JANET PIERRE (1859-1947)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe et psychiatre français. Neveu du philosophe Paul Janet qui l'orienta vers la philosophie, Pierre Janet entra à l'École normale supérieure et fut reçu à l'agrégation en 1882. Professeur aux lycées de Châteauroux puis du Havre, il soutient, en 1889, sa thèse de doctorat en lettres (L'Automatisme psychologique). L'orientation psychopathologique de ce travail l'amène à diriger, à partir de 1890, le laboratoire de psychologie de la clinique neuropsychiatrique de la Salpêtrière, dirigée par Charcot auquel Raymond va bientôt succéder. Janet y termine ses études de médecine, il obtient le doctorat, en 1894, avec sa thèse L'État mental des hystériques. On lui confie en 1895 la suppléance du cours de Ribot au Collège de France, puis il est chargé de cours à la Sorbonne en 1896, maître de conférences en 1899, et enfin titulaire au Collège de France en 1902. Son enseignement y est suivi par un nombreux public qui, souvent plus mondain que scientifique, est attiré par son talent d'orateur éclectique, toujours porté à de brillantes généralisations philosophiques. Paul Janet meurt couvert d'honneurs, mais assez isolé des courants universitaire et scientifique de la psychologie pathologique, qui est alors dominée par la psychophysiologie pavlovienne et par la psychanalyse.

L'œuvre de Janet, qui, malgré son importance considérable, est assez négligée par les psychopathologistes contemporains, porte sur trois domaines principaux : étude des névroses, psychologie des conduites, psychopathologie sociale. La première, que Janet entreprit dans le service de Charcot, et en collaboration avec Raymond, comporte de remarquables descriptions cliniques et psychopathologiques de l'hystérie, des phobies, des obsessions ; Janet isole, en particulier, une nouvelle entité morbide, la psychasthénie, dont Freud fera la névrose obsessionnelle. Dans le domaine de la psychologie des conduites (actes plus ou moins élémentaires mais complets, comportant chacun son but et ses moyens propres), Janet établit la hiérarchie de celles-ci dans l'activité psychique, en insistant sur l'aspect descriptif et analytique ; il dépasse ainsi une classification fondée au départ uniquement sur le degré de force, de tension psychologique qui leur est nécessaire. Dans la psychopathologie sociale de Janet apparaissent l'importante notion du socius, image sociale de soi, et les problèmes de la croyance morbide à propos du délire de persécution, dont la pathogénie est reprise dans une perspective structurale et dialectique qui s'oppose à celle, purement linéaire, de Sérieux et Capgras.

Bien qu'il souscrive de manière excessive aux doctrines officielles de l'hérédo-dégénérescence en psychiatrie et de l'associationnisme en psychologie, Pierre Janet entrevoit cependant l'importance de la sexualité dans la pathogénie des troubles névrotiques, et fait l'hypothèse de l'existence d'un « subconscient », qui se rapproche, en plusieurs points, de l'inconscient freudien. C'est pourquoi l'on a pu parler d'une certaine antériorité de Janet par rapport à Freud dans la découverte de la psychanalyse. Mais cette question et le conflit qui a surgi entre les deux hommes n'ont qu'un intérêt limité. On pourrait seulement se demander si, partis de connaissances voisines et plongés dans un bain culturel presque identique, ces deux marginaux de la psychiatrie, l'un venant de la neurologie, l'autre de la philosophie, n'ont pas eu, à la même époque, une clairvoyance similaire sur la pathogénie sexuelle et inconsciente des névroses. Mais, alors que Freud sait s'opposer au discours médical officiel et accomplir la « révolution analytique », Pierre Janet, engoncé dès le début dans le discours universitaire et académique et n'ayant pas le courage de le dénoncer, sacrifie l'originalité de ses recherches à une psychopathologie « rationnelle », très conservatrice, et finalement à un système institutionnel de savoir et de pouvoir dont il ne se plaint que dans ses confidences. Sa psychopathologie dynamique s'arrête à des notions telles que celles de force et de faiblesse psychologiques, plus facilement assimilables que celle d'inconscient aux modèles scientifiques régnants. Ainsi s'explique la désuétude actuelle d'une œuvre qui comportait beaucoup d'aperçus originaux, mais fut inca [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JANET PIERRE (1859-1947)  » est également traité dans :

ÉCHEC

  • Écrit par 
  • Eliane AMADO LEVY-VALENSI
  •  • 5 080 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les conduites d'échec »  : […] Dans sa Psychopathologie de l'échec , René Laforgue tente de cerner les aspects cliniques du syndrome d'échec. Par là même, il se situe dans la ligne d'un des ouvrages les plus lus de Freud, Psychopathologie de la vie quotidienne , qui souligne l'intention sous-jacente aux ratés courants de la vie. L' acte « manqué » est une explicitation réussie qui se fait malgré nous. Accompagné ou non d'angois […] Lire la suite

ÉMOTION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 347 mots

Dans le chapitre « Le rôle du corps dans nos émotions »  : […] Beaucoup ont cependant reproché à Freud de d'affecter une fonction insuffisante au corps, et au cours des deux derniers siècles philosophes et psychiatres ont tenu à lui redonner toute sa place dans les processus de l’émotion. William James (1842-1910) fut en ce domaine un incontestable précurseur. Dans sa Théorie de l’émotion (1902), il propose un exemple resté célèbre, celui de la peur de l’ou […] Lire la suite

SENTIMENT

  • Écrit par 
  • Olivier REBOUL
  •  • 3 550 mots

Dans le chapitre « Le sentiment est-il spécifique ? »  : […] Une telle définition ne dit pas si le sentiment existe vraiment comme tel, ou si l'on ne peut pas le réduire à autre chose. C'est ce qu'ont tenté la plupart de ceux qui ont prétendu l'expliquer. Les intellectualistes ramènent ainsi le sentiment à la connaissance. Il n'est, pour Leibniz, qu'une représentation confuse ; ainsi, le plaisir d'entendre la musique n'est que la représentation confuse des […] Lire la suite

HYSTÉRIE (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Thérèse LEMPÉRIÈRE
  •  • 7 598 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Charcot, Babinski, Janet »  : […] Tandis que s'affrontent dans les deux premiers tiers du xix e  siècle tenants de l'organogenèse de l'hystérie (Griesinger) et partisans de sa psychogenèse (Pinel, Carter, Feuchtersleben), un autre courant de recherches et d'idées va se développer parallèlement, celui du magnétisme. Là aussi s'affrontent un courant organiciste (qui soutient la théorie fluidique de Mesmer et qui aura son plein épan […] Lire la suite

LOCUS SOLUS, Raymond Roussel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 926 mots

On connaît l'expression forgée par André Breton pour désigner Raymond Roussel (1877-1933) dans son Anthologie de l'humour noir  : « le plus grand magnétiseur des temps modernes ». De Desnos à Leiris, de Jean Ferry à Michel Foucault, l'œuvre de Roussel a été constamment scrutée par les esthétiques parfois les plus opposées. Aussi Patrick Besnier et Pierre Bazantay peuvent-ils écrire dans le numéro […] Lire la suite

NÉVROSE (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • René DIATKINE
  •  • 4 773 mots

Le terme de névrose – en anglais, neurosis – aurait été introduit, selon J. Laplanche et J.-B. Pontalis, par un médecin écossais, William Cullen, dans un traité de médecine paru en 1777. Ce mot a connu, depuis, une indiscutable fortune. Représentant un concept important dans le système nosologique psychiatrique, il a été rapidement emprunté tant par la langue littéraire que par l'usage courant. […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Serge NICOLAS
  •  • 4 965 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « En France, l’école psychopathologique »  : […] Alors que les psychologies allemande et américaine ont surtout été des psychologies de laboratoire de nature essentiellement expérimentale, la psychologie scientifique développée ailleurs était parfois d’une autre nature. En France, par exemple, l’enseignement de celle-ci fut initié par Théodule Ribot (1839-1916) d’abord à la Sorbonne (1885) puis au Collège de France (1888). Ribot avait fait conn […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE CLINIQUE DES TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS

  • Écrit par 
  • Martine BOUVARD
  •  • 1 060 mots

Les obsessions et les rituels sont décrits depuis très longtemps : par exemple, la scrupulosité morbide – qui peut s’apparenter à la rumination obsessionnelle – rapportée par les moines, en médecine les « monomanies raisonnantes » d’Esquirol ou encore la folie du doute notée par Legrand du Saulle évoquent des caractéristiques du trouble obsessionnel compulsif. Cependant, il revient à Pierre Janet […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DE LA RELIGION

  • Écrit par 
  • Vassilis SAROGLOU
  •  • 4 079 mots

Dans le chapitre « Origines »  : […] La genèse et les développements de cette sous-discipline ont suivi ceux de la psychologie en général. La psychologie de la religion trouve son origine dans cette nécessité scientifique d’étudier empiriquement les faits religieux, comme toute autre activité humaine, en tant qu’expériences individuelles et collectives vécues et non pas sur la base des convictions, conceptions et argumentations philo […] Lire la suite

TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS (TOC)

  • Écrit par 
  • Bruno MILLET
  •  • 3 776 mots

Dans le chapitre « Définition des TOC  »  : […] Les TOC sont le produit de symptômes envahissants – les obsessions ou idées parasites –, de l’anxiété qui en résulte et des compulsions (les comportements que le sujet se sent obligé d’accomplir en réponse à l’obsession). Prenons un exemple : Frédérique, trente-cinq ans, est envahie par des pensées concernant la contamination. Elle est quasiment convaincue que le seul fait de toucher une poignée […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques POSTEL, « JANET PIERRE - (1859-1947) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-janet/