ABYDOS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Stèle consacrée à Osiris et destinée à obtenir la faveur du dieu après la mort

Stèle consacrée à Osiris et destinée à obtenir la faveur du dieu après la mort
Crédits : J. Morris/ AKG

photographie

Abydos : restitution du cénotaphe F6-14

Abydos : restitution du cénotaphe F6-14
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Abydos: temple de Séti Ier

Abydos: temple de Séti Ier
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Histoire et mythe

Les origines d'Abydos remontent aux époques les plus anciennes de l'histoire égyptienne puisqu'on y a trouvé des tombes ou cénotaphes des rois des deux premières dynasties, qualifiées de « thinites » par Manéthon. En fait, des traces de la période prédynastique, dite de Nagada, y ont également été mises en évidence. Le rôle dévolu, durant les deux premières dynasties, à chacune des deux cités, Abydos et Thinis, dont le site n'a pas encore été parfaitement localisé, n'est pas totalement clair. On sait, en revanche, que, très vite après l'unification de l'Égypte par le pharaon Ménès, Abydos supplantera la capitale du nome, au moins sur le plan religieux.

L'importance du site est liée au rôle que fut amené à y jouer Osiris. À l'origine, le dieu local était Khentamentyou, le chef des Occidentaux, autrement dit le dieu des morts, représenté sous la forme d'un chacal. Dès l'Ancien Empire, en particulier dans les Textes des Pyramides, on le trouve associé à Osiris, sans doute originaire du delta, mais dont la popularité allait se répandre à travers tout le pays. À la XIIe dynastie, sous Sésostris Ier, Osiris a définitivement supplanté le dieu local et Abydos est devenu un grand centre de culte et de pèlerinage ; le dieu est alors fréquemment nommé Osiris Khentamentyou. À l'Ancien Empire, seul le pharaon aspirait à devenir lui-même Osiris après sa mort. Après les troubles de la Première Période intermédiaire et la « démocratisation » de la religion égyptienne, tout individu est soucieux de se préparer une survie comme Osiris, dieu mort, assassiné par son frère Seth et ressuscité par les soins de son épouse, Isis. Désormais, Abydos, plus peut-être que Bousiris, devient la ville sainte par excellence du dieu. L'ancien fétiche servant d'enseigne à la province, une boîte à crâne, surmontée de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : chargée de recherche au C.N.R.S., chargée de conférences à l'École pratique des hautes études, Ve section

Classification


Autres références

«  ABYDOS  » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 245 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La période thinite »  : […] Pendant la seconde moitié du IV e millénaire, des cités plus fortes que leurs voisines dominèrent progressivement le pays, et deux royaumes finirent par se constituer, correspondant aux deux parties géographiques distinctes : la haute vallée du Nil et le Delta. Peut-être des unifications éphémères eurent-elles lieu. L'une d'entre elles, sans doute avant le début du III […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-histoire-l-egypte-pharaonique/#i_261

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 477 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Ancien Empire »  : […] Les travaux de l'Institut archéologique allemand viennent de jeter un éclairage tout nouveau sur l'extrême fin de la protohistoire égyptienne et les tout débuts de l'histoire pharaonique – une période charnière particulièrement importante, puisqu'elle vit les débuts de l'écriture et d'une organisation politique combien originale : à Abydos, où des fouilles avaient été menées de façon malheureusem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-histoire-l-archeologie/#i_261

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 361 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Les manifestations religieuses et la religion populaire »  : […] L'intensité du sentiment religieux d'un peuple se marque dans la vie quotidienne par des manifestations extérieures qui, dans le cas de l'Égypte, n'ont malheureusement guère laissé de traces dans les monuments ou la littérature. Il est certain que les Égyptiens pratiquaient les pèlerinages. Le pèlerinage à Abydos, où repose la tête d'Osiris, et celui à Bubastis sont parmi les plus populaires ; le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-civilisation-la-religion/#i_261

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'art

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 11 439 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « Temples divins et temples « de millions d'années » sous le Nouvel Empire »  : […] Élevés pour la plus grande gloire du pharaon et des dieux, les temples du Nouvel Empire se signalent par des dimensions impressionnantes, propres au déroulement du culte divin journalier ainsi qu'à la célébration de grandes liturgies au cours desquelles le souverain réactualise son essence sacrée en renouvelant le pacte l'unissant au monde céleste. Les sorties du dieu, dont la statue est placée su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-civilisation-l-art/#i_261

PÈLERINAGES & LIEUX SACRÉS

  • Écrit par 
  • Alphonse DUPRONT
  •  • 22 742 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les continuités pèlerines »  : […] Ainsi se trament et s'établissent, dans le culte pèlerin, des liens avec le lieu sacré. Quelle qu'ait été en ce lieu l'intensité personnelle du vécu, le pèlerin doit y garder une présence physique jusque dans l'absence corporelle. Les stèles abydéniennes représentaient peut-être déjà autant de conjurations d'attente de pèlerins qui avaient pris leur place en Abydos pour devenir, après leur mort, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelerinages-et-lieux-sacres/#i_261

SÉTI Ier, pharaon de la XIXe dynastie (env. 1310-env. 1304 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 300 mots

Fils de Ramsès I er , qui ne règne que deux ans, Séti I er est le véritable fondateur de la grandeur des Ramessides. Durant les premières années de son règne, il conduit son armée vers le nord pour restaurer le prestige égyptien, entamé pendant les années troubles de la fin de la XVIII e  dynastie. Il combat ainsi dans l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seti-ier/#i_261

UNIFICATION DU TERRITOIRE ÉGYPTIEN

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 244 mots
  •  • 1 média

Le regain d'intérêt pour les hautes époques, alimenté par les récentes découvertes archéologiques, oblige à repenser les débuts de l'histoire égyptienne, voire à remettre en question la notion d'un premier roi – généralement identifié à Narmer –, responsable de l'unification définitive du territoire. Celle-ci s'est faite progressivement, sous l'égide de chefferies originaires du sud pour le compte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/unification-du-territoire-egyptien/#i_261

Voir aussi

Pour citer l’article

Christiane M. ZIVIE-COCHE, « ABYDOS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abydos/