MADELEINE ABRI DE LA, site préhistorique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mammouth gravé de la Madeleine

En mai 1864, Édouard Lartet et deux autres paléontologistes, découvrent cinq fragments d'ivoire gravés. Une portion de défense de mammouth de 25 cm de longueur est immédiatement reconstituée et la gravure interprétée comme une représentation de mammouth. L'animal est le symbole des espèces disparues. Il est ici représenté sur sa propre dépouille. La découverte est donc capitale car elle constitue la démonstration de la contemporanéité de l'homme et du proboscidien. Si l'on en juge par les nombreux détails anatomiques figurés il est indubitable que l'homme a vu l'animal qu'il représentait. Il est donc antérieur à sa disparition.

Relevé du mammouth gravé de la Madeleine

Photographie : Relevé du mammouth gravé de la Madeleine

Relevé d'un mammouth gravé sur l'ivoire d'une défense de mammouth. Longueur : 24,8 cm, large : 10,6 cm, épaisseur : 1,8 cm. Magdalénien (env. 18000-12000 av. J.-C.). Abri de La Madeleine (Tursac, Dordogne). Dessin de Patrick Paillet. 

Crédits : P. Paillet

Afficher

Cette découverte confirme également la haute antiquité de l'art et les capacités esthétiques de leurs créateurs. Elle constitue une étape décisive dans l'histoire des sciences à un moment où sévissent encore à l'Académie des sciences les détracteurs les plus acharnés de l'ancienneté préhistorique de l'homme. Le mammouth de la Madeleine est l'une des représentations les plus achevées et les plus dynamiques du corpus paléolithique. Le dessin est d'une grande qualité et il constitue le premier portrait connu du mammouth et l'un des plus fidèles, à une époque où les restes de mammouths découverts en Sibérie se résument encore à des ossements. L'objet est conservé au Muséum national d'histoire naturelle à Paris.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Mammouth gravé sur ivoire

Mammouth gravé sur ivoire
Crédits : P. Paillet, Collections Muséum national d'Histoire naturelle

photographie

Relevé du mammouth gravé de la Madeleine

Relevé du mammouth gravé de la Madeleine
Crédits : P. Paillet

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en préhistoire, maître de conférences au Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Classification

Autres références

«  MADELEINE ABRI DE LA, site préhistorique  » est également traité dans :

ABRI-SOUS-ROCHE

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse BOINAIS
  •  • 625 mots

Parmi les divers types de gisements préhistoriques, les abris-sous-roche, sites d'habitat installés au pied des falaises et simplement protégés par un surplomb rocheux, sont extrêmement nombreux dans toutes les régions du globe, non seulement en Europe, notamment dans la région dite franco-cantabrique, mais également en Afrique et en Amérique, là où de telles structures naturelles ont existé. Cont […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick PAILLET, « MADELEINE ABRI DE LA, site préhistorique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abri-de-la-madeleine-site-prehistorique/