RUSSIE FÉDÉRATION DE, chronologie contemporaine

 

2000

6 décembre 2000
Russie. Condamnation pour espionnage d'un homme d'affaires américain.

Un tribunal de Moscou condamne pour espionnage l'homme d'affaires américain Edmund Pope à vingt ans de camp à régime sévère, la plus lourde peine prévue par la loi. Aucun Américain n'avait été condamné pour ce motif depuis 1961. Ancien officier des services de renseignements, Edmund Pope a été arrêté en avril pour avoir tenté de se procurer frauduleusement des rapports relatifs au missile sous-mar […] Lire la suite

29-31 octobre 2000
Russie – France. Visite du président Vladimir Poutine en France.

Du 29 au 31, le président russe, Vladimir Poutine, effectue une visite en France à l'occasion de la réunion du sommet Union européenne-Russie – la France exerçant la présidence des Quinze jusqu'en décembre. Vladimir Poutine, dont c'est le premier voyage en France, s'est déjà rendu dans la plupart des autres grands États européens ainsi qu'aux États-Unis. Paris et Moscou entretiennent des relations […] Lire la suite

14-20 août 2000
Russie. Canonisation du tsar Nicolas II.

Le 14, le Saint-Synode de l'Église orthodoxe décide la canonisation du dernier tsar, Nicolas II, et de la famille impériale, assassinés par les bolcheviks en juillet 1918, ainsi que de plus d'un millier de « martyrs et confesseurs » victimes du régime communiste. Souhaitée par les milieux monarchistes et nationalistes, cette décision n'est pas justifiée, selon la commission de canonisation, par «  […] Lire la suite

12-23 août 2000
Russie. Naufrage du sous-marin nucléaire « Koursk ».

Le 12, une avarie contraint le sous-marin à propulsion nucléaire Koursk, qui participait à des manœuvres en mer de Barents avec 118 hommes à son bord, à se poser au fond, par une centaine de mètres de profondeur. Le Koursk, qui constitue l'un des fleurons de la flotte du Nord, n'est pas équipé de missiles à tête nucléaire. Depuis une dizaine d'années, la flo […] Lire la suite

8 août 2000
Russie. Attentat meurtrier à Moscou.

Le 8, l'explosion d'une bombe dans un passage souterrain du centre de Moscou fait huit morts. Cet attentat intervient la veille de l'anniversaire de l'annonce de la nomination de Vladimir Poutine comme Premier ministre par Boris Eltsine. Les soupçons des enquêteurs comme de l'opinion se portent sur les « terroristes » tchétchènes, malgré les dénégations du président tchétchène, Aslan Maskhadov. […] Lire la suite

17-28 juillet 2000
Russie. Débat sur le pouvoir des « barons » régionaux et des oligarques.

Le 17, le financier Boris Berezovski annonce son intention de démissionner de son mandat de député à la Douma afin de ne « pas participer à l'instauration d'un régime autoritaire », par le président Vladimir Poutine, en Russie. Celui qui passait pour avoir largement contribué à la désignation de Vladimir Poutine comme héritier de Boris Eltsine manifeste ainsi sa rupture avec le chef de l'État. Bor […] Lire la suite

2 juillet 2000
Russie. Série d'attentats contre les forces russes en Tchétchénie.

Le 2, des attentats-suicides au camion piégé, dirigés contre des centres de commandement de l'armée russe et survenant presque simultanément, provoquent la mort de dizaines de militaires, quarante-neuf selon le bilan officiel, dans quatre localités de la république autonome de Tchétchénie, où les forces de Moscou mènent une lutte « antiterroriste » depuis octobre 1999. Il s'agit de l'une des opéra […] Lire la suite

13-16 juin 2000
Russie. Arrestation du président du premier groupe de presse indépendant.

Le 13, le parquet général fait arrêter et incarcérer le financier Vladimir Goussinski, patron du premier groupe de presse indépendant du pays, Media-Most, qui fait l'objet de pressions de la part du Kremlin depuis un an. Vladimir Goussinski est soupçonné de détournement de fonds publics dans le cadre d'une opération de privatisation d'une télévision locale datant de 1997. Le procureur général, Vla […] Lire la suite

12 juin 2000
Russie. Libération du Français Brice Fleutiaux, enlevé en Tchétchénie.

Le photographe français Brice Fleutiaux, enlevé en Tchétchénie en octobre 1999, est libéré après avoir été remis par ses ravisseurs aux troupes spéciales du ministère de l'Intérieur russe. Aucun détail n'est donné sur les conditions de sa libération. Brice Fleutiaux a aussitôt une entrevue, télévisée, avec le président Vladimir Poutine, qui évalue à 6 000 le nombre de personnes enlevées en Tchétch […] Lire la suite

3-5 juin 2000
États-Unis – Russie. Visite du président Bill Clinton à Moscou.

Du 3 au 5 se déroule à Moscou le premier sommet entre le président américain Bill Clinton et le nouveau président russe Vladimir Poutine. Il est principalement consacré aux questions de désarmement. Le communiqué final reconnaît à la fois les « nouvelles menaces » représentées par les États hostiles dotés de l'arme nucléaire, et le caractère immuable du traité antimissiles A.B.M. de 1972, qualifié […] Lire la suite

7-18 mai 2000
Russie. Premières décisions du président Vladimir Poutine.

Le 7 se déroule la cérémonie d'investiture du président Vladimir Poutine, élu en mars, en présence de son prédécesseur, Boris Eltsine, qui porte désormais le titre de « premier président de Russie ». Vladimir Poutine désigne comme Premier ministre Mikhaïl Kassianov, jusqu'alors vice-Premier ministre chargé de l'Économie et des Finances et considéré comme proche de l'homme d'affaires Boris Berezovs […] Lire la suite

14-28 avril 2000
Russie. Ratification des traités S.T.A.R.T.-II et C.T.B.T.

Le 14, la Douma vote la ratification du traité Start II, signé en janvier 1993, qui prévoit une réduction du nombre des têtes nucléaires américaines et russes. Le Sénat américain a ratifié le traité en 1996, mais le président russe n'avait jamais disposé à la Chambre basse de la majorité nécessaire, jusqu'aux élections de décembre 1999. La Douma ratifie également les protocoles ajoutés à Start II  […] Lire la suite

1er-26 avril 2000
Russie. Réactions internationales à la crise tchétchène.

Du 1er au 4, avec l'autorisation tardive de Moscou, le haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l'homme, Mary Robinson, effectue une visite en Russie au cours de laquelle elle se rend en Tchétchénie, où se poursuivent les affrontements entre les soldats russes et les rebelles indépendantistes. Dans cette république, où elle ne passe que peu de temps à Grozny et  […] Lire la suite

26 mars 2000
Russie. Élection de Vladimir Poutine à la présidence.

Le président par intérim, Vladimir Poutine, remporte sans surprise l'élection présidentielle, dès le premier tour, avec 52,9 p. 100 des suffrages. Il est notamment plébiscité par les militaires, qui votent massivement pour lui. Son principal adversaire, le candidat communiste Guennadi Ziouganov, obtient 29,2 p. 100 des voix. Le mauvais score enregistré par Grigori Iavlinski, chef du parti Iabloko  […] Lire la suite

1er-29 février 2000
Russie. Chute de Grozny et poursuite des combats et des exactions.

Le 1er, les combattants tchétchènes annoncent qu'ils abandonnent Grozny, capitale de la République autonome indépendantiste où les troupes russes sont entrées en décembre 1999 et où se trouvent encore plusieurs dizaines de milliers d'habitants. Les bombardements des villages situés entre Grozny et les montagnes vers lesquelles se replient les « rebelles », au sud, font de no […] Lire la suite

13-18 janvier 2000
Russie. Élection du président de la Douma.

Le 13, le Premier ministre et président par intérim Vladimir Poutine annonce son intention de se présenter à l'élection présidentielle prévue en mars.Le 18, en application d'un accord passé entre le parti du Kremlin, Unité (81 sièges sur 430 pourvus à la Douma), et le Parti communiste (94 sièges), le communiste modéré Guennadi Seleznev, président sortant, est réélu à la tête de la chambre basse du […] Lire la suite

7-31 janvier 2000
Russie. Poursuite de l'offensive contre Grozny.

Le 7, le président par intérim Vladimir Poutine annonce la suspension des opérations militaires à Grozny, la capitale de la République autonome tchétchène que les forces russes bombardent depuis septembre 1999 pour en déloger les « terroristes » indépendantistes. Les autorités déclarent qu'il s'agit d'épargner les « civils retenus de force par les combattants tchétchènes ». Les militaires russes,  […] Lire la suite

— Universalis