SALVADOR EL, chronologie contemporaine

 

2019

3 février 2019
Salvador. Élection de Nayib Bukele à la présidence.

L’ancien maire de San Salvador Nayib Bukele, candidat antisystème de la Grande Alliance pour l’unité nationale (GANA, centre droit), remporte l’élection présidentielle dès le premier tour avec 53,1 p. 100 des suffrages. Il devance le candidat de l’Alliance républicaine nationaliste (Arena, droite) Carlos Calleja, qui obtient 31,7 p. 100 des voix, et celui du Front Farabundo Martí de libération nat […] Lire la suite

2018

21 août 2018
Salvador – Taïwan – Chine. Rupture des relations avec Taïwan.

Le Salvador établit des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine et rompt ses relations avec Taïwan. L’île nationaliste n’est plus reconnue que par dix-sept pays : neuf États d’Amérique latine et des Caraïbes, six États de l’océan Pacifique, un État africain, ainsi que le Vatican. […] Lire la suite

4 mars 2018
Salvador. Élections législatives.

L’Alliance républicaine nationaliste (Arena, conservateur), en progrès, remporte les élections législatives avec 42,3 p. 100 des suffrages et 37 sièges sur 84. Le Front Farabundo Martí de libération nationale (socialiste) subit un revers avec 24,4 p. 100 des voix et 23 élus. Avec 11,5 p. 100 des suffrages, la Grande Alliance pour l’unité nationale (conservateur), scission de l’Arena, conserve ses  […] Lire la suite

2015

1er mars 2015
Salvador. Élections législatives sans changement.

Le 1er, les résultats des élections législatives illustrent la grande stabilité du paysage politique. L’Alliance républicaine nationaliste (droite) arrive en tête avec 38,8 p 100 des suffrages et 32 sièges sur 84. Le Front Farabundo Martí de libération nationale du président Salvador Sánchez Cerén obtient 37,3 p. 100 des voix et 31 élus, et la Grande Alliance pour l’unité na […] Lire la suite

2014

9 mars 2014
Salvador. Élection de Salvador Sánchez Cerén à la présidence.

Le 9, le vice-président Salvador Sánchez Cerén, candidat du Front Farabundo Martí de libération nationale, qui était arrivé en tête au premier tour, en février, devant le candidat de l'Alliance républicaine nationaliste (droite) Norman Quijano, est élu président avec 50,1 p. 100 des suffrages.  […] Lire la suite

2 février 2014
Salvador. Premier tour de l'élection présidentielle.

Le 2, le vice-président Salvador Sánchez Cerén, candidat du Front Farabundo Martí de libération nationale (F.M.L.N.), arrive en tête au premier tour de l'élection présidentielle, avec 48,9 p. 100 des suffrages. Il devance le maire de San Salvador Norman Quijano, candidat de l'Alliance républicaine nationaliste (Arena, droite), qui obtient 39 p. 100 des voix. Le taux de participation est de 55 p. 1 […] Lire la suite

2012

11 mars 2012
Salvador. Victoire de l'Arena aux élections législatives.

L'Alliance républicaine nationaliste (Arena, droite) d'Alfredo Cristiani arrive en tête aux élections législatives, avec 39,8 p. 100 des suffrages et 33 élus sur 84. Le Front Farabundo Martí de libération nationale (F.M.L.N.), la formation du président Mauricio Funes, obtient 36,8 p. 100 des voix et 31 députés. La Grande Alliance pour l'unité nationale d'Elias Antonio Saca, fondée en janvier 2010  […] Lire la suite

2009

15 mars 2009
Salvador. Élection du candidat du F.M.L.N. Mauricio Funes à la présidence.

À l'issue du scrutin présidentiel, Mauricio Funes, ancien journaliste et candidat de l'ex-guérilla de gauche du Front Farabundo Martí de libération nationale (F.M.L.N.) est élu président avec 51,3 p. 100 des voix, face à Rodrigo Avila, ancien chef de la police et candidat du parti conservateur au pouvoir depuis vingt ans, l'Alliance républicaine nationaliste (Arena), qui obtient 48,7 p. 100 des su […] Lire la suite

18 janvier 2009
Salvador. Victoire du F.M.L.N. aux élections législatives.

Le 18, le parti d'opposition de gauche Front Farabundo Martí de libération nationale (F.M.L.N.), issu de l'ancienne guérilla, remporte les élections législatives avec 42,3 p. 100 des voix contre 39,5 p. 100 pour l'Alliance républicaine nationaliste (Arena, droite), au pouvoir depuis 1988. En revanche, bien que le F.M.L.N. progresse aux élections municipales qui se tiennent le même jour, il perd la […] Lire la suite

2006

12 mars 2006
Salvador. Élections législatives sans vainqueur.

Le 12, les résultats des élections législatives ne départagent pas l'Alliance républicaine nationaliste du président Saca – 39,4 p. 100 des suffrages et 34 élus sur 84 (+ 7 par rapport au scrutin de mars 2003) – et le Front Farabundo Martí de libération nationale (F.M.L.N.) – 39,1 p. 100 des voix et 32 élus, affaibli par le décès, en janvier, de Schafik Jorge Handal. Tenues simultanément, les élec […] Lire la suite

2004

21 mars 2004
Salvador. Élection du conservateur Elias Antonio Saca à la présidence.

Le 21, le candidat conservateur de l'Alliance républicaine nationaliste, Elias Antonio Saca, remporte l'élection présidentielle dès le premier tour, avec 57,7 p. 100 des suffrages. Son adversaire du Front Farabundo Martí de libération nationale, Schafik Handal, dirigeant historique du Parti communiste, recueille 36,6 p. 100 des voix. […] Lire la suite

2000

12 mars 2000
Salvador. Victoire du F.M.L.N. aux élections législatives.

Le 12, huit ans après la signature des accords de paix de janvier 1992 qui ont mis fin à douze années de guerre civile, l'ancienne guérilla du Front Farabundo Marti de libération nationale (F.M.L.N.), reconvertie en parti politique, remporte les élections législatives en obtenant 31 sièges (+ 4 par rapport au précédent scrutin de mars 1997) sur 84 au Parlement, contre 29 (+ 1) pour l'Alliance répu […] Lire la suite

1999

7 mars 1999
Salvador. Élection du conservateur Francisco Flores à la présidence.

Le 7, le candidat de l'Alliance républicaine nationaliste (Arena, conservateur) au pouvoir, Francisco Flores, remporte l'élection présidentielle avec 51,4 p. 100 des suffrages. L'ancien commandant du Front Farabundo Marti de libération nationale (guérilla d'extrême gauche), Facundo Guardado, obtient 29 p. 100 des voix ; le candidat du Centre démocratique uni (social-démocrate), Ruben Zamora, 7,4 p […] Lire la suite

1998

12-16 novembre 1998
France. Visite du président Jacques Chirac en Amérique centrale.

Le 12, Jacques Chirac entame par le Mexique sa visite d'État dans la région centro-américaine. Devant les deux chambres réunies en Congrès, à Mexico, il rend hommage au régime du président Ernesto Zedillo. Évoquant la « fin de l'ordre bipolaire », il appelle à la « reconstruction de l'ordre mondial » qui passe par de « nouvelles relations [...] entre puissances installées et puissances émergentes  […] Lire la suite

1997

16 mars 1997
Salvador. Progrès du F.M.L.N. aux élections législatives.

L'Alliance républicaine nationaliste (Arena, droite), au pouvoir depuis mars 1989, n'obtient que 28 sièges (— 11 par rapport au scrutin de mars 1994) sur 84 lors des élections législatives, contre 27 (+ 6) pour l'ancienne guérilla du Front Farabundo Marti de libération nationale (F.M.L.N.), transformé en parti politique après les accords de paix de janvier 1992. Le Parti de la conciliation nationa […] Lire la suite

1996

5-11 février 1996
Vatican. Visite du pape Jean-Paul II en Amérique centrale et au Venezuela.

Le 5, le pape Jean-Paul II arrive au Guatemala, première étape de sa visite en Amérique centrale, où il défend la cause des Indiens. Il s'était déjà rendu dans la région en mars 1983, alors que les violences y étaient nombreuses. Les guerres civiles étant terminées, il faut combattre « les plaies de la pauvreté et de l'ignorance », affirme le pape qui en rend responsables les luttes idéologiques.  […] Lire la suite

1994

24 avril 1994
Salvador. Élection du candidat de l'Arena à la présidence.

Le candidat de l'Alliance républicaine nationaliste (Arena, droite) au pouvoir, Armando Calderon Sol, qui appartient à la tendance la plus conservatrice de son parti, est élu président avec 68,3 p. 100 des suffrages contre 31,7 p. 100 à Ruben Zamora qui était soutenu par trois formations de gauche dont le Front Farabundo Martí de libération nationale (F.M.L.N., ex-guérilla). Le taux d'abstention a […] Lire la suite

1993

15 mars-1er avril 1993
Salvador. Controverse sur le vote d'une amnistie générale.

Le 15, la « commission de la vérité » mise en place par l'O.N.U. en application des accords de paix de janvier 1992 rend public son rapport sur les violations des droits de l'homme au cours de la guerre civile, entre 1980 et 1991. Celui-ci met en cause principalement les militaires, mais aussi le pouvoir civil et la guérilla du Front Farabundo Marti de libération nationale. Il recommande notamment […] Lire la suite

1992

14-24 janvier 1992
Salvador. Signature des accords de paix et vote d'une loi d'amnistie.

Le 14, les représentants du gouvernement et de la guérilla signent un accord qui précise les modalités d'application de celui qui a été signé à New York le 31 décembre 1991 sous l'égide de l'O.N.U.Le 16, le président Alfredo Cristiani et les chefs du Front Farabundo Marti de libération nationale signent à Mexico l'accord de paix définitif. Celui-ci prévoit l'instauration d'un cessez-le-feu le 1 […] Lire la suite

1991

31 décembre 1991
Salvador. Signature d'un accord en vue d'un cessez-le-feu entre le gouvernement et la guérilla.

À New York, les représentants du gouvernement et de la guérilla du Front Farabundo Marti de libération nationale (F.M.L.N.) signent un « accord définitif » qui prévoit l'instauration d'un cessez-le-feu le 1er février 1992. Ses modalités d'application, en ce qui concerne notamment la réinsertion des combattants du F.M.L.N., devront être précisées ultérieurement. Javier Pérez  […] Lire la suite

25 septembre 1991
Salvador. Progrès sur la voie de la paix.

Le 25, Javier Pérez de Cuéllar, secrétaire général de l'O.N.U., obtient la signature, à New York, entre le gouvernement salvadorien et la guérilla du Front Farabundo Marti de libération nationale (F.M.L.N.), d'un accord de principe pour rétablir la paix. En août, il était intervenu personnellement, à la demande des États-Unis et de l'U.R.S.S., dans les négociations ouvertes en avril 1990 sous l'ég […] Lire la suite

4-27 avril 1991
Salvador. Premiers accords de paix conclus entre le gouvernement et la guérilla.

Le 4, des représentants du gouvernement conservateur d'Alfredo Cristiani et du Front Farabundo-Marti de libération nationale (F.M.L.N.) entament une nouvelle série de négociations sous l'égide de l'O.N.U., à Mexico. La guérilla consent pour la première fois à négocier un cessez-le-feu.Le 27, le gouvernement salvadorien accepte la formation par l'O.N.U. d'une « commission de la vérité » chargée d'e […] Lire la suite

10 mars 1991
Salvador. Recul de la droite et percée de la gauche.

Les élections législatives et municipales ont lieu dans un calme relatif, sauf dans les régions contrôlées par le Front Farabundo-Marti de libération nationale (F.M.L.N.), où la guérilla a décrété une trêve mais empêche l'organisation du scrutin. L'Alliance républicaine nationaliste (A.R.E.N.A., droite), parti au pouvoir depuis 1988, perd la majorité absolue à l'Assemblée en ne remportant que tren […] Lire la suite

1990

13 janvier 1990
Salvador. Décision prise de juger les militaires responsables du massacre de six jésuites.

Le président Alfredo Cristiani annonce que neuf militaires, dont le colonel Guillermo Alfredo Benavides, directeur de l'école militaire Gerardo-Barrios, sont impliqués dans l'assassinat de six jésuites de l'université centraméricaine de San Salvador, le 16 novembre 1989, au moment de l'offensive nationale du Front Farabundo Marti de libération nationale (F.M.L.N.). Il annonce que ces militaires se […] Lire la suite

1989

10-12 décembre 1989
Salvador. Condamnation de la guérilla salvadorienne par cinq chefs d'État centraméricains.

Le 10, les cinq chefs d'État centraméricains se retrouvent à San José (Costa Rica) pour tenter de donner un nouveau souffle au plan de paix pour la région, ébranlé par l'offensive déclenchée par la guérilla salvadorienne du Front Farabundo Marti de libération nationale (F.M.L.N.) le 11 novembre.Le 12, ils parviennent à un accord condamnant les actions des forces irrégulières, soutenant le gouverne […] Lire la suite

11-22 novembre 1989
Salvador. Offensive nationale de la guérilla suivie de combats meurtriers.

Le 11, la guérilla d'extrême gauche du Front Farabundo Marti de libération nationale (F.M.L.N.), qui a suspendu le 2 les négociations avec le gouvernement du président d'extrême droite Alfredo Cristiani, lance une offensive générale.Le 12, l'état de siège est proclamé. Les rebelles résistent à la contre-offensive déclenchée par l'armée dont les avions bombardent les nombreuses positions tenues par […] Lire la suite

31 octobre-2 novembre 1989
Salvador. Rupture des négociations entre le gouvernement et la guérilla.

Le 31, une bombe détruit le siège de la Fédération nationale des travailleurs salvadoriens (Fenastras), syndicat soupçonné d'être proche de la guérilla du Front Farabundo Marti de libération nationale (F.M.L.N.), causant la mort de dix personnes dans la capitale salvadorienne. Le F.M.L.N. accuse l'armée d'être responsable de cet attentat et annonce, le 2 novembre, la suspension des pourparlers ent […] Lire la suite

13-15 septembre 1989
Salvador. Accord entre guérilla et gouvernement en vue d'un cessez-le-feu.

Le 13 débutent à Mexico les premières négociations entre des représentants du nouveau gouvernement du président Alfredo Cristiani (extrême droite) et des membres du Front Farabundo Marti de libération nationale (F.M.L.N. ; guérilla d'extrême gauche), en vue de mettre fin à dix années de guerre civile.Le 15, les deux parties belligérantes signent un accord établissant un calendrier de rencontres de […] Lire la suite

8-19 mars 1989
Salvador. Élection du candidat d'extrême droite Alfredo Cristiani à la présidence.

Le 8, la guérilla d'extrême gauche du Front Farabundo Marti de libération nationale (F.M.L.N.), qui avait, le 24 janvier, pour la première fois depuis le début de la guerre civile en 1980, proposé de participer aux élections si la date en était reculée de six mois, rompt les négociations avec les représentants du gouvernement et appelle au boycottage du scrutin. Elle reprend le jour même l'offensi […] Lire la suite

1988

20 mars 1988
Salvador. Succès de l'opposition de droite aux élections

Des élections législatives et municipales ont lieu le 20 au Salvador tandis que la guérilla d'extrême gauche paralyse le trafic dans tout le pays. Les résultats sanctionnent l'impuissance du gouvernement proaméricain du président démocrate-chrétien Napoleon Duarte à faire face à la guerre civile et aux problèmes économiques et agraires : l'Alliance républicaine nationale (Arena) de Roberto d'Aubui […] Lire la suite

1986

10 octobre 1986
Salvador. Violent tremblement de terre

Un séisme, dont la magnitude est comprise entre 5,4 et 6 sur l'échelle de Richter, ravage le petit État centre-américain. Son épicentre est situé non loin de la capitale, San Salvador, qui subit d'importants dégâts : plusieurs immeubles s'effondrent, dont un centre de bureaux et le ministère du Plan, et quatre hôpitaux sur six sont gravement endommagés, mais les destructions sont surtout important […] Lire la suite

1985

24 octobre 1985
Salvador. Libération de la fille du président Duarte

Inès Guadalupe Duarte, fille du président Duarte, et une amie, Ana Cecilia Villeda, enlevées le 10 septembre, sont relâchées, après un accord avec la guérilla, ainsi que 33 fonctionnaires municipaux, en échange de 22 prisonniers politiques et de 96 guérilleros invalides, qui sont autorisés à partir pour l'étranger. […] Lire la suite

19 juin 1985
Salvador. Attentat meurtrier à San Salvador

Une dizaine d'hommes armés ouvrent le feu sur la terrasse d'un restaurant de San Salvador. Cet attentat, qui fait treize morts dont six Américains, est revendiqué par un groupuscule de guérilleros, issu du Front Farabundo Marti de libération nationale (F.M.L.N.). Selon leur communiqué, il visait « les conseillers américains, les agents de la C.I.A. et des individus d'autres nationalités liés au se […] Lire la suite

31 mars 1985
Salvador. Majorité pour le parti démocrate-chrétien à l'Assemblée nationale

Le 31, les Salvadoriens se rendent aux urnes pour la quatrième fois en trois ans, à l'occasion d'élections législatives et municipales. La participation est plus faible que lors des précédents scrutins, mais, pour la première fois, le vote n'était pas obligatoire. Moins d'un an après l'élection, le 6 mai 1984, de José Napoléon Duarte à la présidence de la République, son parti, la Démocratie chrét […] Lire la suite

1984

11-31 décembre 1984
Salvador. Trêve des combats pour les fêtes de fin d'année

Le 11, le Front Farabundo Marti de libération nationale (F.M.L.N.) annonce qu'il a décidé de décréter une « trève totale » du 24 au 26 décembre et du 31 décembre au 2 janvier. Une trêve limitée à la libre circulation des personnes entre le 22 décembre et le 3 janvier avait déjà été conclue, le 30 novembre. Malgré les réticences de certains secteurs des forces armées, le président Duarte assure que […] Lire la suite

8-23 octobre 1984
Salvador. Rencontre entre le président José Napoleón Duarte et la guérilla

Le 8, José Napoleón Duarte prononce un discours devant l'Assemblée générale des Nations unies : il propose aux dirigeants de la guérilla de le rencontrer, « seul » et « sans arme », dans la localité de La Palma (6 000 habitants), située à 80 kilomètres au nord de San Salvador dans une région contrôlée par la guérilla. Radio-Venceremos, la radio des insurgés, annonce dès le 9 que cette proposition  […] Lire la suite

9-24 mai 1984
États-Unis – Salvador. Accord du Congrès pour une aide au Salvador

Le 9, le président Reagan prononce une allocution télévisée sur sa politique en Amérique centrale afin de désarmer l'hostilité qu'elle suscite au Congrès et dans l'opinion. Il dénonce l'extension de la « subversion communiste » et évoque le spectre de « centaines de milliers de réfugiés » cherchant asile aux États-Unis et d'une population de « cent millions de personnes » vivant sous le contrôle d […] Lire la suite

6-25 mai 1984
Salvador. Élection de José Napoleón Duarte à la présidence de la République

Le 6, a lieu au Salvador le second tour de l'élection présidentielle. À la différence du premier tour, le 25 mars, aucun incident n'est à signaler et les Salvadoriens votent massivement. José Napoleón Duarte, le candidat de la Démocratie chrétienne, est proclamé élu le 11 : il obtient 53,6 p. 100 des voix contre 46,4 p. 100 au commandant Roberto d'Aubuisson, représentant l'extrême droite. Le prési […] Lire la suite

25 mars 1984
Salvador. Victoire de José Napoléon Duarte au premier tour de l'élection présidentielle

Le 25 a lieu le premier tour de l'élection présidentielle. La guérilla, non seulement boycotte cette élection, mais tente par ses opérations militaires de la perturber. En l'absence de la gauche, huit candidats briguent les suffrages de deux millions et demi d'électeurs salvadoriens. Le jour du scrutin, d'importantes carences dans l'organisation du vote et quelques actions de la guérilla sont sign […] Lire la suite

1983

16-31 juillet 1983
États-Unis – Amérique latine. Initiatives diplomatiques pour éviter un conflit armé en Amérique centrale

Les 16 et 17, les présidents des quatre pays du « groupe de Contadora » (Mexique, Colombie, Panamá et Venezuela) se réunissent à Cancún au Mexique. À l'issue de leur rencontre est publiée une « déclaration sur la paix en Amérique centrale » : il s'agit d'une liste de « suggestions » pour faire naître un « processus de négociations efficace ».Le 18, Henry Kissinger est nommé à la tête d'une commiss […] Lire la suite

25-31 mai 1983
Salvador. Assassinat d'un conseiller militaire américain et durcissement de Washington

Le 25, le commandant Schaufelberger, sous-chef des conseillers militaires américains au Salvador est tué à San Salvador. Cet attentat est revendiqué par les guérilleros des Forces populaires de libération (F.P.L.) qui affirment dans un communiqué : « Tous les conseillers militaires américains envoyés au Salvador (ils sont une cinquantaine) rentreront chez eux dans un cercueil. »Le 27, Washington a […] Lire la suite

27-28 avril 1983
États-Unis – Amérique latine. Discours du président Ronald Reagan sur sa politique centre-américaine

Le 27, Ronald Reagan prononce un important discours sur la situation en Amérique centrale, et, pour lui donner davantage de solennité, il le prononce devant les deux Chambres, réunies en séance extraordinaire. Le président américain, assurant que « l'incendie est dans le jardin » des États-Unis, accuse le Nicaragua d'aider « les Soviétiques et Cuba à déstabiliser la région, du canal de Panamá au M […] Lire la suite

2-9 mars 1983
Vatican – Amérique latine. Visite du pape Jean-Paul II en Amérique centrale

Le 2, Jean-Paul II quitte Rome pour une visite dans sept pays d'Amérique centrale et en Haïti. Ce voyage présente des risques importants aussi bien en raison du climat de violence dans cette région que des possibilités de manipulation à des fins politiques comme l'affirme l'Osservatore romano, journal du Vatican. Dès ses premières allocutions, à San José de Costa Rica, Jean-Pau […] Lire la suite

1982

22 avril-4 mai 1982
Salvador. Accord des partis politiques sur la désignation d'un pouvoir exécutif

Le 22, le commandant Roberto d'Aubuisson, dirigeant de l'Alliance républicaine nationaliste (Arena), parti d'extrême droite, est élu à la présidence de la nouvelle Assemblée constituante.Le 29, une personnalité « indépendante », Álvaro Magana, directeur de la Banque centrale, devient chef de l'État, en remplacement de José Napoléon Duarte, démocrate-chrétien ; qui présidait la junte civile et mili […] Lire la suite

17-29 mars 1982
Salvador. Victoire de la droite aux élections

Le 17, quatre journalistes membres d'une équipe de télévision hollandaise sont tués à 70 kilomètres au nord de San Salvador. Il semble qu'ils aient trouvé la mort au cours d'une embuscade dressée par des éléments de l'armée régulière salvadorienne. Cependant, de violents combats se poursuivent entre la guérilla et les forces armées à quelques jours des élections, considérées comme une « farce » pa […] Lire la suite

2-28 février 1982
Amérique latine – États-Unis. Intensification des combats au Salvador et initiatives diplomatiques

Le 2, les insurgés salvadoriens attaquent Usulután, quatrième ville du pays, à une centaine de kilomètres à l'est de San Salvador. Les jours suivants, de violents combats opposent l'armée aux guérilleros dans les environs de la ville. La recrudescence des affrontements, en particulier dans le territoire de Morazán, de Chalatenango et d'Usulután, zones très largement contrôlées par la guérilla, est […] Lire la suite

27-28 janvier 1982
Salvador – États-Unis. Soutien accru de Washington à la junte salvadorienne

Le 27, une centaine de guérilleros attaquent la base aérienne militaire d'Ilopango, proche de la capitale. Les rebelles affirment, dans un communiqué, avoir détruit vingt-huit appareils, soit « près de la moitié de l'aviation salvadorienne ».Le 28, le Département d'État annonce que les États-Unis vont envoyer une aide d'urgence de 55 millions de dollars en matériel militaire pour remplacer les avi […] Lire la suite

1981

7 octobre 1981
Salvador. Échec d'une tentative de médiation

Le 7, le commandant Daniel Ortega, coordonnateur de la junte du Nicaragua, lance à la tribune des Nations unies un appel en faveur d'une solution politique au Salvador. Il donne ainsi une audience internationale aux propositions de paix présentées les jours précédents par le Front démocratique révolutionnaire et le Front Farabundo Martí de libération nationale, appelant à l'ouverture immédiate de  […] Lire la suite

28 août 1981
Salvador. Reconnaissance par la France et le Mexique de la représentativité des mouvements d'opposition clandestins

Dans une déclaration remise le 28 au président du Conseil de sécurité des Nations unies, « les gouvernements français et mexicain reconnaissent que l'alliance du Front Farabundo Martí pour la libération nationale et du Front démocratique révolutionnaire constitue une force politique représentative [...] qu'il est légitime d'associer à l'instauration des mécanismes de rapprochement et de négociatio […] Lire la suite

6-8 avril 1981
Salvador. Vers une solution politique de la crise

Le 6, Mgr Arturo Rivera, archevêque intérimaire de San Salvador après l'assassinat le 24 mars 1980 de Mgr Romero, déclare, à l'occasion d'un voyage à Washington, qu'il existe des conditions favorables à une solution pacifique au Salvador. Il se déclare partisan d'un « règlement négocié » du conflit et favorable aux « élections libres » annoncées par la […] Lire la suite

3-24 mars 1981
États-Unis – Amérique latine. Reformulation de la doctrine de Monroe par l'administration Reagan

Le 3, dans une interview télévisée, Ronald Reagan se défend de vouloir entraîner son pays au Salvador dans un engrenage « à la vietnamienne ». Il se déclare même favorable à une « solution politique » et repousse l'éventualité de l'envoi de troupes de combat américaines. Par contre, il renouvelle ses propositions de « travail diplomatique continu » aux pays qui ne veulent pas « laisser ce continen […] Lire la suite

2-27 février 1981
États-Unis – Amérique latine. Offensive des États-Unis contre les ingérences communistes au Salvador

Le 2, Robert White, ambassadeur des États-Unis à San Salvador nommé par l'administration Carter, est révoqué pour avoir publiquement critiqué la politique américaine.Le 3, le général Alexander Haig, secrétaire d'État américain, s'entretient avec sept ministres des Affaires étrangères de l'O.E.A. réunis à Washington. Il déclare à son homologue du Venezuela que des armes destinées à la guérilla salv […] Lire la suite

10-16 janvier 1981
Salvador. Échec de l'offensive de l'opposition et reprise de l'aide militaire américaine

Le 10, une « offensive finale » est lancée à l'appel des mouvements d'opposition à la junte militaire et démocrate-chrétienne : elle a pour but de créer une « situation irréversible » avant l'entrée en fonction, aux États-Unis, de Ronald Reagan qui a annoncé son intention de soutenir résolument la junte. Les guérilleros du front Farabundo Martí de libération nationale attaquent simultanément une d […] Lire la suite

— Universalis