ACADÉMIE DE FRANCE À ROME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Gloire et usure d'une institution

C'est au xviiie siècle, quoi qu'il en soit, que l'Académie de France devait connaître son apogée. Logée à partir de 1725 dans le somptueux palais Mancini à l'entrée du Corso, elle est alors parfaitement intégrée à la « Ville éternelle ». La fécondité du foyer romain, l'importance stratégique qu'il revêt à nouveau au milieu du siècle à la suite des grandes découvertes archéologiques faites en Campanie, les relations étroites que l'Académie de France entretient avec l'Académie romaine de Saint-Luc, institution ouverte aux idées nouvelles, ont certainement contribué à stimuler les travaux des pensionnaires durant toute cette période. Une lignée d'excellents directeurs, bien connus grâce à leur correspondance, publiée, pour les xviie et xviiie siècles, par J. Guiffrey et A. de Montaiglon (1887-1912, 17 vol.), et dont certains exercèrent même, semble-t-il, une influence fondatrice – ainsi le peintre Natoire pour le renouveau du sentiment de la nature, et Vien pour celui de l'inspiration antique – ne pouvaient qu'accentuer ce climat favorable. Dans la liste des pensionnaires depuis la fin du xviie siècle, on retrouve pour ainsi dire l'élite de l'art français du temps : les peintres Nattier, Boucher, C. van Loo, Lemoyne, Subleyras, Fragonard, David, Peyron, Drouais, Fabre et Girodet, les sculpteurs Girardon, G. Coustou, R. Le Lorrain, L. S. Adam, Slodtz, Bouchardon, Pigalle, Pajou et Houdon, les architectes Soufflot et De Wailly. Le phénomène est remarquable : il ne devait plus se reproduire avec une telle envergure.

Marius à Minturnes, J. G. Drouais

Photographie : Marius à Minturnes, J. G. Drouais

Marius à Minturnes, huile sur toile du Français Jean Germain Drouais (1763-1788). Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Après la Révolution, qui ouvre une parenthèse dans son histoire – à l'instar de toutes les académies de l'Ancien Régime, elle est supprimée de 1793 à 1795 et ne « redémarre » guère avant 1803, date de son installation à la Villa Médicis –, l'Académie de France est plus que jamais l'une des pièces maîtresses de l'organisation officielle des beaux-arts. De nouvelles disciplines y sont admises : la musique en 1803, la gravure en taille douce en 1804, la gravure en pierres fines en 1807, le paysage historique de 1817 à 1863. Véritable modèle de toute carrière artistique honorable, une filière se met en place qui perdura jusqu'à nos jours : dispensateurs des grands prix dont ils jugent les épreuves, les membres de l'Institut (la IVe classe, devenue l'Académie des beaux-arts en 1816) expédient à la Villa Médicis les meilleurs d'entre leurs élèves de l'École des beaux-arts de Paris, lesquels bénéficient ensuite des grandes commandes de l'État avant d'occuper à leur tour les fauteuils de l'illustre assemblée. Le système des envois, rétabli en 1803 et strictement réglementé pour chaque discipline, permet de contrôler d'année en année la conformité des travaux des pensionnaires à une pédagogie archéologique assez peu ouverte aux innovations. L'ardeur tonitruante avec laquelle, sous les directorats d'Horace Vernet (1829-1834) et d'Ingres (1835-1841), lui-même ancien pensionnaire (1805-1810), le théoricien Quatremère de Quincy, secrétaire perpétuel de l'Académie des beaux-arts, imposa aux « élèves » de Rome le respect absolu de l'esthétique antiquisante est à cet égard pleine d'enseignement. Néanmoins, l'institution conserve sa force et son prestige ; d'un bout à l'autre du siècle, ou presque, son recrutement demeure de haut niveau avec, toutefois, des nuances selon les disciplines : citons les sculpteurs David d'Angers, Falguière et Carpeaux, les architectes Duban, Labrouste, Lefuel, Baltard, C. Garnier et T. Garnier, les musiciens Berlioz, Gounod, Bizet, Massenet, G. Charpentier, Debussy, et un peu plus tard Lili Boulanger (les femmes sont autorisées à concourir à partir de 1903).

La Mort d'Achille, David d'Angers

Photographie : La Mort d'Achille, David d'Angers

Pierre-Jean DAVID, dit DAVID D'ANGERS, La Mort d'Achille, plâtre. Musée des Beaux-Arts d'Angers, France. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Ce florilège au demeurant ne doit pas faire illusion ; l'histoire de l'Académie de France à Rome au xixe siècle est celle d'un lent déclin qui tient à l'usure progressive des bases de l'institution : celle, tout d'abord, des formes et des thèmes classiques, celle également du milieu romain dont la vitalité s'épuise. En peinture, domaine révélateur en raison de sa sensibilité particulière aux mutations du goût, le palmarès de l'Académie, passée la période néo-classique, tend à s'identifier avec celui du courant ingresque puis de l'art pompier : H. Flandrin, L. Bénouville, D. Papety, E. Hébert, A. Cabanel, P. Baudry, W. Bouguereau, E. Boulanger, J.-J. Henner, H. Regnault. L'absence de Géricault (refusé au grand prix en 1816) et celle de Delacroix ont au moins valeur de symboles : à compter du romantisme, on peut dire que les courants les plus novateurs de la création picturale échappent à la Villa Médicis, tendance qui ne fit que se confirmer (« Vous n'avez pas idée des cocasseries de sujets qui leur viennent à l'esprit. Ils sont incapables de faire une belle femme pour une belle femme. C'est “l'Aurore découvrant le Matin” ou “la Vérité dans l'Énigme”, etc. Au fond, c'est toujours la même chose, les sujets ne valent pas plus que les poses. » Romain Rolland, lettre à sa mère, 1891). Au tournant du siècle, la torpeur s'installe : comme l'a remarqué André Chastel (Revue de l'art, no 19, 1973, éditorial), Albert Besnard, directeur de 1913 à 1921, nous « a laissé des souvenirs charmants et anodins où rien de ce qui occupait la pensée du xxe siècle n'apparaît ». Si l'institution continue d'accueillir d'excellents praticiens, en particulier des architectes – le « métier » est son ultime alibi –, son rayonnement devient pratiquement nul, son déphasage complet. Une courageuse exposition, organisée en 1978 au musée Picasso d'Antibes, et qu'il conviendrait de refaire en en étendant le propos à toute l'histoire de l'Académie, l'a montré avec une forte évidence pour ce qui concerne les peintres (Invitation à l'oubli. Les cinquante derniers grands prix de Rome).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Marius à Minturnes, J. G. Drouais

Marius à Minturnes, J. G. Drouais
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

La Mort d'Achille, David d'Angers

La Mort d'Achille, David d'Angers
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ACADÉMIE DE FRANCE À ROME  » est également traité dans :

BALTHUS BALTHAZAR KLOSSOWSKI DE ROLA dit (1908-2001)

  • Écrit par 
  • Virginie MONNIER
  •  • 904 mots

La personnalité et l'œuvre de Balthus sont masquées aux yeux du grand public par la légende dont il s'est entouré et qu'il a soigneusement alimentée dès sa jeunesse. D'ascendance polonaise par son père et russe par sa mère (mais tous deux ressortissants prussiens ce qui explique que le jeune Balthus, né à Paris en 1908, ait vécu de 1914 à 1924 à Berlin puis en Suisse), il s'attribua un titre de co […] Lire la suite

ENSEIGNEMENT DE L'ART

  • Écrit par 
  • Annie VERGER
  •  • 16 047 mots

Dans le chapitre « L'héritage doctrinal »  : […] Ce qui n'était, à la Renaissance, qu'un jeu intellectuel entre les diverses sensibilités artistiques italiennes va devenir un enjeu pour un pouvoir qui tend vers le monopole des modes de représentation et de l'enseignement, vers la centralisation et la mise en place d'un art d'État. La France en sera fortement marquée au xvii e  siècle et en gardera une structure éducative qui la distingue encore […] Lire la suite

QUATREMÈRE DE QUINCY ANTOINE CHRYSOSTOME QUATREMÈRE dit (1755-1849)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 1 430 mots

Dans le chapitre « Les séjours en Italie »  : […] Né à Paris en 1755, entré en 1772 dans l'atelier du sculpteur Guillaume Coustou, Quatremère de Quincy s'initie à l'art de la statuaire, déjà orienté par les sculpteurs de la fin du règne de Louis XV vers un idéal de beauté « à l'antique ». Un premier séjour en Italie (1776-1780), où il voyage de Rome à la Sicile en passant par Naples, lui permet de s'imprégner d'art hellénistique. Familier du mili […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert FOHR, « ACADÉMIE DE FRANCE À ROME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/academie-de-france-a-rome/