MOZAMBIQUE, chronologie contemporaine

 

2019

15 octobre 2019
Mozambique. Réélection du président Filipe Nyusi.

Le président Filipe Nyusi (Front de libération du Mozambique, Frelimo) est réélu au premier tour avec 73,5 p. 100 des suffrages, contre 21,5 p. 100 pour son principal adversaire Ossufo Momade (Résistance nationale du Mozambique, Renamo). Le taux de participation est de 51,8 p. 100. Aux élections législatives qui se déroulent le même jour, le Frelimo remporte 71,3 p. 100 des suffrages et  la Renamo […] Lire la suite

4-10 septembre 2019
Vatican – Afrique. Visite du pape François au Mozambique, à Madagascar et à Maurice.

Du 4 au 10, le pape François effectue une visite au Mozambique, à Madagascar et à Maurice. À Maputo, François prêche la « réconciliation », après l’accord de paix conclu en août entre le pouvoir et les rebelles de la Résistance nationale mozambicaine (Renamo). À Antananarivo, le pape dénonce la mondialisation, la corruption, la déforestation et la pauvreté. À Port Louis, François loue la « diversi […] Lire la suite

6 août 2019
Mozambique. Signature d’un accord de paix entre le gouvernement et les rebelles.

Le président Filipe Nyusi, chef du Front de libération du Mozambique (Frelimo), et le chef rebelle de la Résistance nationale mozambicaine (Renamo), Ossufo Momade, signent un accord de paix en vue des élections générales qui doivent se tenir en octobre. Un précédent accord avait mis fin à la guerre civile en octobre 1992. En avril 2013, la Renamo, alors principal parti d’opposition, avait repris l […] Lire la suite

15 mars 2019
Mozambique – Zimbabwe. Cyclone meurtrier et dévastateur.

Le passage du cyclone Idai sur la région de Beira – ville du Mozambique qui compte plus de quatre cent mille habitants – provoque des inondations meurtrières et dévastatrices. Idai poursuit ensuite sa route vers le Zimbabwe. Le bilan dans les deux pays s’élève à un millier de morts. Des centaines de milliers de personnes sont sinistrées. Cette catastrophe illustre la vulnérabilité particulière de  […] Lire la suite

16 février 2019
Mozambique. Arrestation du fils de l’ancien président Armando Guebuza dans l’affaire de la « dette cachée ».

La police arrête le fils de l’ancien président Armando Guebuza, Ndambi Guebuza, dans le cadre de l’enquête sur l’affaire de la « dette cachée ». Celle-ci porte sur le détournement d’emprunts contractés par des entreprises publiques pour acheter des bateaux de pêche et des bateaux militaires sans en informer le Parlement ni les bailleurs de fonds internationaux. L’éclatement du scandale en avril 20 […] Lire la suite

2014

15 octobre 2014
Mozambique. Élection de Filipe Nyusi à la présidence.

Filipe Nyusi, candidat du Front de libération du Mozambique (Frelimo), est élu président de la République, avec 57 p. 100 des suffrages, contre 36,6 p. 100 à Afonso Dhlakama, chef de la Résistance nationale du Mozambique (Renamo). Lors des élections législatives qui se tiennent le même jour, le Frelimo, en fort recul, conserve toutefois la majorité, avec 55,9 p. 100 des suffrages et 144 sièges sur […] Lire la suite

2010

1er-7 septembre 2010
Mozambique. Émeutes contre la vie chère.

Le 1er, à Maputo, la police ouvre le feu sur des manifestants qui protestent contre l'augmentation prévue de 25 p. 100 du prix du pain, laquelle s'ajoute aux hausses récentes des prix du pétrole, de l'eau, de l'électricité et des transports en commun. L'augmentation du prix du pain est principalement due à la hausse des cours mondiaux des céréales et à la dépréciation de la  […] Lire la suite

2009

28 octobre 2009
Mozambique. Élections générales.

Lors des quatrièmes élections présidentielle et législatives depuis la fin de la guerre civile en 1992, le président sortant Armando Guebuza, membre du Front de libération du Mozambique (Frelimo), est réélu pour un second mandat avec 75 p. 100 des voix, devant Afonso Dhlakama, chef du principal parti d'opposition, la Résistance nationale du Mozambique (Renamo), qui obtient 17 p. 100 des voix. Le m […] Lire la suite

2004

1er-2 décembre 2004
Mozambique. Élections générales.

Les 1er et 2 se déroulent les élections générales qui marquent la fin de l'ère Chissano. Le président sortant Joachim Chissano, au pouvoir depuis novembre 1986, a décidé de ne pas briguer de troisième mandat. Armando Guebuza, candidat du Front de libération du Mozambique (Frelimo), le parti au pouvoir, est élu président avec 63,7 p. 100 des suffrages, contre 31,7 p. 100 des  […] Lire la suite

1998

25-30 juin 1998
France – Afrique. Tournée du président Jacques Chirac en Afrique australe.

Le 25, le président français entame par la Namibie sa tournée en Afrique australe. L'aide publique au développement et l'intégration régionale sont les principaux thèmes abordés lors de cette étape.Du 26 au 28, le président Chirac séjourne en Afrique du Sud. Il évoque l'ouverture de la politique africaine de la France vers l'Afrique australe, le nécessaire développement des relations économiques b […] Lire la suite

1994

27 octobre-19 novembre 1994
Mozambique. Premières élections générales pluralistes.

Le 27, peu avant l'ouverture du scrutin, la Résistance nationale du Mozambique (Renamo) d'Afonso Dhlakama, dénonçant les fraudes, annonce le boycottage des premières élections générales pluralistes organisées en application de l'accord de paix signé en octobre 1992 par le Front de libération du Mozambique (Frelimo), ancien parti unique du président Joaquim Chissano et la Renamo (de 1976 à 1992, la […] Lire la suite

1992

16 décembre 1992
Mozambique. Envoi d'une force de maintien de la paix onusienne.

Le Conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte la résolution 797 qui crée une force de maintien de la paix au Mozambique (Onumoz) composée de près de huit mille hommes. Cette opération est destinée à contrôler l'accord de paix signé le 4 octobre, à Rome, entre le gouvernement de Maputo et l'opposition armée de la Résistance nationale du Mozambique. L'Onumoz doit veiller à l'application du cessez-le-feu […] Lire la suite

4-21 octobre 1992
Mozambique. Poursuite des combats malgré la signature d'un accord de paix.

Le 4, à Rome, Joaquim Chissano, président du Mozambique, et Alfonso Dhlakama, chef de la Résistance nationale du Mozambique (Renamo), signent un accord de paix à l'issue de plus de deux ans de négociations. Celui-ci devrait mettre fin à une guerre civile engagée dès le départ des colonisateurs portugais en 1975 entre le régime alors marxiste du Front de libération du Mozambique (Frelimo) et la Ren […] Lire la suite

1989

24-31 juillet 1989
Mozambique. Nouvelle ligne politique et espoirs de réconciliation.

Le 24, le cinquième congrès du Front de libération du Mozambique (Frelimo), le parti unique au pouvoir depuis l'indépendance en 1975, s'ouvre sur un discours du chef de l'État Joaquim Chissano, qui pose le principe d'un dialogue avec les rebelles de la Résistance nationale du Mozambique (Renamo) pour mettre fin à vingt-cinq années de guerre civile qui ont conduit le pays au bord de l'effondrement  […] Lire la suite

1988

10-19 septembre 1988
Vatican – Afrique. Visite du pape Jean-Paul II en Afrique australe

Le 10, Jean-Paul II entame, à Harare, capitale du Zimbabwe, son trente-neuvième voyage à l'étranger, le quatrième en Afrique, mais le premier dans le sud du continent. Au cours d'un périple placé sous le double thème des droits de l'homme et du respect de la personne humaine, et qui l'amènera à visiter cinq pays en neuf jours, dont trois de la ligne de front anti-apartheid, le pape a prévu de cont […] Lire la suite

1987

7-28 septembre 1987
Afrique – France. Libération d'un coopérant français et visites à Paris des chefs d'État angolais et mozambicain

Le 7, Pierre-André Albertini, coopérant français détenu depuis octobre 1986 dans le bantoustan du Ciskei (enclave du sud-est de l'Afrique du Sud, dont seule Pretoria reconnaît l'indépendance), et condamné le 20 mars à quatre ans de prison pour avoir refusé de témoigner à charge contre cinq détenus noirs accusés d'actes terroristes, est libéré et remis, sur l'aéroport de Maputo, capitale du Mozambi […] Lire la suite

18 juillet 1987
Mozambique. Massacre perpétré par la guérilla

Trois cent quatre-vingts habitants du village d'Homoine, à 400 kilomètres au nord-est de Maputo, sont massacrés par « une cinquantaine de soldats très bien organisés », selon le témoignage d'un agronome américain. Les autorités mozambicaines accusent les guérilleros de la Résistance nationale mozambicaine (Renamo) de ce massacre. […] Lire la suite

1986

19-28 octobre 1986
Mozambique. Mort du président Samora Machel dans un accident d'avion

Le 19, Samora Machel, chef de l'État depuis l'indépendance du Mozambique en 1975, trouve la mort dans un accident d'avion avec trente-trois des quarante-trois autres personnes à bord, dont plusieurs membres du gouvernement. La mort brutale de Samora Machel est une épreuve supplémentaire pour ce petit pays, déchiré par la guerre civile et au bord de la banqueroute économique. Les causes de l'accide […] Lire la suite

1984

3 octobre 1984
Mozambique. Accord sur le principe d'un cessez-le-feu entre les autorités et la rébellion armée

Un accord de cessez-le-feu est signé à Pretoria entre le gouvernement de Maputo et la Résistance nationale du Mozambique (R.N.M.) en présence des autorités sud-africaines. La date de l'entrée en vigueur de l'accord n'est pas encore précisée. Pretoria, qui a servi d'intermédiaire entre les autorités et la rébellion armée du Mozambique, peut se féliciter de ce nouveau succès diplomatique après le pa […] Lire la suite

16 mars 1984
Afrique du Sud – Mozambique. Signature d'un pacte de non-agression entre Pretoria et Maputo

Pieter Botha, Premier ministre d'Afrique du Sud, et Samora Machel, président du Mozambique, signent un traité de non-agression. Pretoria renonce à appuyer la Résistance nationale du Mozambique (R.N.M.) et, en contrepartie, le Mozambique ne tolérera plus que les guérilleros du Congrès national africain (A.N.C.), mouvement anti-apartheid, responsable d'actions terroristes en Afrique du Sud, prennent […] Lire la suite

1983

20-23 mai 1983
Afrique du Sud – Mozambique. Attentat meurtrier à Pretoria et représailles sud-africaines au Mozambique

Le 20, une voiture garée devant le quartier général de l'armée de l'air explose dans le centre de Pretoria, faisant dix-huit morts et plus de deux cents blessés. Cet attentat est revendiqué par le mouvement de libération sud-africain, l'African National Congress.Le 21, Olivier Tambo, président de l'A.N.C., déclare que l'attentat est « justifié » car il s'agit « d'une attaque contre le régime milit […] Lire la suite

— Universalis