Dictionnaire

Le Dictionnaire Cordial comporte plus de 120 000 entrées. Il reconnaît les formes fléchies (féminin, pluriel, conjugaison des verbes). Les noms propres ne sont pas pris en compte.

J

Nom masculin invariant en nombre, Pronom personnel 1e personne du singulier

dixième lettre de l'alphabet et septième consonne
en mathématiques, racine cubique de l'unité dans le corps des complexes
Avec une capitale
symbole du joule
(abréviation de je) pronom personnel à la 1ère personne
Expressions autour de ce mot
le jour J : jour du déclenchement d'une attaque, jour où quelque chose d'important doit se passer ou se décider

"J" dans l'encyclopédie

J 3

  • Écrit par 
  • Claude LEFORT
  •  • 161 mots

À l'époque de la dernière guerre mondiale et pendant la période de rationnement qui se prolongea au-delà de son terme, le terme de J 3 désignait, en France, une catégorie de consommateurs, celle des adolescents, qui jouissait d'une carte d'alimentation donnant droit à une nourriture plus richeLire la suite

J'ACCUSE (R. Polanski)

  • Écrit par 
  • Pierre EISENREICH
  •  • 937 mots

Est-ce un signe que la plus grande affaire d’État française ait eu lieu en 1894, à l’orée de la naissance du cinéma ? Est-ce un signe que Roman Polanski s’empare de l’affaire Dreyfus pour réaliser un film majeur sur son instruction, convoquant une multitude d’interprètes masculins qui représentent la fine fleur de l’actorat français ?Réalisateur issu Lire la suite

J. M. CHARCOT ENSEIGNE LA NEUROLOGIE À LA SALPÊTRIÈRE

  • Écrit par 
  • Bruno HALIOUA
  •  • 188 mots
  •  • 1 média

Ayant été nommé, en 1862, à l'hôpital parisien de la Salpêtrière, où il devait rester de longues années, Jean Martin Charcot y ouvrit, en 1882, ce qui allait devenir la plus grande clinique neurologique d'Europe.Étudiant l'atrophie musculaire, Charcot avait identifié (1865) la sclérose latérale amyotrophique consécutive à la dégénérescence des neurones moteurs, encore appelée maladie de Charcot. ILire la suite

PHILIPPE II (env. 382-336 av. J.-C.) roi de Macédoine (359-336 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 2 198 mots
  •  • 1 média

Fils cadet d'Amyntas III (mort en 370 av. J.-C.) et d'une princesse illyrienne, Eurydice, Philippe n'aurait jamais régné ni fait de la Macédoine la plus grande puissance du monde grec sans la disparition prématurée de son frère aînéLire la suite