MAROC, chronologie contemporaine

 

1983

30 novembre 1983
Maroc. Mise en place d'un « gouvernement de coalition et de transition »

Le roi Hassan II met en place un « gouvernement de coalition et de transition ». Dirigé par Mohamed Karim Lamrani, qui succède à Maati Bouabid, il est chargé d'organiser les élections législatives, prévues pour février 1984. Les sept ministres d'État sont les dirigeants de tous les partis politiques marocains, à l'exception du Parti communiste. La présence la plus remarquable est celle de Abderrah […] Lire la suite

30 juin-3 juillet 1983
Libye – Maroc. Visite du colonel Kadhafi à Rabat

Le 30, le colonel Kadhafi, « guide de la Révolution libyenne », se rend au Maroc pour une « visite d'amitié et de travail ». Les entretiens avec Hassan II portent principalement sur les problèmes du Sahara occidental et les projets de rapprochement des pays du Maghreb.Le 3 juillet, le colonel Kadhafi quitte Rabat sans qu'un communiqué commun soit publié, mais en déclarant que l'organisation d'un r […] Lire la suite

26 février 1983
Algérie – Maroc. Première rencontre du président Chadli Bendjedid et du roi Hassan II

Le président algérien Chadli Bendjedid et le roi Hassan II du Maroc se rencontrent à la frontière algéro-marocaine. La rencontre est la première du genre depuis la rupture des relations au début du conflit sur le Sahara occidental. Elle est consacrée pour l'essentiel à ce problème. […] Lire la suite

27-29 janvier 1983
France – Maroc. Voyage officiel du président François Mitterrand au Maroc

Le 27, le président de la République française, accompagné de six ministres, arrive à Rabat où il reçoit un accueil particulièrement chaleureux. Il prononce devant le Parlement un discours, axé sur les questions internationales, dans lequel il rappelle son attachement au droit des populations du Sahara occidental à l'autodétermination, au droit d'Israël à l'existence, aux droits de l'homme, et réa […] Lire la suite

25-27 janvier 1983
Maroc. Mort suspecte du général Dlimi

Le 25, le général Ahmed Dlimi, commandant des troupes marocaines et conseiller d'Hassan II, meurt dans un accident de la circulation. Il avait été mêlé à l'affaire de l'enlèvement de Ben Barka. Cette mort donne lieu à de nombreuses rumeurs renforcées par l'arrestation de plusieurs officiers supérieurs quelques jours auparavant, rumeurs selon lesquelles le général Dlimi aurait pu être éliminé parce […] Lire la suite

— Universalis