajoute à l'être, mais son essence même ». La tradition thomiste (Jacques Maritain, Aimé Forest, Étienne Gilson) qu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur ordinaire à l'Université grégorienne, Rome

Classification


Autres références

«  ACTE, philosophie  » est également traité dans :

DEVOIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 242 mots

Dans le chapitre « Le devoir, une affirmation de la raison »  : […] Un siècle avant Nietzsche, Emmanuel Kant (1724-1804) avait dû admettre que la morale ne se prouve pas. Mais il complétait ce constat par l’idée suivante : si nous sommes dans l’illusion en supposant que nous menons nos existences d’après des principes que nous choisissons de suivre, si nous ne sommes que des êtres conditionnés ou des animaux-machines, c’est alors l’idée même de morale qui s’écrou […] Lire la suite

LIBERTÉ (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 519 mots

Dans le chapitre « « Je dois » : un postulat fondateur »  : […] Cependant, aussi extravagante qu’elle paraisse sur un plan métaphysique, l’hypothèse du libre arbitre peut-elle être aisément éliminée ? On doit à Kant , au xviii e  siècle, d’avoir enrichi en la rendant plus subtile l’idée de libre arbitre. C’est en partant à la recherche des fondements de la morale qu’Emmanuel Kant (1724-1804) va revisiter la thèse cartésienne. Sa réflexion prend appui sur un […] Lire la suite

Les derniers événements

2-11 avril 2013 • France • Retrait du grand rabbin Gilles Bernheim.

figure pas sur les listes des titulaires de l'agrégation, ce qui contredit la qualité d'« agrégé de philosophie » dont le grand rabbin se prévaut dans certaines de ses biographies. Le 9, Gilles Bernheim reconnaît l'usurpation du titre d'agrégé, affirmant s'être enfermé dans une position de « déni [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul GILBERT, « ACTE, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/acte-philosophie/