ACCUMULATIONS (géologie)Accumulations continentales

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Accumulation fluviatile

L'accumulation due aux ruissellements et aux écoulements provoqués par la pluie et les fusions nivale ou glaciaire représente le type le plus universellement répandu à la surface des continents, les régions aréiques n'ayant guère d'existence réelle. Aussi engendre-t-elle une famille de formes très fréquentes et fort diversifiées. Prolongée et développée sur de vastes espaces, en particulier, elle aboutit à l'édification d'une surface d'aggradation. En revanche, l'alluvionnement n'est qu'un phénomène temporaire de dépôt, dont les éléments sont toujours susceptibles d'être mobilisés à nouveau lors des crues. Il s'agit donc d'un matériel en transit.

D'une façon générale, l'accumulation fluviatile découle d'un déséquilibre persistant entre les débits solide et liquide en faveur de la charge. Les causes en sont variées et peuvent intervenir aussi bien en périodes de stabilité des conditions de la morphogenèse qu'à la faveur de crises morphogéniques majeures.

Accumulation en périodes de stabilité

Toute cause susceptible de provoquer un ralentissement du flot entraîne un état de surcharge. Un cas banal est celui du débordement des crues dans le lit d'inondation. Le freinage provoqué par la diminution de la profondeur et le rôle de piège joué par la végétation arborée et buissonnante des rives déclenchent l'édification de levées naturelles ou bourrelets de rive, entre le lit mineur (ou ordinaire) et le lit majeur (ou d'inondation). En deçà s'édifie une plaine alluviale par sédimentation de la charge sablo-limoneuse. On citera l'exemple des immenses varzeas construites par les débordements de l'Amazone au-delà des restingas qui jalonnent son lit mineur. Les vestiges de ces plaines d'accumulation laissés par une phase de creusement ultérieure constituent des terrasses fluviatiles. Le long des grands fleuves, leur emboîtement exprime la succession de périodes d'accumulation et de creusement.

À proximité du niveau de base des cours d'eau, des conditions favorables au dépôt se traduisent par la construction de formes d'accumulation typiques, car l'écoulement et le transport cessent, progressivement, en raison de l'insignifiance croissante de la pente. Ainsi se développent les deltas aux embouchures des fleuves et des rivières, en progression plus ou moins rapide vers la mer et de types variés, selon l'importance des apports alluviaux, l'agressivité des eaux marines et les caractéristiques du relief sous-marin. Ceux des plus grands fleuves (Mississippi, Gange et Brahmapoutre, Yiangzijiang, Volga) sont de vastes plaines de niveau de base, marécageuses, où le cours d'eau méandre et se divise en multiples chenaux avant de se raccorder au niveau de base général (océan mondial) ou local (mer intérieure, lac ou dépression endoréique).

Les ruptures de pente qui accidentent parfois le lit des cours d'eau déclenchent aussi le dépôt d'une partie de la charge. Cette situation est très fréquente dans le cas des torrents des montagnes englacées au Quaternaire. La réadaptation des lits glaciaires à l'écoulement fluviatile, après la déglaciation, se manifeste par le colmatage des ombilics glaciaires par la construction de petites plaines d'accumulation, en amont des verrous plus ou moins sciés par l'écoulement torrentiel.

Dans une autre perspective, les conditions bioclimatiques de la morphogenèse peuvent favoriser les processus d'accumulation. À cet égard, le cas des milieux arides est typique. Cette situation y résulte de la diminution rapide vers l'aval du débit des oueds ou des écoulements diffus, à la fois par infiltration dans leurs lits asséchés entre les crues, et par évaporation. Il faut également mettre en cause la dispersion du flot dans de multiples chenaux (rillwash) ou son étalement en nappe (sheetwash). Dans certains piémonts désertiques, on observe ainsi le passage, vers l'aval, de formes d'ablation (glacis d'ablation ou pédiment) à des glacis d'épandange issus de cette accumulation (fig. 1). Depuis longtemps, Andrew Cooper Lawson a signalé que cette situation aboutissait à la fossilisation des pédiments, en liaison avec l'empiétement de la suballuvial bench engendré par la sédimentation dans les playas (fig. 2).

Glacis d'ablation vers glacis d'épandage

Dessin : Glacis d'ablation vers glacis d'épandage

Passage d'un glacis d'ablation à un glacis d'épandage en région aride. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Régime endoréique

Dessin : Régime endoréique

Accumulation en régime endoréique à niveau de base ascendant (d'après A.C. Lawson). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Accumulation pendant les crises morphogéniques

Les déséquilibres accentués qui caractérisent les crises morphogéniques sont à l'origine de phénomènes d'accumulation accélérés et massifs. Ils résultent alors de mouvements orogéniques, de l'instabilité du niveau marin, ou de changements bioclimatiques.

Les mouvements orogéniques interviennent en modifiant les pentes, les dénivellations et la charge des écoulements. Toute genèse d'un relief important s'accompagne de la construction d'un piémont d'accumulation. D'une part, la fourniture en matériaux est accrue par le développement du volume rocheux livré à l'érosion ; d'autre part, la rupture de pente créée entre ce relief et son piémont entraîne leur dépôt progressif sous la forme de cônes alluviaux coalescents. Leur édification, d'abord synorogénique du fait de subsidences ou de plissements souples, au moins en amont, se poursuit après la stabilisation tectonique, grâce à la forte dénivellation due à la création du relief montagneux. Ainsi, le piémont des Pyrénées françaises présente des formations corrélatives tertiaires plissées (poudingues de Palassou et molasses néogènes), recouvertes en discordance par des cônes alluviaux quaternaires peu ou non déformés, tels que ceux du Lannemezan (fig. 3).

Orogenèse

Dessin : Orogenèse

Accumulation à la suite d'une orogenèse. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les variations eustatiques du niveau marin déclenchent d'autres types d'accumulation, aussi bien par suite d'une remontée que d'un abaissement. Lorsqu'une transgression marine submerge une plaine côtière, elle provoque l'édification d'une plaine de niveau de base dans les mêmes conditions que celles qui sont créées par la sédimentation dans une dépression fermée (fig. 4). Les vastes plaines deltaïques de l'Europe du Nord résultent de la transgression flandrienne consécutive à la déglaciation postérieure au Würm. Mais une accumulation comparable peut se manifester lors d'une régression marine, à condition que la pente de la plate-forme littorale exondée soit inférieure à celle des écoulements. Cette fois encore, le dépôt provient de cette rupture de pente et vise à la régulation du profil. Selon qu'il s'agit d'écoulements linéaires ou diffus, ces accumulations d'origine eustatique se développent en lanières, ou s'étalent en nappes alluviales (fig. 5).

Transgression marine sur côte basse

Dessin : Transgression marine sur côte basse

Accumulation par transgression marine sur une côte basse. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Transgression marine sur plate-forme littorale

Dessin : Transgression marine sur plate-forme littorale

Accumulation par régression marine sur une plate-forme littorale. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les changements bioclimatiques peuvent être la cause essentielle d'importantes accumulations, par les perturbations majeures qu'ils provoquent dans les systèmes morphogéniques. Aux périodes de quasi-stabilité des formes de relief (biostasie), où la couverture végétale protège de l'ablat [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Médias de l’article

Glacis d'ablation vers glacis d'épandage

Glacis d'ablation vers glacis d'épandage
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Régime endoréique

Régime endoréique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Orogenèse

Orogenèse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Transgression marine sur côte basse

Transgression marine sur côte basse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, professeur émérite à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ACCUMULATIONS, géologie  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 221 mots

L'accumulation est une activité morphogénique qui consiste dans le dépôt définitif de matériaux par un agent de transport. À l'exception des cônes et des talus d'éboulis, dus à l'action directe de la gravité, elle résulte essentiellement de l'intervention de l'eau et de l'air. Le vent et l'eau continentale, qui intervient à l'état liquide sous la forme de ruissellements et d'éc […] Lire la suite

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 920 mots
  •  • 26 médias

Les accumulations marines résultent soit de la sédimentation, soit de la construction biologique (cf. récifs).La sédimentation est l'abandon de matériaux meubles en cours de transport. L'agent de transport, s'il s’exerce de manière temporaire, donne lieu à des accumulations instables, qui ne sont qu'une étape dans un déplacement appelé à reprendre des […] Lire la suite

BASSIN SÉDIMENTAIRE

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 4 694 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les bassins des socles hercyniens »  : […] Les combinaisons de formes de relief les plus riches et les plus complexes semblent caractériser les bassins sédimentaires des socles hercyniens. Ces traits se manifestent d'abord dans la gamme des formes structurales . Leur importance résulte des conditions favorables offertes à l' érosion différentielle, tant par le matériel rocheux que par la diversification de détail de la tectonique. Les alig […] Lire la suite

DELTAS

  • Écrit par 
  • Gilbert BELLAICHE
  •  • 3 785 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les deltas continentaux »  : […] Les deltas continentaux peuvent être définis d'une manière très générale comme des constructions sédimentaires élaborées au débouché des cours d'eau dans des étendues d'eau permanentes. L'origine du mot delta remonte au v e  siècle avant J.-C. : il a été utilisé pour la première fois par Hérodote pour désigner la plaine alluviale du Nil, dont la forme évoque la lettre grecque Δ (delta majuscule ). […] Lire la suite

DÉSERTS

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Huguette GENEST, 
  • Francis PETTER
  •  • 20 856 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Dépressions fermées »  : […] Les plaines et piémonts désertiques d'ablation ou d' accumulation convergent en général vers des dépressions fermées, ou vers des oueds collecteurs qui y conduisent. Leur fréquence concrétise l'énorme prépondérance de l' endoréisme sur l'exoréisme, conséquence logique du déficit en eau des régions arides. Les dépressions fermées, exception faite des cuvettes karstiques du type doline, telles les d […] Lire la suite

EMBOUCHURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 3 324 mots

Dans le chapitre « Caractères communs »  : […] L'origine des accumulations deltaïques réside dans le dépôt des particules grossières transportées par saltation ou par roulage, lorsque la pente (et donc la compétence) diminue à l'approche de la mer. Dans la partie interne du delta, le fait que la diminution de la compétence soit due à la mer n'a pas d'influence spécifique, et le fleuve ne se comporte pas autrement que n'importe quelle rivière […] Lire la suite

GLACIERS

  • Écrit par 
  • François ARBEY, 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 13 001 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Bilans de masse et d'énergie des glaciers »  : […] La glacier en tant que stock d'eau solide subsistant l'été est un phénomène important dans les régions à pluviosité moyenne ou faible, car les glaciers fournissent de l'eau en période de sécheresse. Mais tous ces glaciers économiquement utiles ne représentent, au plus, que 3 p. 1 000 de toute la glace présente sur le globe. Le paramètre le plus important concernant ce stock est le bilan (sous-ent […] Lire la suite

PÉRIGLACIAIRE DOMAINE

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 5 782 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modelés et formes fluviatiles »  : […] Les modelés et les formes fluviatiles se différencient en fonction de l'importance des organismes d'écoulement. Au creux des vallons en berceau, les petites rivières locales se perdent dans la masse des débris amenés des versants, qu'elles sont impuissantes à évacuer. Mieux alimentés par des reliefs importants, les écoulements de piémont déposent, sur le sol encore gelé, des pellicules de matéri […] Lire la suite

POLAIRES MILIEUX

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yvon LE MAHO
  •  • 8 301 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les modelés d'ablation et d'accumulation »  : […] Les modelés d'ablation dus aux inlandsis offrent une grande monotonie. Ils caractérisent les vastes boucliers de l'hémisphère Nord façonnés par les glaciations quaternaires. Le paysage s'y résume à une succession de collines basses à roches moutonnées, séparées par un dédale de dépressions, et localement tapissées par une moraine de fond peu épaisse. De multiples lacs, marécages ou tourbières exp […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Érosion et sédimentation

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • André JAUZEIN
  •  • 7 043 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Dépôt »  : […] Les roches sédimentaires reflètent aussi les conditions du dépôt. Ces rapports se manifestent avec évidence dans le cas des roches détritiques de faciès continental. Ils concernent à la fois le calibre de leurs éléments constitutifs et leur disposition. La granulométrie de ces roches exprime ainsi les conditions dynamiques offertes par le processus de transport au moment du dépôt. Elle résulte, e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger COQUE, « ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations continentales », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/accumulations-geologie-accumulations-continentales/