Dictionnaire

Le Dictionnaire Cordial comporte plus de 120 000 entrées. Il reconnaît les formes fléchies (féminin, pluriel, conjugaison des verbes). Les noms propres ne sont pas pris en compte.

Arpeggione

Nom masculin singulier

en musique, instrument à six cordes et à archet créé par Johann Georg Staufer, appelée guitare d'amour ou guitare-violoncelle

"ARPEGGIONE" dans l'encyclopédie

ARPEGGIONE

  • Écrit par 
  • PIERRE-PAUL_LACASPierre-PaulLACASpsychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien
  •  • 83 mots

Instrument à six cordes et à archet, dû au facteur viennois Johann Georg Staufer (1823). C'est une grande Streichgitarre ; quand elle est petite, on l'appelle Bogengitarre. L'arpeggione est aussi appelé guitare d'amour ou guitare-violoncelle, la caisseLire la suite

ARRANGEMENT, musique

  • Écrit par 
  • MICHEL_PHILIPPOTMichelPHILIPPOTprofesseur de composition au Conservatoire national supérieur de musique de Paris
  •  • 4 322 mots
  •  • 1 média

. Bach avaient été arrangés par Gounod). Beaucoup plus rarement, il est arrivé qu'un instrument ayant eu une vie très éphémère l'ait eue cependant assez longue pour qu'une œuvre lui ait été consacrée. Ce cas est celui de l'arpeggione, pour lequel Schubert écrivit une sonate en 1824, sonate qui neLire la suite

POUSSEUR HENRI (1929-2009)

  • Écrit par 
  • ALAIN_FERONAlainFÉRONcompositeur, critique, musicologue, producteur de radio
  •  • 3 477 mots

Vingt-six Ombres d'une même Figure (1989) et Ombres enlacées, pour orgue manualiter (1999) – et servira de thème à Dépli et configuration de l'Ombre, pour arpeggione solo (2007). Dichterliebesreigentraum, pour soprano, baryton, deuxLire la suite

ROSTROPOVITCH MSTISLAV (1927-2007)

  • Écrit par 
  • PIERRE_BRETONPierreBRETONmusicographe
  •  • 2 482 mots
  •  • 3 médias

des versions de référence de la Sonate Arpeggione de Schubert avec le piano inspiré de Benjamin Britten – qui est l'un de ses partenaires réguliers (1968) – et de la Sonate pour violoncelle et piano de Chopin avec Martha Argerich. Il reste bien entendu irremplaçableLire la suite