199077e Tour de France

Départ

Futuroscope (Poitiers, Vienne), 30 juin

Arrivée

Paris (Champs-Élysées), 22 juillet

Nombre d'équipes au départ

22

Nombre de coureurs au départ

198

Nombre de coureurs classés

156

Nombre d'étapes

21

Distance totale

3 504 km

Moyenne du vainqueur

38,621 km/h

Podium

1. Greg LeMond (équipe Z, États-Unis), 90 h 43 min 20 s 2. Claudio Chiappucci (équipe Carrera, Italie), à 2 min 16 s 3. Erik Breukink (équipe P.D.M., Pays-Bas), à 2 min 29 s

Classement par points

Olaf Ludwig (équipe Panasonic, Allemagne)

Meilleur grimpeur

Thierry Claveyrolat (équipe R.M.O., France)

Classement par équipes

Z

La course

Pendant l'intersaison, l'Américain Greg LeMond a rejoint la formation Z pour une somme de 5,7 millions de dollars : le plus important contrat jamais signé par un champion cycliste. Il se présente en favori au départ du Tour de France, d'autant plus que le Français Laurent Fignon s'est mal remis d'une chute lors du Giro.

Après le succès du Français Thierry Marie lors du prologue, la configuration de l'épreuve se modifie radicalement dès la première étape (un circuit de 138,5 km autour du Futuroscope). Quatre hommes – le Néerlandais Frans Maassen, qui remporte l'étape, le Canadien Steve Bauer, qui revêt le maillot jaune, le Français Ronan Pensec et l'Italien Claudio Chiappucci – s'échappent et s'octroient une avance de 10 min 35 s sur un peloton apathique. Si aucun d'eux ne fait partie des ténors du cyclisme, ils possèdent néanmoins quelques arguments : Bauer a fini quatrième du Tour en 1988, Pensec est un bon grimpeur et Chiappucci vient d'être sacré meilleur grimpeur du Giro.

Steve Bauer ne perd le maillot jaune qu'à l'issue de la dixième étape (Genève - Saint-Gervais, 118,5 km), remportée par le Français Thierry Claveyrolat. Ronan Pensec devient le nouveau leader. Claudio Chiappucci lui succède au terme de la douzième étape (Fontaine - Villard-de-Lans, 33,5 km contre la montre), remportée par le Néerlandais Erik Breukink. Il fait dès lors figure de possible vainqueur du Tour, car il compte encore plus de 7 minutes d'avance sur Greg LeMond au classement général. Une erreur de stratégie lui fait néanmoins perdre quelque 4 minutes sur ses rivaux lors de la treizième étape (Villard-de-Lans - Saint-Étienne, 149 km).

Cependant, il demeure le leader au matin de la grande étape pyrénéenne (seizième étape, Blagnac - Luz-Ardiden, 215 km). À la surprise de tous, il passe à l'offensive dans le col d'Aspin, franchit le Tourmalet avec un avantage de 2 min 50 s sur Greg LeMond ; mais il fléchit dans la vallée et l'Américain le rejoint au pied de la montée finale ; à 8 kilomètres du sommet, Greg LeMond s'enfuit en compagnie de l'Espagnol Miguel Indurain ; ce dernier s'impose, mais Chiappucci, très courageux, parvient à préserver 5 secondes d'avance sur Greg LeMond au classement général, sauvant ainsi son maillot jaune.

Cependant, l'Américain lui est très supérieur dans l'exercice de l'effort solitaire et s'empare enfin du maillot jaune à l'issue de la vingtième étape (un circuit contre la montre de 45,5 km autour du lac de Vassivière). Il remporte la Grande Boucle pour la troisième fois.

Le cyclisme cette année-là

Gianni Bugno (Italie), qui a gagné Milan-San Remo et la Leeds International Classic, remporte la Coupe du monde. Il s'impose également dans le Giro.

Miguel Indurain (Espagne) remporte Paris-Nice.

Moreno Argentin (Italie) gagne le Tour des Flandres et la Flèche wallonne.

À Utsunomiya (Japon) Rudy Dhaenens (Belgique) devient champion du monde sur route.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1990 - 77e Tour de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/1990-77e-tour-de-france/