WERNER ABRAHAM GOTTLOB (1749-1817)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un modèle étagé universel

Or, affirme Werner, les formations générales s'observent toujours dans un ordre de superposition constant. Il se défend fortement de bâtir une quelconque « théorie de la Terre ». C'est uniquement, affirme-t-il, d'après l'enseignement du terrain qu'il fait siennes les idées déjà exprimées par Torbern Olof Bergman, Johann Gottlob Lehmann, Georg Christian Füchsel et Pyotr Simon Pallas sur la constitution de l'écorce terrestre. Les montagnes comprennent, selon lui, de bas en haut et de leur centre vers les plaines : un cœur granitique, puis gneissique et micaschisteux qui est l'Urgebirge, c'est-à-dire la « formation primordiale » ou « primaire », dont Werner séparera une « formation de transition » (Übergangsgebirge), faite surtout de schistes et de grauwackes ; en contrebas et à plat, une formation de roches sédimentaires variées (Flötzgebirge, ou « secondaire ») ; enfin, les terrains de la « formation de délavage » (Aufgeschwemmtegebirge), composés de graviers, de sables. L'ensemble résulte tout uniment de précipitations successives des substances dissoutes ou remaniées au sein d'un océan universel en retrait progressif, y compris les granites et les couches basaltiques interstratifiées à divers niveaux ; les filons eux-mêmes ne sont que des fractures remplies per descensum par voie humide.

Cette conception pan-neptunienne, atectonique, pour archaïque qu'elle fût, devait donner une grande impulsion à la stratigraphie naissante : « Notre Terre, disait Werner, est fille du temps et s'est formée graduellement. » Elle impliquait évidemment une corrélation simple biunivoque entre l'âge des grandes formations universelles et leur nature lithologique, et paraissait à Werner pleinement se justifier sur le terrain dans le cadre étroit de l'Erzgebirge saxon, avec ses curieuses coupoles cristallines aux enveloppes concentriques foliées en écailles d'oignon.

Au-delà d'idées géogéniques pour nous rudimentaires, l'affirmation wernérienne d'une unité mondiale de constitution lithologique selon un modèle étagé reste un apport fondamental. Ce modèle sera rénov [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  WERNER ABRAHAM GOTTLOB (1749-1817)  » est également traité dans :

BUCH LEOPOLD VON (1774-1853)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 198 mots

Géologue et géographe allemand dont les travaux ont fortement influencé la géologie du xix e  siècle. Leopold von Buch montre dès son jeune âge un esprit naturaliste et effectue des études de chimie et de minéralogie à Berlin. En 1790, il entre à la Bergakademie à Fribourg, où professe Werner. Pendant trois ans, une solide amitié unira les deux hommes. De famille aisée, il abandonnera assez rapide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-von-buch/#i_27487

DELUC JEAN-ANDRÉ (1727-1817)

  • Écrit par 
  • Françoise DREYER
  •  • 1 353 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La géologie de Deluc »  : […] Sa pensée géologique est surtout connue par ses lettres, publiées ensuite en recueils. Ainsi, les Lettres physiques et morales [ … ] sur l’histoire de la Terre et des hommes, adressées à la Reine de la Grande Bretagne de 1774 à 1779 et publiées en cinq tomes de 1778 à 1779 exposent une première cosmologie. Celle-ci sera ensuite modifiée, comme le montrent ses trente lettres à Delamétherie paru […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-andre-deluc/#i_27487

Voir aussi

Pour citer l’article

François ELLENBERGER, « WERNER ABRAHAM GOTTLOB - (1749-1817) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-gottlob-werner/