195910e Championnat du monde de formule 1

Temps forts

Le champion du monde en titre, le Britannique Mike Hawthorn, a décidé d'abandonner la compétition. Le 22 janvier 1959, il trouve la mort dans un accident d'avion. Vanwall, qui a remporté l'an passé la première Coupe des constructeurs, s'est retiré. De son côté, l'écurie Cooper a développé une monoplace révolutionnaire : le moteur Climax de 2 500 cm3 (240 chevaux) est placé à l'arrière, ce qui permet un important gain de poids et une meilleure tenue de route. Ferrari, dont le modèle 256 développe 290 chevaux, possède néanmoins de solides arguments.

Cooper fait valoir ses qualités dès la première course de l'année, le 10 mai : l'Australien Jack Brabham remporte le Grand Prix de Monaco. Présente depuis sept ans en formule 1, l'écurie B.R.M. obtient son premier succès le 31 mai à Zandvoort, le Suédois Jo Bonnier s'adjugeant le Grand Prix des Pays-Bas. Le Français Jean Behra, en conflit avec le directeur sportif de l'équipe, Romolo Tavoni, quitte Ferrari à l'issue du Grand Prix d'Europe, qui voit le succès à Reims du Britannique Tony Brooks. C'est au volant d'une Porsche qu'il prend le départ du Grand Prix d'Allemagne, le 2 août, sur le circuit de l'Avus (Berlin) : sa monoplace quitte la route, Jean Behra trouve la mort.

La supériorité des Cooper sur les Ferrari se matérialise de manière spectaculaire le 13 septembre à Monza : sur ce circuit où la puissance du moteur est pourtant prépondérante, la légèreté de la monoplace de Stirling Moss lui permet de couvrir les 414 kilomètres sans changer de pneumatiques. Il s'impose devant l'Américain Phil Hill (Ferrari) qui a dû, lui, repasser par les stands.

Avant le départ du Grand Prix des États-Unis, qui se déroule le 12 décembre sur la piste de l'aérodrome de Sebring (Floride), Jack Brabham se trouve en tête du Championnat, mais Stirling Moss peut encore prétendre au titre, tout comme Tony Brooks. Brabham prend la quatrième place de la course remportée par son jeune coéquipier néo-zélandais Bruce McLaren (vingt-deux ans). Il est couronné champion du monde, car Stirling Moss, victime de sa boîte de vitesses défaillante, a dû abandonner, alors que la troisième place de Brooks est insuffisante. Pour la première fois depuis la création du Championnat du monde, un pilote conduisant une voiture britannique est couronné.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « 1959 - 10e Championnat du monde de formule 1 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/1959-10e-championnat-du-monde-de-formule-1/