ACHÉENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Monde mycénien et monde homérique

D'abord, celui des rapports entre le monde mycénien et le monde homérique. Peut-on utiliser Homère pour étudier les Achéens ? L'important ouvrage de Wace et Stubbings, A Companion to Homer (1963), a posé encore une fois ce problème et, encore une fois, l'a laissé sans solution. Deux tendances partagent les historiens : l'une, où dominent les Anglo-Saxons, admet, avec Schliemann, une certaine « réalité historique » d'Homère, dont elle croit trouver confirmation dans l'archéologie : « Il y a beaucoup de Mycénien dans Homère » (Wace) ; mais elle se heurte à des adversaires résolus, avec l'école française, à laquelle se rallient quelques historiens américains. Pour eux, Homère n'est pas un « guide » du monde achéen. Il ne faut pas utiliser les textes homériques « avec prudence », il ne faut pas les utiliser « du tout ». Ces textes sont fondés, de l'aveu même de Wace, sur une tradition purement orale : l'écriture, après le passage des Doriens, a disparu pendant quatre siècles pour reparaître à la fin du ixe siècle avant J.-C. Aussi sont-ils séparés du monde mycénien par le « hiatus » que constitue la période la plus obscure de l'histoire grecque et leur confrontation avec les données archéologiques prouve, en outre, qu'ils sont très éloignés de la vérité et souvent pleins d'erreurs. D'autre part, le déchiffrement du linéaire B a montré, selon l'Américain Finley, que le monde mycénien, profondément différent du monde homérique, avait à la fois une civilisation matérielle moins avancée et des institutions beaucoup plus complexes. Ces historiens soulignent quelques « erreurs » homériques. Dans Homère, les coutumes funéraires reposent sur l'incinération : rien de tel à Mycènes ou à Pylos, par exemple, où l'inhumation est la règle. Certes, quelques objets décrits dans Homère se sont retrouvés dans les tombes mycéniennes, comme le casque orné de dents de sanglier ; mais l'épée mycénienne est une arme d'estoc, l'épée d'Homèr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ACHÉENS  » est également traité dans :

MYCÉNIENNE CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 199 mots
  •  • 1 média

La civilisation mycénienne a été ainsi appelée du nom de Mycènes (Argolide), son premier site à avoir été fouillé (1874). Sa phase finale, durant l'Helladique Récent III B (1300-1200) est bien connue, grâce au déchiffrement, en 1952, de l'écriture linéaire B, qui a révélé que la langue de ces Achéens, établis de Chypre à la Sicile, était déjà du grec. Les palais, désormais protégés – sauf à Pylos  […] Lire la suite

ÉGÉEN MONDE

  • Écrit par 
  • Olivier PELON
  •  • 11 168 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'effondrement »  : […] La puissance mycénienne atteint son apogée au xiii e siècle. Elle est alors dans les documents hittites mise sur le même plan que les plus grandes puissances orientales, l'Égypte, l'Assyrie et l'empire hittite d'Anatolie lui-même. Sans doute se forme-t-il alors l'essentiel des récits qui donneront plus tard naissance à l'épopée homérique. L'histoire d'Agamemnon réunissant sous ses ordres une coa […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 753 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Premiers établissements et civilisation mycénienne »  : […] Dans ce pays si peu fait pour retenir l'homme, les premiers établissements humains apparaissent dès le V e millénaire, parsemés et peu importants, mais qui témoignent qu'au Néolithique la Grèce était déjà habitée. Puis, vers la fin du IV e millénaire, de nouveaux arrivants s'installent dans le pays, atteignant des régions non encore habitées. On pense qu'ils étaient originaires d'Anatolie. La Gr […] Lire la suite

HOMÈRE

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER, 
  • Gabriel GERMAIN, 
  • Michel WORONOFF
  •  • 12 022 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La vie politique »  : […] Dans les poèmes homériques, aucune société n'est une simple juxtaposition de familles, à l'exception de celle des Cyclopes, « brutes sans foi ni loi » que le poète décrit en ces termes : « Chez eux, pas d'assemblée qui délibère ni règles coutumières ( thémistes ) ; au sommet des grands monts, au creux de sa caverne, chacun dicte sa loi à ses enfants et femmes, et ils n'ont nul souci les uns des au […] Lire la suite

MÉDITERRANÉE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • André BOURDE, 
  • Georges DUBY, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 18 410 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les premiers peuples marins »  : […] C'est au III e  millénaire qu'on commence à entrevoir la vie de la Méditerranée. Contrairement aux grands empires égyptien et mésopotamien, des peuples tournent alors leur activité vers la mer, créent les techniques de navigation, explorent les rivages et inaugurent les routes commerciales. Depuis 2700, la Crète voyait s'épanouir la civilisation minoenne. Plus tard, les Grecs conservèrent le souv […] Lire la suite

MÉTAPONTE

  • Écrit par 
  • Jacques DUMONT
  •  • 234 mots

Ville grecque de Lucanie, située à cinquante kilomètres à l'ouest de Tarente. Selon Diodore, Métaponte aurait été fondée vers ~ 700 par des Achéens que Sybaris avait appelés contre la ville dorienne de Tarente. Entre les deux fleuves Bradano et Casuentus, elle commandait la route commerciale vers Paestum. Sa richesse en blé apparaît dans l'épi de ses monnaies. Son terroir était régulièrement cadas […] Lire la suite

Pour citer l’article

Andrée POUGET, « ACHÉENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/acheens/