ABSTENTIONNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les traditions d'explication de la participation électorale

La participation électorale est porteuse d'une forte charge symbolique et l'abstention inquiète. De nombreux travaux à dominante empirique ont donc cherché des explications à celle-ci. Plusieurs traditions d'analyse peuvent être distinguées.

La théorie de l'électeur rationnel

Un premier courant interroge le vote du point de vue d'une théorie de l'électeur rationnel. Ses adeptes (Anthony Downs) ont souligné le paradoxe et l'énigme de la participation : la probabilité qu'un vote influe sur les résultats est si faible que les « coûts » de participation (démarches pour l'inscription sur les listes, perte de temps, renoncement à d'autres activités) devraient dissuader les citoyens de se déplacer. Et pourtant, beaucoup de citoyens votent ! Cette vision des « profits » de la participation est trop réductrice et l'analyse ignore certains coûts de l'abstention. Car les incitations à voter résident aussi dans la satisfaction d'avoir soutenu un parti ou un candidat ou de s'être opposé à d'autres, dans le sentiment du devoir accompli, la réactivation des identifications patriotiques, sociales ou politiques, l'estime de soi, les satisfactions retirées de l'association aux émotions et cérémonies collectives, le souci de se conformer aux attentes des proches, les espoirs et les joies partagés avec la famille ou les amis, ou la crainte des réactions négatives des entourages ou des autorités locales.

D'autres auteurs (Ruy A. Teixeira ; Steven J. Rosenstone et John Mark Hansen) ont développé la théorie en ce sens pour analyser la spécificité des États-Unis où les coûts de participation sont plus élevés (conditions d'inscription dans certains États, vote les jours ouvrables) et les bénéfices politiques plus faibles (non-représentation des courants minoritaires, absence de compétition dans diverses circonscriptions, portée plus restreinte des élections en raison de la fragmentation d'un système politique fédéral où les pouvoirs sont séparés et se neutralisent). Dans la même veine, ils [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Abstentionnisme sous la Ve République

Abstentionnisme sous la Ve République
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Cinquième République : abstentionnisme aux élections présidentielles

Cinquième République : abstentionnisme aux élections présidentielles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Cinquième République : abstentionnisme aux élections législatives

Cinquième République : abstentionnisme aux élections législatives
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I, Centre de recherches politiques de la Sorbonne

Classification

Autres références

«  ABSTENTIONNISME  » est également traité dans :

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 333 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'abstentionnisme »  : […] Antidémocratique par essence, l'anarchisme se dresse avec vigueur contre l'illusion néfaste du suffrage universel. « Religion pour religion, écrit Proudhon dans La Justice , l'urne populaire est encore au-dessous de la sainte ampoule mérovingienne. Tout ce qu'elle a produit a été de changer la science en dégoût et le scepticisme en haine. » Le bulletin de vote souffre, en effet, aux yeux des doctr […] Lire la suite

CHÔMAGE - Le chômeur dans la société

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 3 581 mots

Dans le chapitre « Les effets sociaux du chômage »  : […] Les diverses expériences vécues des chômeurs se traduisent, pour la majorité d'entre eux, par une condition anomique plutôt que par la révolte violente ou la radicalisation politique. Alors que le taux de chômage reste supérieur à 8 p. 100 de la population active, les chômeurs ne constituent pas un groupe social animé d'une volonté collective et susceptible de mener des actions politiques violent […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 873 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le référendum de 1972 sur l'Europe »  : […] Le président Pompidou est incontestablement plus européen que son prédécesseur, il a cherché à favoriser l'extension de la Communauté. Faire avaliser par référendum l'accord de la France à cette extension pouvait présenter plusieurs avantages. Il faisait entériner par le peuple une mesure qui avait toujours suscité des réticences de la part du général de Gaulle. Après l'échec du référendum plébis […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Le premier septennat : de l'espoir de changement au désaveu »  : […] Le président Mitterrand entre en fonction le 21 mai 1981. Il met son septennat sous les auspices des grands ancêtres qu'il va honorer au Panthéon : Jean Jaurès, inspirateur du socialisme, Jean Moulin, symbole de la Résistance, et Victor Schoelcher, qui abolit l'esclavage, symbole des idéaux universalistes et de l'égalité entre les humains. Dès le 22 mai, il nomme un Premier ministre, Pierre Mauro […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 262 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une présidentielle paradoxale, des législatives de confirmation (2002) »  : […] La logique d'une élection présidentielle à deux tours est normalement de faire émerger du premier les deux principaux candidats qui s'affronteront dans le duel du second. Ce système est évidemment à haut risque puisqu'une coalition de gauche ou de droite très divisée éparpille ses voix et risque de se trouver éliminée de la compétition. Cela devrait inciter à rechercher des candidatures de rassemb […] Lire la suite

DÉMOCRATIE

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 10 277 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Représentation et délégation »  : […] La représentation repose sur une division du travail entre des spécialistes des questions du gouvernement (désignés comme « hommes politiques ») de la cité et des non-spécialistes (les « simples citoyens »). En vertu de ce « dogme des compétences », les premiers jouent un rôle politiquement actif, les seconds un rôle corollairement plus passif. Les représentants sont des initiés proches des lieu […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 086 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Limites de la démocratisation et voies de la contestation »  : […] À partir de 1992, le gouvernement opère un changement radical d'attitude à l'égard des mouvements islamistes. Le recours à la violence par les factions radicales se fait plus intense : en réponse à la mort d'un de leurs leaders due aux forces de police, en 1989, la Jama'a islamiya assassine dans les premiers jours de la crise du Golfe le président de l'Assemblée du peuple, Rifaat al-Mahjoub. En j […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2019

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 677 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Élections européennes : un test pour les partis »  : […] Les élections européennes du 26 mai se déroulent dans un contexte d’incertitude résultant de la progression des populismes et de la perspective du Brexit. Elles reconduisent le duel entre le parti de Marine Le Pen (arrivé en tête du scrutin) et celui du président, qui se pose en défenseur du projet européen dans sa lettre aux « citoyens d’Europe » (publiée en mars dans un quotidien de chacun des […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2017

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 5 343 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Une année électorale hors norme »  : […] Le contexte dans lequel se déroule l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai 2017 est exceptionnel à plusieurs égards. Dès le mois de janvier, les deux grands partis de gouvernement, le PS et Les Républicains, rencontrent des difficultés inédites. Parues le 25 janvier, les premières révélations contenues dans un article du Canard enchaîné sur François Fillon, le candidat des Républicains, […] Lire la suite

FRANCE - Les élections présidentielle et législatives de 2012

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 997 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une amplification du résultat de la présidentielle »  : […] Dès lors, il est d'autant plus important pour le président élu de ne pas faire mentir la règle – empirique – d'un vote aux législatives en conformité avec celui de la présidentielle. De surcroît, il est essentiel pour lui que le P.S. obtienne une majorité suffisamment forte pour que l'action de son gouvernement ne dépende ni du Front de gauche, ni même de ses alliés écologistes. Le défi s'adresse […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Thaïlande. Blocage institutionnel. 2-25 avril 2006

Le 2, les élections législatives anticipées sont marquées par un important abstentionnisme actif – le vote est obligatoire – dans les principales villes et le sud, où l'opposition démocrate est fortement implantée, et, dans le nord rural, par la victoire du Thai Rak Thai (T.R.T.) au pouvoir. Le 3 […] Lire la suite

France. Progrès de l'abstentionnisme et victoire socialiste aux élections européennes. 13-14 juin 2004

Le 13, les résultats des élections européennes sont marqués par le plus fort taux d'abstention jamais atteint dans le pays, hors référendum: 57,2 p. 100. Après les élections cantonales et régionales de mars, les votes exprimés sont à nouveau favorables à l'opposition de gauche. Celle-ci remporte 42,88 p. 100 des suffrages (+ 4,43 p. 100 par rapport au scrutin européen de juin 1999) contre 37,98 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel GAXIE, « ABSTENTIONNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abstentionnisme/