ACCUMULATIONS (géologie)Accumulations continentales

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Accumulation éolienne

Comme les eaux courantes, le vent a une activité de transport et d'accumulation. Cette activité se situe dans le prolongement de la déflation qu'il exerce aux dépens des formations superficielles meubles. Les observations de terrain ainsi que l'expérimentation en soufflerie montrent que cette prise en charge ne concerne que les éléments ne dépassant pas 0,50 mm de diamètre. À l'opposé, les particules argileuses appartenant à la classe des colloïdes sont également exclues, en raison de leur cohésion interne. Le transport éolien affecte donc, fondamentalement, les sables fins et très fins (grains compris entre 0,50 et 0,050 mm), et les limons (de 50 à 2 μm). Le déplacement des sables se fait par saltation des grains soulevés à plusieurs décimètres au-dessus du sol, et retombant plus loin ; celui des limons s'effectue en suspension dans l'air, les particules pouvant être entraînées à plusieurs milliers de mètres d'altitude dans l'atmosphère, et déplacées sur des milliers de kilomètres. Il faut noter que les sables plus grossiers, voire les graviers jusqu'à 10 millimètres de diamètre, sont susceptibles d'être mobilisés par roulage sur le sol sous l'action de vents très forts, mais leur participation à l'accumulation éolienne reste négligeable. Il convient d'examiner séparément le cas des accumulations sableuses et limoneuses.

Le rôle des vents de sable se manifeste notamment par l'édification des dunes, formes d'accumulation éolienne très répandues sur les continents. Leur épanouissement le long des côtes basses et, surtout, dans les déserts tient aux conditions particulièrement favorables offertes à leur activité. On signalera, d'abord, l'importance des volumes de sable disponibles soit sur de vastes estrans découverts à marée basse, soit par des stocks d'alluvions capitalisés dans les bassins endoréiques des déserts, ou par les dépôts morainiques et fluvio-glaciaires accumulés dans les marges des glaciers, notamment dans les hautes latitudes. Par ailleurs, tous ces milieux permettent à la déflation de s'exercer sans entrave, en raison même de la médiocrité de la couverture végétale, conséquence de l'aridité, mais aussi du froid excessif dans les déserts continentaux de la Haute Asie centrale et dans ceux de l'Arctique. Des steppes très ouvertes, voire confinées dans les lits d'oueds, ou de maigres toundras livrent les matériaux superficiels éolisables à l'ablation éolienne. Il est établi que cette prise en charge s'effectue dès que la vitesse du vent atteint 4 à 5 mètres par seconde.

Le dépôt du sable résulte de l'état de surcharge provoqué par un ralentissement de l'air. Il peut provenir de changements dans la dynamique éolienne elle-même, ou des contraintes exercées sur l'écoulement de l'air par les surfaces parcourues. Les frottements liés à la rugosité d'un reg suffisent à déclencher l'ensablement. Ainsi amorcé, le dépôt tend à s'accentuer, car la saltation des grains de sable exige plus d'énergie sur une surface ensablée molle que sur un espace rocheux dur, favorable à leur rebondissement. Les hamadas sahariennes sont dépourvues de dunes, même en bordure des grands ergs. Des dunes d'obstacle s'édifient au vent et sous le vent des reliefs, mais aussi en raison du rôle de piège joué par les végétaux créateurs de buttes sablonneuses atteignant plusieurs mètres de hauteur quand il s'agit d'arbustes (jujubier, tamaris). Ces nebkas sont souvent prolongées par une flèche de sable libre, qui s'allonge à l'abri du vent dominant. Mais c'est dans les grands ergs, vastes massifs dunaires de plusieurs dizaines, voire centaines de milliers de kilomètres carrés (TaklaMakan), que l'accumulation éolienne s'exprime de la façon la plus spectaculaire ; très complexes, mais organisés, ils rassemblent des dunes de types variés, parmi lesquelles on signalera des édifices pyramidaux, appelés ghourds au Sahara, pouvant dépasser 200 à 300 mètres de hauteur. On a démontré que les ergs résultent, pour l'essentiel, d'un simple réaménagement en dunes de la fraction sableuse d'alluvions antérieurement concentrées dans des bassins endoréiques, en fonction de l'affirmation de l'aridité au Quaternaire, dans ces régions. Cette aridification s'étant effectuée par étapes, on conçoit que les ergs associent plusieurs générations de dunes de types divers avec des terrasses lacustres, d'où leur complexité et leur intérêt pour les recherches sur les paléoclim [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Glacis d'ablation vers glacis d'épandage

Glacis d'ablation vers glacis d'épandage
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Régime endoréique

Régime endoréique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Orogenèse

Orogenèse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Transgression marine sur côte basse

Transgression marine sur côte basse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 12 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur des Universités, professeur émérite à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ACCUMULATIONS, géologie  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 221 mots

L'accumulation est une activité morphogénique qui consiste dans le dépôt définitif de matériaux par un agent de transport. À l'exception des cônes et des talus d'éboulis, dus à l'action directe de la gravité, elle résulte essentiellement de l'intervention de l'eau et de l'air. Le vent et l'eau continentale, qui intervient à l'état liquide sous la forme de ruissellements et d'éc […] Lire la suite

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 920 mots
  •  • 26 médias

Les accumulations marines résultent soit de la sédimentation, soit de la construction biologique (cf. récifs).La sédimentation est l'abandon de matériaux meubles en cours de transport. L'agent de transport, s'il s’exerce de manière temporaire, donne lieu à des accumulations instables, qui ne sont qu'une étape dans un déplacement appelé à reprendre des […] Lire la suite

BASSIN SÉDIMENTAIRE

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 4 694 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les bassins des socles hercyniens »  : […] Les combinaisons de formes de relief les plus riches et les plus complexes semblent caractériser les bassins sédimentaires des socles hercyniens. Ces traits se manifestent d'abord dans la gamme des formes structurales . Leur importance résulte des conditions favorables offertes à l' érosion différentielle, tant par le matériel rocheux que par la diversification de détail de la tectonique. Les alig […] Lire la suite

DELTAS

  • Écrit par 
  • Gilbert BELLAICHE
  •  • 3 785 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les deltas continentaux »  : […] Les deltas continentaux peuvent être définis d'une manière très générale comme des constructions sédimentaires élaborées au débouché des cours d'eau dans des étendues d'eau permanentes. L'origine du mot delta remonte au v e  siècle avant J.-C. : il a été utilisé pour la première fois par Hérodote pour désigner la plaine alluviale du Nil, dont la forme évoque la lettre grecque Δ (delta majuscule ). […] Lire la suite

DÉSERTS

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Huguette GENEST, 
  • Francis PETTER
  •  • 20 856 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Dépressions fermées »  : […] Les plaines et piémonts désertiques d'ablation ou d' accumulation convergent en général vers des dépressions fermées, ou vers des oueds collecteurs qui y conduisent. Leur fréquence concrétise l'énorme prépondérance de l' endoréisme sur l'exoréisme, conséquence logique du déficit en eau des régions arides. Les dépressions fermées, exception faite des cuvettes karstiques du type doline, telles les d […] Lire la suite

EMBOUCHURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 3 324 mots

Dans le chapitre « Caractères communs »  : […] L'origine des accumulations deltaïques réside dans le dépôt des particules grossières transportées par saltation ou par roulage, lorsque la pente (et donc la compétence) diminue à l'approche de la mer. Dans la partie interne du delta, le fait que la diminution de la compétence soit due à la mer n'a pas d'influence spécifique, et le fleuve ne se comporte pas autrement que n'importe quelle rivière […] Lire la suite

GLACIERS

  • Écrit par 
  • François ARBEY, 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 13 001 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Bilans de masse et d'énergie des glaciers »  : […] La glacier en tant que stock d'eau solide subsistant l'été est un phénomène important dans les régions à pluviosité moyenne ou faible, car les glaciers fournissent de l'eau en période de sécheresse. Mais tous ces glaciers économiquement utiles ne représentent, au plus, que 3 p. 1 000 de toute la glace présente sur le globe. Le paramètre le plus important concernant ce stock est le bilan (sous-ent […] Lire la suite

PÉRIGLACIAIRE DOMAINE

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 5 782 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modelés et formes fluviatiles »  : […] Les modelés et les formes fluviatiles se différencient en fonction de l'importance des organismes d'écoulement. Au creux des vallons en berceau, les petites rivières locales se perdent dans la masse des débris amenés des versants, qu'elles sont impuissantes à évacuer. Mieux alimentés par des reliefs importants, les écoulements de piémont déposent, sur le sol encore gelé, des pellicules de matéri […] Lire la suite

POLAIRES MILIEUX

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yvon LE MAHO
  •  • 8 301 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les modelés d'ablation et d'accumulation »  : […] Les modelés d'ablation dus aux inlandsis offrent une grande monotonie. Ils caractérisent les vastes boucliers de l'hémisphère Nord façonnés par les glaciations quaternaires. Le paysage s'y résume à une succession de collines basses à roches moutonnées, séparées par un dédale de dépressions, et localement tapissées par une moraine de fond peu épaisse. De multiples lacs, marécages ou tourbières exp […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Érosion et sédimentation

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • André JAUZEIN
  •  • 7 043 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Dépôt »  : […] Les roches sédimentaires reflètent aussi les conditions du dépôt. Ces rapports se manifestent avec évidence dans le cas des roches détritiques de faciès continental. Ils concernent à la fois le calibre de leurs éléments constitutifs et leur disposition. La granulométrie de ces roches exprime ainsi les conditions dynamiques offertes par le processus de transport au moment du dépôt. Elle résulte, e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger COQUE, « ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations continentales », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/accumulations-geologie-accumulations-continentales/