199849e Championnat du monde de formule 1

Temps forts

Une innovation d'importance intervient, destinée à réduire les performances des monoplaces et à améliorer la sécurité : l'interdiction des pneus lisses. Renault s'est retiré de la formule 1, ce qui contraint le Canadien Jacques Villeneuve, champion du monde en titre, à afficher des ambitions plus modestes, même si une filiale de Renault-Sport, Mécachrome, fournit des moteurs à Williams. Ferrari est en progrès constants, et l'Allemand Michael Schumacher semble plus que jamais un prétendant indiscutable au titre mondial. Son plus sérieux rival paraît être le Finlandais Mika Häkkinen, dont la McLaren-Mercedes MP4-13, conçue par l'ingénieur Adrian Newey, est très réussie.

Mika Häkkinen s'adjuge quatre des six premiers grands prix de l'année. Mais Michael Schumacher, qui a déjà remporté le Grand Prix d'Argentine le 12 avril à Buenos Aires, s'impose trois fois consécutivement. Avant la dernière course de la saison, le Grand Prix du Japon le 1er novembre à Suzuka, Mika Häkkinen compte 90 points, Michael Schumacher, 86. Mais Schumacher casse son moteur dès le quatorzième tour. Mika Häkkinen est couronné champion du monde. Il y ajoute le panache, en s'imposant pour la huitième fois de l'année.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1998 - 49e Championnat du monde de formule 1 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/1998-49e-championnat-du-monde-de-formule-1/