ACADÉMIE ROYALE DE DANSE

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le roi danseur »  : […] La venue au pouvoir de Mazarin marquera momentanément un recul du ballet. Amateur d'opéras, le ministre croit en l'influence magique de la musique. Il favorise les Italiens, et s'il appelle le chorégraphe Gianbattista Balbi dit Tasquin et le décorateur Giacomo Torrelli, c'est pour assurer la mise en scène de la Finta Pazza en 1645. On admire à Paris les décors de l' Orfeo de Luigi Rossi, mais on […] Lire la suite

CHORÉGRAPHIE - L'art d'écrire la danse

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT
  •  • 2 173 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L'« Orchésographie » »  : […] Au xv e  siècle, une convention permet de noter en Espagne, Italie et France les basses danses par signes et alphabet : R signifiant révérence ; p , pas ; d , double ; r ou z , reprise ; b , branle, comme en témoignent les manuscrits catalans de Cervera et Tarragone, le Livre des basses danses de Marguerite d'Autriche ou les traités de Guglielmo Ebreo de Pesaro. Publiée à Langres en 1589 pa […] Lire la suite

CHORÉGRAPHIE - L'art de créer les gestes

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 693 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les origines de la chorégraphie »  : […] L'idée même de chorégraphie naît avec la danse savante, c'est-à-dire celle dont on doit connaître les pas pour la pratiquer, qui est apparue à la fin du xv e  siècle dans les cours italiennes, puis importée en France par Catherine de Médicis, où elle prend le nom de danse de cour ou « belle dance française ». Cette ancêtre de la danse classique peut, à ce titre, être considérée comme l'origine d […] Lire la suite

ÉCOLE FRANÇAISE DE DANSE

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 374 mots

Dans le chapitre « Quelques jalons historiques »  : […] La conception d’une danse savante, c’est-à-dire fondée sur une technique et un « vocabulaire » si précis que tous les pas sont nommés, est née sous le règne de Louis XIV, au moment où, grâce à lui, le ballet de cour est à son apogée. Ce « roi danseur » crée l’Académie royale de danse en 1661, au même titre que les Académies de sculpture et de peinture, élevant ainsi la danse au rang d’art majeur. […] Lire la suite