Théâtre français, xviie s.


ARLEQUIN

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 184 mots

Personnage de la comédie italienne, très populaire en France. Arlequin, valet bouffon, habituellement superstitieux et pleutre, propre aux Bergamasques, garda, en passant en France au xviie siècle, son costume traditionnel : le masque noir aux paupières étroites, le chapeau de feutre gris, l'habit bari […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arlequin/#i_0

CLÉMENCE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 703 mots

Décidant en dernier recours du sort d'un condamné, le prince a toujours la partie belle ; s'il laisse faire son office au bourreau, on s'incline devant sa justice et on célèbre son obéissance, peut-être douloureuse, au devoir et à la raison d'État ; s'il fait grâce, on soupçonne parfois avec admiration une arrière-pensée de profond politique et on célèbre sa magnanimité ou son humanité. L'apparent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clemence-litterature/#i_0

COMÉDIE-BALLET

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 736 mots

L'histoire de la comédie-ballet est fort courte : onze ans à peine, 1661-1672. Elle naît, en apparence, par hasard : lors de la fête de Vaux donnée par Fouquet (août 1661), afin de donner aux danseurs le temps de se changer entre les « entrées » du ballet, on intercale celle-ci entre les scènes d'une comédie. Cela s'éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-ballet/#i_0

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 284 mots

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Le merveilleux règne également alors sur un genre nouveau surgi dans la seconde moitié du siècle : l’opéra à la française ou « tragédie lyrique ». Quinault est le librettiste des spectacles chantés et dansés qu’à partir de 1673 Lully va composer chaque année pour la cour et la ville, à grand renfort d’effets visuels : scènes infernales, apparitions des dieux depuis les cintres, orages et tempêtes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/4-le-theatre/

HARPAGON

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 654 mots

L'une des créations les plus fortes de Molière, Harpagon, appartient à cette catégorie de personnages qui sont passés à la postérité.Molière a trouvé dans Euclion (La Marmite, de Plaute) le modèle de son avare. En l'appelant Harpagon, il lui donne un nom d'injure à l'intention des maîtres rapaces. D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harpagon/#i_0

ITALIENS LES, théâtre

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 878 mots

Les comédiens italiens qui, au xviie et au xviiie siècle, se sont, pendant deux longues périodes, installés en France, ont joué dans l'histoire de notre théâtre un rôle considérable. Dès le dernier tiers du xvie siècle et tout au long de la première moitié du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-italiens-theatre/#i_0

PROVERBE DRAMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 872 mots

Plutôt qu'un genre littéraire, le proverbe est, à l'origine, un divertissement de salon dont la naissance a été favorisée par la brillante vie mondaine de la fin du règne de Louis XIII. C'est « une scène en plusieurs scènes qu'on écrivait ou que souvent on improvisait entre soi sur un simple canevas et qui renfermait un petit secret [...]. Le secret était le mot même du proverbe (par exemple : Sel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proverbe-dramatique/#i_0

SCAPIN

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 968 mots

Dans le théâtre de Molière, entre le fils avide, fringant mais désargenté, et le père, fortuné mais sénile et méfiant, le valet, lié à l'un et à l'autre, serviteur familier et dépendant des deux, participe en tant que témoin et confident à l'éternel affrontement des générations. Ce rôle privilégié qui lui est donné fait de lui parfois, dans le monde à l'enve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scapin/#i_0

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 364 mots

Dans le chapitre « Le grand siècle du théâtre »  : […] Inauguré par la Tragédie espagnole de Kyd, jouée à Londres en 1587, le « grand siècle » du théâtre se clôt sur la représentation d'Athalie à Saint-Cyr (1691). Les valeurs de culture issues de l'humanisme et de la Réforme, puis de la Contre-Réforme, ce n'est plus l'Italie, politiquement affaiblie, ce n'est pas non plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-histoire/4-le-grand-siecle-du-theatre/

TURLUPIN HENRI LEGRAND dit (1587 env.-1637)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 341 mots

Personnage créé par le comédien Henri Legrand au début du xviie siècle. Vers 1615, Henri Legrand joue à l'hôtel de Bourgogne, avec les farceurs Gaultier Garguille et Gros-Guillaume, qui seront longtemps ses partenaires, et auxquels son nom reste associé. Peut-être avait-il auparavant joué en province, ou sur le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turlupin/#i_0

UNITÉS RÈGLE DES TROIS, histoire littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 519 mots

Observées dans certaines tragédies du xvie siècle, les unités d'action, de temps et de lieu sont posées comme règle par Jean de La Taille (1572), sous l'influence de la Poétique de Castelvetro (1570), qui emprunte les deux premières à Aristote. Mais le théâtre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regle-des-trois-unites-histoire-litteraire/#i_0

VRAISEMBLABLE, esthétique

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 652 mots

La règle de la vraisemblance — l'une des plus importantes et des plus générales de la doctrine classique — trouve sa source dans la Poétique d'Aristote : « Il est évident que l'œuvre du poète n'est pas de dire ce qui est arrivé, mais ce qui aurait pu arriver, ce qui était possible selon la nécessité ou la vraisemblance. » Le vrai est l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vraisemblable-esthetique/#i_0