Auteurs dramatiques, Antiquité


ACCIUS (170 av. J.-C.-? 86 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 196 mots

Lucius Accius (parfois aussi écrit Attius) est, sans nul doute, le plus grand poète tragique romain. Il était fils d'un affranchi qui avait reçu un lot de terre près de Pisaurum, en Ombrie. On pense qu'il connut Pacuvius et qu'il lui aurait lu, à Tarente, le texte de sa première tragédie. Il ne fréquenta pas le cercle des Scipions ; mais, en revanche, il appartint au collège des poètes où son auto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accius/#i_0

ARISTOPHANE (445-380 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean DEFRADAS
  •  • 4 648 mots
  •  • 1 média

Aristophane est le plus grand poète comique grec. Ses comédies, qui peuvent paraître, avec leur fantaisie verbale et leurs outrances grossières, destinées à faire rire la populace, témoignent d'une attitude franche et réfléchie en face des problèmes qui se posaient à ses contemporains : elles expriment les convictions profondes d'un citoyen engagé dans la vie p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristophane/#i_0

CAECILIUS STATIUS (220 av. J.-C.?-? 166 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 184 mots

Poète comique latin de la génération précédant Térence, Caecilius a peut-être passé sa jeunesse auprès d'Ennius. Il était courant à l'époque de faire composer des divertissements dramatiques par des esclaves instruits, et Caecilius était esclave, d'où son nom de Statius. D'après un passage, peut-être apocryphe à vrai dire, de la vie de Térence par Suétone, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caecilius/#i_0

CRATINOS (520-env. 423 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain LABROUSSE
  •  • 159 mots

Contemporain de Périclès — qui fut l'une de ses cibles favorites —, Cratinos était considéré dans l'Antiquité comme l'un des trois plus grands auteurs, avec Eupolis et Aristophane, de l'ancienne comédie athénienne. On ne possède que des fragments des vingt et une pièces qui l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cratinos/#i_0

ENNIUS QUINTUS (239-169 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 611 mots

Poète épique, auteur dramatique et satirique, le plus influent des poètes latins de la première époque, Quintus Ennius est appelé à juste titre le père de la littérature romaine. Son épopée Les Annales, poème narratif qui relate l'histoire de Rome depuis les errances d'Énée jusqu'à l'époque de l'auteur, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quintus-ennius/#i_0

ESCHYLE (env. 525-456 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 4 678 mots
  •  • 1 média

Le théâtre d'Eschyle a tant de grandeur qu'il fascine et intimide. La profondeur des problèmes qu'il a su lire dans les vieux mythes grecs, l'acuité avec laquelle se traduit chez lui la crainte constante des dieux, la richesse de son lyrisme, aux formes âpres et mystérieuses, tout cela peut y contribuer. Mais ces mérites correspondent aussi à la place qu'occupe Eschyle dans l'histoire littéraire : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eschyle/#i_0

EUPOLIS (446-411 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain LABROUSSE
  •  • 158 mots

Considéré dans l'Antiquité comme l'un des plus grands poètes athéniens de l'ancienne comédie — mélange de verve et de satire — et comme un rival d'Aristophane. Né à Athènes, il grandit durant la guerre du Péloponnèse entre Athènes et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eupolis/#i_0

EURIPIDE (env. 480-406 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Édouard DELEBECQUE
  •  • 4 644 mots
  •  • 2 médias

Euripide occupa la scène athénienne en même temps que Sophocle, son aîné de quinze ans, pendant un demi-siècle, depuis l'année 455 (où il prend le relais d'Eschyle qui vient de mourir à soixante-dix ans) jusqu'à sa propre mort en 406 – et même au-delà puisque ses succès furent surtout posthumes.Si, en effet, comme Esc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/euripide/#i_0

HÉRONDAS (IIIe s. av. J.-C. env.)

  • Écrit par 
  • Alain LABROUSSE
  •  • 143 mots

Poète grec, probablement originaire de l'île de Cos, dans la mer Égée, ce contemporain de Callimaque et de Théocrite est célèbre par ses Mimes — courtes scènes dramatiques en vers, évoquant des scènes de la vie populaire dans le style de la « nouvelle comédie ». Son œuvre — qui constitue l'ensemble le plus important de textes appartena […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herondas/#i_0

LIVIUS ANDRONICUS LUCIUS (env. 278-env. 204 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 237 mots

Esclave grec affranchi, Livius gagna sa vie en enseignant le latin et le grec à Rome. Son œuvre principale, Odyssia, traduction de L'Odyssée d'Homère, fut peut-être conçue comme ouvrage scolaire : Horace la lut à l'école. Écrite en mètres saturniens italiens primitifs, elle a peu de qualités poétiques à en juger par les quelque cinquante lignes qui subsisten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucius-livius-andronicus/#i_0

MÉNANDRE (342 av. J.-C.?-? 292 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 446 mots

Auteur dramatique athénien que les critiques de l'Antiquité considéraient comme le plus grand poète de la nouvelle comédie attique — c'est-à-dire la dernière floraison de la comédie scénique athénienne. Il ne connut durant sa vie qu'un succès limité ; bien qu'il eût écrit plus de cent pièces, il ne remporta que huit fois la victoire aux fêtes dramatiques d'< […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menandre/#i_0

PACUVIUS MARCUS (env. 220-env. 130 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 111 mots

Né à Brindes vers ~ 220, selon Cicéron, neveu et élève d'Ennius, qui l'emmena à Rome, Pacuvius fut à la fois peintre et poète tragique ; sur la fin de sa vie, il se retira à Tarente, où il mourut. En tant qu'auteur dramatique Pacuvius eut, de son vivant, un succès considérable ; Cicéron le met au premier rang et Horace le qualifiait de doctus (celui qui connaît son métier). Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcus-pacuvius/#i_0

PLAUTE (env. 254-184 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barthélemy A. TALADOIRE
  •  • 2 549 mots

Des « enfances » du théâtre comique latin, il n'est guère permis que de nous interroger sur quelques traditions populaires et religieuses le plus souvent confondues, et sur un petit nombre d'informations historiques dues surtout à Tite-Live (Histoire romaine, VII, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plaute/#i_0

POSIDIPPE DE PELLA (né apr. 316 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 76 mots

Poète comique né à Cassandrée en Macédoine. Il réside à Athènes et devient célèbre comme auteur de comédies. Il continue la tradition de Ménandre et de la nouvelle comédie : intrigues sentimentales, peintures familières, études psychologiques composent son théâtre.Nous n'en avons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/posidippe-de-pella/#i_0

SÉNÈQUE (4 av. J.-C. - 65 apr. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Ilsetraut HADOT
  •  • 4 289 mots
  •  • 1 média

Lucius Annaeus Seneca, homme d'État, philosophe stoïcien, auteur de tragédies, précepteur de prince, représente, par la variété même des aspects de son activité, une des figures les plus intéressantes de l'époque impériale. Son œuvre de moraliste a exercé une influence capitale sur la formation de la pensée occidentale. Elle enthousiasma le Moyen Âge et la Renaissance, tout spécialement Montaigne. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seneque/#i_0

SOPHOCLE (495-406 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 3 416 mots

Plus jeune qu'Eschyle, dont l'œuvre garde une majesté un peu archaïque, mais plus âgé qu'Euripide, qui tente déjà des innovations parfois à la limite du tragique, Sophocle représente, au ve siècle avant J.-C., l'équilibre et comme la perfection du genre tragique. Par là, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophocle/#i_0

TÉRENCE (env. 190-env. 159 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barthélemy A. TALADOIRE
  •  • 2 624 mots

Plaute et Térence, qui, faute d'autres œuvres conservées, apparaissent comme les seuls représentants qualifiés du théâtre comique des Latins, demeurent, depuis quelque vingt siècles, joints en une sorte de diptyque plus commode pour l'enseignement des manuels que conforme à la réalité. Plaute y fait figure d'éminent « f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terence/#i_0


Affichage 

Euripide - Athènes

Euripide - Athènes

photographie

Euripide (480 env.-406 av. J.-C.) est, avec Sophocle et Eschyle, un des trois grands tragédiens grecs de l'Antiquité. Né à Salamine, il écrivit une centaine de pièces, dont dix-neuf nous ont été transmises et dont certaines ont inspiré Racine. Ami de Socrate et accusé par... 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Aristophane – Athènes

Aristophane – Athènes

photographie

Aristophane vécut de 445 à 380 avant J.-C. Avec quarante-quatre pièces, dont onze ont été conservées, il est le représentant le plus connu du théâtre comique athénien. Dans ses comédies, il n’hésite pas à situer ses pièces dans son temps, celui de la guerre du Péloponnèse... 

Crédits : Bettmann/ Corbis

Afficher

Eschyle - Athènes

Eschyle - Athènes

photographie

Né à Éleusis vers 525 av. J.-C., Eschyle est, avec Sophocle dont il est l’aîné de trente ans, un des plus grands tragédiens grecs. Il participe aux batailles de Marathon (490) et de Salamine (480) contre les Perses. Une expérience qui se retrouve dans son théâtre, où il... 

Crédits : Photos.com/ Thinkstock

Afficher

Euripide - Athènes

Euripide - Athènes
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Aristophane – Athènes

Aristophane – Athènes
Crédits : Bettmann/ Corbis

photographie

Eschyle - Athènes

Eschyle - Athènes
Crédits : Photos.com/ Thinkstock

photographie