COLOMBIE, chronologie contemporaine

 

2019

17-21 janvier 2019
Colombie. Attentat meurtrier de l’ELN.

Le 17, un attentat-suicide à la voiture piégée dans l’enceinte d’une école de police de Bogotá cause la mort de vingt élèves policiers en plus de celle de son auteur. Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier depuis février 2003 – et du premier attentat-suicide – perpétré dans le pays. Les soupçons se portent sur l’Armée de libération nationale (ELN), une guérilla guévariste toujours active, avec  […] Lire la suite

2018

17 juin 2018
Colombie. Élection d’Iván Duque à la présidence.

Le candidat du Centre démocratique (droite) Iván Duque remporte le second tour de l’élection présidentielle avec 54 p. 100 des suffrages. Le score de son adversaire du Mouvement progressiste, Gustavo Petro, demeure élevé pour un candidat de gauche : 41,8 p. 100 des voix. Le taux de participation est de 53 p. 100. Iván Duque déclare que l’accord de paix signé en novembre 2016 avec les Forces armées […] Lire la suite

27 mai 2018
Colombie. Premier tour de l’élection présidentielle.

L’ancien sénateur Iván Duque, candidat du Centre démocratique (droite) et proche de l’ancien président Álvaro Uribe, arrive en tête au premier tour de l’élection présidentielle avec 39,1 p. 100 des suffrages. L’ancien maire de Bogotá Gustavo Petro, candidat du Mouvement progressiste (gauche), remporte 25,1 p. 100 des voix. Sergio Fajardo, ancien maire de Medellín et ancien gouverneur de la provinc […] Lire la suite

7-11 mars 2018
Colombie. Déroute électorale de la FARC.

Le 7, l’ancien chef de la guérilla dissoute des Forces armées révolutionnaires de Colombie, Rodrigo Londoño, qui a subi une grave opération chirurgicale, annonce son retrait de l’élection présidentielle prévue en mai. Sa formation, la Force alternative révolutionnaire commune (FARC, extrême gauche), issue de la guérilla, renonce à présenter un autre candidat. Rodrigo Londoño avait suspendu sa camp […] Lire la suite

9-29 janvier 2018
Colombie. Attentats de l’ELN.

Le 9, le cessez-le-feu conclu en septembre 2017 pour cent un jours entre le gouvernement et la guérilla castriste de l’Armée de libération nationale (ELN) arrive à échéance, alors que les négociations de paix piétinent.Le 27, alors que la Force alternative révolutionnaire de Colombie, l’ancienne guérilla transformée en parti politique, lance sa campagne en vue des élections législatives de mars et […] Lire la suite

2017

6-11 septembre 2017
Vatican – Colombie. Visite du pape François en Colombie.

Du 6 au 11, le pape François, qui a contribué aux efforts de paix entre le gouvernement et la guérilla, effectue une visite en Colombie au cours de laquelle il prône « le pardon et la réconciliation » – ce à quoi s’engage l’ancien chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) Rodrigo Londoño dans une lettre ouverte publiée le 9. Ce même jour, à Villavicencio, le pape béatifie deux rel […] Lire la suite

4 septembre 2017
Colombie. Signature d’un cessez-le-feu entre le gouvernement et la guérilla.

Le 4, à Quito, le gouvernement signe un cessez-le-feu avec l’Armée de libération nationale (ELN), active depuis cinquante-trois ans, deuxième guérilla en importance après celle des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) qui ont signé un accord de paix en novembre 2016. Conclu pour une période initiale de cent deux jours, le cessez-le-feu doit entrer en vigueur le 1er […] Lire la suite

13 mars 2017
Colombie. Création d’un système judiciaire spécial.

Le Parlement adopte la réforme constitutionnelle qui prévoit la création d’un « système intégral de justice, de vérité, de réparation et de non-répétition » en application de l’accord de paix conclu en novembre 2016 avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Ce système comprend une Juridiction spéciale pour la paix qui doit juger les crimes de guerre commis par les guérilleros et  […] Lire la suite

2-7 février 2017
Colombie. Ouverture de négociations entre le gouvernement et l’ELN.

Le 2, l’Armée de libération nationale (ELN) libère le député Odin Sanchez qu’elle détenait depuis avril 2016. De son côté, le gouvernement gracie deux guérilleros.Le 6, l’ELN libère également un soldat fait prisonnier en janvier. Ces gestes étaient considérés par les deux parties comme des préalables à l’ouverture de négociations de paix. En septembre 2016, le gouvernement et les Forces armées rév […] Lire la suite

22-24 janvier 2017
France – Colombie. Visite du président français François Hollande en Colombie.

Du 22 au 24, le président français François Hollande effectue une visite en Colombie. Il se rend notamment à Caldono, au sud de Cali, sur un site où les combattants des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) doivent être regroupés en vue d’être désarmés, en application de l’accord de paix signé en novembre 2016. […] Lire la suite

2016

24-30 novembre 2016
Colombie. Signature d’un nouvel accord de paix avec les FARC.

Le 24, à Bogotá, le gouvernement et la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) signent un nouvel accord de paix après le rejet du précédent par référendum en octobre. Cette nouvelle version tient compte de certaines objections des détracteurs du texte. Toutefois, le nouvel accord maintient le principe de l’impunité conditionnelle des chefs des FARC qui pourront donc se prése […] Lire la suite

2-7 octobre 2016
Colombie. Rejet par référendum de l’accord avec les FARC.

Le 2, les électeurs rejettent par 50,2 p. 100 des suffrages l’accord de paix signé en septembre par le gouvernement et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Le taux de participation est de 37,4 p. 100. L’ancien président Álvaro Uribe avait mené campagne contre l’accord, qu’il jugeait trop favorable à l’ex-guérilla. Le pouvoir et les FARC confirment le maintien du cessez-le-feu.Le  […] Lire la suite

24 août 2016
Colombie. Signature de l’accord de paix entre le gouvernement et les FARC.

Le gouvernement et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) concluent à La Havane (Cuba) un accord de paix. Sa négociation avait commencé en novembre 2012, sur l’initiative du président Juan Manuel Santos. Le conflit a fait près de deux cent vingt mille morts et sept millions de déplacés depuis 1964. Le texte prévoit notamment la démobilisation et la réintégration à la vie civile des  […] Lire la suite

11 août 2016
Venezuela – Colombie. Réouverture de la frontière entre les deux pays.

Le président vénézuélien Nicolás Maduro et son homologue colombien Juan Manuel Santos conviennent de la réouverture progressive de la frontière entre leurs deux pays, fermée depuis un an sur l’initiative de Caracas pour lutter contre l’insécurité et la contrebande. En juillet, des centaines de Vénézuéliennes avaient forcé la frontière en direction de Cúcuta afin de se procurer des produits de prem […] Lire la suite

23 juin 2016
Colombie. Conclusion d’un cessez-le-feu définitif entre le pouvoir et les FARC.

Le président Juan Manuel Santos et le chef de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) Rodrigo Londoño (appelé aussi Timoleón Jiménez ou Timochenko) signent à La Havane un accord de cessez-le-feu bilatéral et définitif, en présence de chefs d’État latino-américains et du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon. L’accord de paix, négocié depuis novembre 2012, est sur le poi […] Lire la suite

2015

22 mai 2015
Colombie. Rupture du cessez-le-feu par les F.A.R.C.

La rébellion des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) annonce la rupture de la trêve unilatérale qu’elle avait proclamée en décembre 2014, à la suite d’une attaque d’un de ses camps par l’armée. Les F.A.R.C. avaient elles-mêmes violé la trêve en avril en tuant onze soldats au cours d’une embuscade. Les négociations menées par le gouvernement et les F.A.R.C. depuis octobre 2012 ach […] Lire la suite

2014

17 décembre 2014
Colombie. Annonce par les F.A.R.C. d'un cessez-le-feu illimité.

La rébellion des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) annonce pour la première fois un cessez-le-feu illimité. Le gouvernement et les F.A.R.C. poursuivent des négociations de paix depuis octobre 2012.  […] Lire la suite

15 juin 2014
Colombie. Réélection du président Juan Manuel Santos.

Le président sortant Juan Manuel Santos, candidat du Parti social d'unité nationale (centre droit), remporte le second tour de l'élection présidentielle avec 51 p. 100 des suffrages contre 45 p. 100 pour scar Iván Zuluaga, candidat du Centre démocratique (droite). Le taux de participation est de 47,9 p. 100. Juan Manuel Santos bénéficie des progrès des négociations avec les guérillas, enjeu du scr […] Lire la suite

25 mai 2014
Colombie. Premier tour de l'élection présidentielle.

Le candidat du Centre démocratique (droite) scar Iván Zuluaga arrive en tête au premier tour de l'élection présidentielle avec 29,3 p. 100 des suffrages. Il devance le président sortant Juan Manuel Santos, candidat du Parti social d'unité nationale (centre droit), qui obtient 25,7 p. 100 des voix. Le taux de participation est de 40,1 p. 100. scar Iván Zuluaga est opposé aux négociations engagées e […] Lire la suite

9 mars 2014
Colombie. Victoire du pouvoir aux élections législatives.

Le Parti social d'unité nationale (conservateur libéral) du président Juan Manuel Santos arrive en tête à l'issue des élections législatives, en obtenant 16,1 p. 100 des suffrages et 39 sièges sur 164 à l'Assemblée nationale, ainsi que 21 sièges sur 102 au Sénat. Le Parti libéral colombien de Simón Gaviria obtient 14,1 p. 100 des voix et 37 élus à l'Assemblée (17 au Sénat), le Parti conservateur c […] Lire la suite

2012

27 août 2012
Colombie. Ouverture de négociations entre le gouvernement et les F.A.R.C.

Le président Juan Manuel Santos confirme l'information donnée par une chaîne de télévision, relative à l'ouverture de « conversations exploratoires » avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.). Le chef de l'État annonce toutefois le maintien de la présence militaire sur l'ensemble du territoire. En 1999, le président Andrés Pastrana avait accepté de démilitariser un […] Lire la suite

7-30 mai 2012
Colombie – France. Libération du journaliste français otage des F.A.R.C.

Le 7, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) réclament l'organisation d'un débat national et international sur la liberté de la presse en échange de la libération du journaliste français Roméo Langlois, enlevé en avril.Le 30, les F.A.R.C. libèrent Roméo Langlois.  […] Lire la suite

2-28 avril 2012
Colombie. Libération des derniers otages « politiques » des F.A.R.C. et enlèvement d'un journaliste français.

Le 2, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) libèrent leurs dix derniers otages « politiques » – quatre soldats et six policiers –, comme elles l'avaient annoncé en février. Tous ont passé plus de douze ans en captivité. Le président Juan Manuel Santos salue ce geste en demandant aux F.A.R.C. de libérer les civils qu'ils détiennent encore. Le 28, le journaliste français Roméo La […] Lire la suite

26 février 2012
Colombie. Annonce par les F.A.R.C. de l'arrêt des prises d'otages.

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) annoncent l'arrêt des prises d'otages civils auxquelles elles se livraient depuis la fin des années 1960. Les ravisseurs de la femme politique franco-colombienne Ingrid Betancourt – détenue de 2002 à 2008 – déclarent qu'ils libéreront prochainement les dix derniers militaires et policiers qu'ils retiennent encore.  […] Lire la suite

2011

4-26 novembre 2011
Colombie. Mort du chef des F.A.R.C.

Le 4, l'armée annonce la mort du chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) Guillermo León Sáenz, alias Alfonso Cano, lors d'un accrochage survenu dans le département du Cauca, dans le sud-ouest du pays. Celui-ci avait succédé en mai 2008 à Pedro Marín, alias Manuel Marulanda, chef historique du mouvement de guérilla. Le 26, les F.A.R.C. assassinent quatre otages, des sous-offi […] Lire la suite

2010

10 août 2010
Colombie – Venezuela. Rétablissement des relations diplomatiques.

Le nouveau président colombien Juan Manuel Santos – qui a pris ses fonctions trois jours auparavant – et son homologue vénézuélien Hugo Chávez se rencontrent à Santa Marta (Colombie) et décident de rétablir les relations diplomatiques entre leurs deux pays, qui avaient été rompues en juillet sur l'initiative de Caracas. Hugo Chávez avait alors réagi aux propos du prédécesseur de Juan Manuel Santos […] Lire la suite

22 juillet 2010
Venezuela – Colombie. Rupture des relations diplomatiques entre le Venezuela et la Colombie.

Le 22, le président vénézuélien Hugo Chávez annonce la rupture unilatérale des relations diplomatiques avec la Colombie et place son armée en état d'alerte maximal, en réaction aux propos tenus par le président colombien Álvaro Uribe devant l'Organisation des États américains. Celui-ci a accusé le Venezuela d'abriter sur son territoire des guérillas des Forces armées révolutionnaires de Colombie ( […] Lire la suite

20 juin 2010
Colombie. Élection de Juan Manuel Santos à la présidence.

Le candidat du Parti de l'union (droite), au pouvoir, Juan Manuel Santos, ancien ministre de la Défense, remporte le second tour de l'élection présidentielle avec 71,5 p. 100 des suffrages. Il était opposé à l'ancien maire de Bogotá Antanas Mockus, candidat du parti Vert, qui recueille 28,5 p. 100 des voix. Le taux de participation est de 44 p. 100. Le dauphin du président sortant Álvaro Uribe doi […] Lire la suite

14 mars 2010
Colombie. Victoire de la coalition au pouvoir aux élections législatives.

Le Parti de l'unité nationale du président Álvaro Uribe remporte les élections législatives avec 47 sièges sur 166 à l'Assemblée nationale et 28 sièges sur 102 au Sénat – en progrès par rapport au scrutin de mars 2006. Membres de la coalition gouvernementale, le Parti conservateur – également en hausse – obtient respectivement 38 et 22 élus, et le parti du Changement radical – en baisse – 15 et 8. […] Lire la suite

2009

1er-5 février 2009
Colombie. Libération d'otages par les F.A.R.C.

Le 1er, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) libèrent quatre otages (trois policiers et un soldat), qu'elles détenaient depuis 2007. Comme elle l'avait annoncé le 21 décembre 2008, la guérilla marxiste va libérer six otages dans la semaine.Le 3, l'ex-gouverneur Alan Jara, enlevé en 2001, est relâché par les F.A.R.C. Le 5, l'ancien député Sigifredo Lopez  […] Lire la suite

2008

10 décembre 2008
France – Colombie. Accueil en France d'un ex-guérillero des F.A.R.C.

Un ancien guérillero des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.), Wilson Bueno Largo, alias Isaza, qui s'était rendu aux autorités colombiennes en octobre en compagnie d'un otage, arrive en France où un visa long séjour lui a été accordé. La veille, le parquet colombien avait abandonné toutes les charges retenues contre lui. Bogota, qui entend faire de cette opération un exemple, doi […] Lire la suite

2-20 juillet 2008
Colombie. Libération d'Ingrid Betancourt.

Le 2, une opération de l'armée colombienne dans le département de Guaviare aboutit à la libération d'Ingrid Betancourt, de trois Américains et de onze militaires colombiens otages des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.). Infiltrant la guérilla, les libérateurs se sont fait passer pour des personnels humanitaires chargés de transporter les otages. La Franco-Colombienne, qui avait  […] Lire la suite

24-25 mai 2008
Colombie. Mort du chef historique des F.A.R.C.

Le 24, le gouvernement annonce la mort de cause naturelle, le 26 mars, de Pedro Antonio Marin, alias Manuel Marulanda, fondateur et chef historique des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.). Le 25, les F.A.R.C. confirment la nouvelle, tandis que le ministre de la Défense, Juan Manuel Santos, annonce une intensification de la lutte contre la guérilla tout en appelant ses membres à s […] Lire la suite

1er-23 mars 2008
Colombie. Tensions avec l'Équateur et le Venezuela.

Le 1er, Bogotá annonce la mort du numéro deux et porte-parole des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.), Raul Reyes – de son vrai nom Luis Edgar Devia –, lors du bombardement par l'armée colombienne d'un camp situé en territoire équatorien. Raul Reyes est le premier des sept membres du « secrétariat » des F.A.R.C. à être éliminé. En réponse, Quito expulse l'a […] Lire la suite

4-27 février 2008
Colombie. Libération par les F.A.R.C. de quatre otages « politiques ».

Le 4, environ deux millions de Colombiens participent, dans le pays et à l'étranger, à des manifestations contre la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) qui détient quelque sept cents otages, dont une quarantaine d'otages « politiques ».Le 27, comme elles l'avaient annoncé au début du mois, les F.A.R.C. libèrent pour raison de santé quatre anciens parlementaires enlev […] Lire la suite

4-20 janvier 2008
Colombie – Venezuela. Libération de deux otages des F.A.R.C.

Le 4, les tests ADN prouvent que le petit Emmanuel, placé en 2005 dans une institution de Bogotá, est bien le fils de Clara Rojas, ancienne directrice de campagne d'Ingrid Betancourt et, comme elle, captive des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.), qui avaient enlevé les deux femmes le 23 février 2002. Les F.A.R.C., qui prétendaient détenir l'enfant depuis sa naissance en 2004 d'u […] Lire la suite

2007

20-30 novembre 2007
Colombie. Diffusion de preuves de vie d'Ingrid Betancourt.

Le 20, lors de sa visite à Paris, le président vénézuélien Hugo Chávez, qui a engagé une mission de médiation dans le dossier des prisonniers des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.), se déclare « persuadé » que la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt – enlevée en février 2002 – est en vie, sans pouvoir en apporter la preuve matérielle.Le 21, le gouvernement colombien met fin à la […] Lire la suite

1er-28 juin 2007
Colombie. Libération de membres des F.A.R.C. et assassinat d'otages.

Le 1er, quelque cent cinquante prisonniers membres des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) quittent leurs cellules pour être regroupés dans un centre de détention en vue de leur prochaine libération. Ce « geste de bonne volonté » du président Àlvaro Uribe vise à favoriser la libération des cinquante-six personnes détenues par la guérilla d'extrême gauche, p […] Lire la suite

2006

28 mai 2006
Colombie. Réélection du président Álvaro Uribe.

Le président Álvaro Uribe est réélu à la tête du pays dès le premier tour, avec 62,2 p. 100 des suffrages. Carlos Gaviria, candidat de gauche du Pôle démocratique alternatif, obtient 22 p. 100 des voix et Horacio Serpa, candidat du Parti libéral, 11,8 p. 100. Le taux de participation est de 45,1 p. 100. Ces résultats marquent l'adhésion de la population à la politique sécuritaire du chef de l'État […] Lire la suite

12 mars 2006
Colombie. Renforcement de la majorité présidentielle aux élections législatives.

Les résultats des élections législatives confortent la majorité dont dispose le président Álvaro Uribe au Parlement. Les membres de cette majorité, notamment le Parti conservateur, le Parti de l'unité nationale et sociale et le Changement radical, renforcent leur contrôle sur les deux chambres du Parlement. Dans l'opposition, seul le Pôle démocratique alternatif (gauche) progresse. Le Parti libéra […] Lire la suite

2005

22 juin 2005
Colombie. Démobilisation et impunité pour les groupes paramilitaires.

Le Congrès adopte la loi Justice et paix, qui prévoit la démobilisation des groupes paramilitaires d'extrême droite d'ici à la fin de 2006, en échange d'une amnistie partielle accordée à leurs membres pour les crimes perpétrés depuis une vingtaine d'années. Cette décision intervient à l'issue de deux années de négociations entre le gouvernement du président Álvaro Uribe et les Autodéfenses unies d […] Lire la suite

2003

9-11 juillet 2003
Brésil – Colombie. Échec d'une opération française de libération d'Ingrid Betancourt.

Le 9, un avion militaire français atterrit sur l'aéroport de Manaus (Brésil) avec une équipe médicale à son bord, mais aussi le chef adjoint de cabinet du ministre des Affaires étrangères français et des agents de la D.G.S.E. Cette « mission d'appui humanitaire », dont ni l'Élysée ni Matignon n'auraient été informés, est organisée par le Quai d'Orsay à la demande de la famille d'Ingrid Betancourt  […] Lire la suite

7-14 février 2003
Colombie. Recrudescence des attentats.

Le 7, l'explosion d'une voiture piégée devant le club privé El Nogal, à Bogotá, fait trente-quatre morts. L'attentat est attribué à la guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.).Le 14, à Neiva, au sud-ouest de Bogotá, l'explosion d'une maison où la police perquisitionnait en vue de la visite du président Alvaro Uribe dans la ville fait dix-huit morts. Ces attentats […] Lire la suite

2002

7-22 août 2002
Colombie. Prise de fonction du président Alvaro Uribe marquée par la violence.

Le 7, jour de l'investiture du président Alvaro Uribe, la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) procède à des tirs de roquettes contre certains quartiers de la capitale, notamment contre le palais présidentiel, qui font au total 21 morts. Le président Uribe a été élu en mai sur un programme de lutte contre les rebelles. Il réitère toutefois, dans son discours d'investi […] Lire la suite

26 mai 2002
Colombie. Élection d'Alvaro Uribe à la présidence.

Alvaro Uribe, candidat indépendant transfuge du Parti libéral, remporte l'élection présidentielle dès le premier tour avec 53,1 p. 100 des suffrages. Il est partisan de la manière forte face à la rébellion. Son prédécesseur, le conservateur Andrés Pastrana, élu en juin 1998 sur un programme pacifiste, avait rompu les discussions avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) en fév […] Lire la suite

10-12 mars 2002
Colombie. Élections législatives sur fond de violence.

Le 10, les élections législatives se déroulent dans un climat d'insécurité et de violence, une semaine après l'assassinat de la sénatrice Martha Catalina Daniels par la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.). Les résultats sont marqués par un fort taux d'abstention – 57,5 p. 100 –, une importante proportion de bulletins blancs ou nuls – près de 20 p. 100 – et par le rec […] Lire la suite

20-23 février 2002
Colombie. Rupture des négociations entre le gouvernement et la guérilla, et enlèvement d'Ingrid Betancourt.

Le 20, à la suite d'un détournement d'avion et de l'enlèvement du sénateur Jorge Gechen Turbay, le président Andrés Pastrana annonce la rupture des négociations avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) et déclare qu'il met fin au statut de la zone démilitarisée de 42 000 km2 de Caguan concédée aux rebelles en octobre 1998.Le 21, l'armée pénè […] Lire la suite

9-20 janvier 2002
Colombie. Réactivation des négociations entre le gouvernement et la guérilla.

Le 9, dans une allocution télévisée, le président Andrés Pastrana déclare que les Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) « se sont retirées du processus de paix » engagé en janvier 1999. Il accorde 48 heures à la guérilla pour évacuer la « zone de détente » de 42 000 kilomètres carrés qui lui avait été concédée pour la durée des négociations. Les F.A.R.C. avaient suspendu le dialogu […] Lire la suite

2000

30 août 2000
Colombie. Lancement d'un plan de lutte antidrogue.

Le président Clinton se rend à Carthagène (Colombie) afin de soutenir le lancement d'un plan antidrogue financé par les États-Unis à hauteur de 1,3 milliard de dollars sur un total de 7,5 milliards de dollars, en vertu du principe de « coresponsabilité » entre pays producteurs de drogues et pays consommateurs. « Il ne s'agit ni d'un Vietnam ni d'impérialisme yankee », précise-t-il. Le président An […] Lire la suite

1999

24 octobre 1999
Colombie. Manifestations contre la violence.

Le 24, jour de la reprise des pourparlers entre le gouvernement et la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.), des centaines de milliers de personnes manifestent à travers le pays en faveur de la paix, sous le slogan « Ça suffit ! », à l'appel de diverses organisations. Selon les organisateurs de ce mouvement sans précédent, les violences provoquent quotidiennement « sep […] Lire la suite

7-19 janvier 1999
Colombie. Ouverture de négociations entre le pouvoir et la guérilla.

Le 7, le président Andrés Pastrana, qui a pris ses fonctions en août 1998, inaugure les négociations de paix avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.), le plus ancien groupe de guérilla communiste du continent américain. La cérémonie se déroule à San Vicente del Caguan, dans une vaste zone démilitarisée en novembre 1998 à la demande de la guérilla, et en présence de nombreuses […] Lire la suite

1998

21 juin 1998
Colombie. Élection du conservateur Andrés Pastrana à la présidence.

Le candidat conservateur Andrés Pastrana, qui était opposé au libéral Horacio Serpa, remporte le second tour de l'élection présidentielle avec 50,34 p. 100 des suffrages. Le taux de participation, près de 59 p. 100, est le plus élevé jamais enregistré dans le pays. L'élection d'Andrés Pastrana est interprétée avant tout comme un rejet de son prédécesseur libéral, Ernesto Samper, compromis dans un  […] Lire la suite

8 mars 1998
Colombie. Victoire du Parti libéral aux élections législatives.

Le Parti libéral du président Ernesto Samper obtient la majorité absolue au Parlement. Les jours précédant le scrutin ont été marqués par une recrudescence des attaques de la guérilla des Forces armées révolutionnaires colombiennes (marxistes), qui avaient appelé à boycotter les élections. Au cours des affrontements, l'armée a subi de lourdes pertes. […] Lire la suite

1996

11 juillet 1996
États-Unis – Colombie. Le président colombien Ernesto Samper privé de son visa par Washington.

L'administration américaine annonce qu'elle retire son visa au président colombien Ernesto Samper, qu'elle accuse d'avoir « aidé ou incité au trafic illégal des stupéfiants ». Soupçonné d'avoir sciemment utilisé de l'argent provenant du trafic de drogue lors de l'élection présidentielle de juin 1994, Ernesto Samper avait été finalement innocenté par le Parlement colombien en juin. […] Lire la suite

12-13 juin 1996
Colombie. Le président Ernesto Samper innocenté par le Parlement.

Le 12, suivant l'avis de la commission d'accusation spéciale du Parlement, les députés, qui appartiennent en majorité au Parti libéral du président Samper, estiment que celui-ci n'est pas responsable du fait que l'argent de la drogue a été utilisé pour sa campagne électorale en juin 1994. La fin du traitement judiciaire de l'affaire ne met pas un terme à la crise politique née de ces accusations.L […] Lire la suite

1995

14 décembre 1995
Colombie. Le président Ernesto Samper innocenté dans l'affaire des narcodollars.

La commission d'accusation parlementaire chargée, à la demande du président Samper, de déterminer si celui-ci savait qu'une partie du financement de sa campagne électorale de juin 1994 provenait des cartels de la drogue, conclut, faute de preuve, qu'il n'y a pas lieu d'engager des poursuites judiciaires. L'affaire avait éclaté en juillet avec l'arrestation de l'ancien trésorier de la campagne d'Er […] Lire la suite

2-16 août 1995
Colombie. Le président Ernesto Samper soupçonné d'avoir bénéficié du financement du cartel de Cali.

Le 2, le ministre de la Défense Fernando Botero présente sa démission à la suite de l'annonce de l'ouverture d'une enquête sur son éventuelle implication dans le financement, par l'argent de la drogue, de la campagne électorale du président Ernesto Samper — élu en juin 1994 — qu'il dirigeait. Arrêté le 26 juillet, le trésorier de la campagne d'Ernesto Samper avait affirmé que le candidat libéral a […] Lire la suite

9-10 juin 1995
Colombie. Arrestation du chef du cartel de Cali et attentat meurtrier.

Le 9, les forces de l'ordre capturent le chef du cartel de Cali, Gilberto Rodriguez Orejuela, considéré comme le principal responsable du trafic de drogue colombien depuis la mort de Pablo Escobar, ancien chef du cartel de Medellín, tué par la police en décembre 1993. Ce succès, obtenu grâce à l'aide de l'Agence fédérale américaine de lutte contre la drogue, conforte la position du président Ernes […] Lire la suite

1994

19 juin 1994
Colombie. Élection du libéral Ernesto Samper à la présidence.

Le candidat du Parti libéral au pouvoir depuis 1986, Ernesto Samper, est élu président, au second tour de scrutin, avec 50,3 p. 100 des suffrages. Il était opposé au candidat conservateur Andres Pastrana. Le taux de participation est environ de 45 p. 100. Discrédité dans l'opinion qui dénonce la sclérose de la classe dirigeante et la poursuite de l'insécurité, le Parti libéral doit sa victoire à s […] Lire la suite

13 mars 1994
Colombie. Victoire du Parti libéral aux élections législatives.

Le Parti libéral du président César Gaviria remporte les élections législatives en obtenant la majorité absolue à l'Assemblée nationale et au Sénat. Le Parti conservateur améliore son score d'octobre 1991, tandis que l'Alliance démocratique issue de l'ex-mouvement de guérilla M19 subit une perte d'audience. Le fort taux d'abstention – 65 p. 100 – s'explique notamment par le discrédit de la classe  […] Lire la suite

1993

2 décembre 1993
Colombie. Pablo Escobar tué par les forces de l'ordre.

Pablo Escobar, chef du cartel de la drogue de Medellín, est tué dans sa ville par les hommes de l'unité spéciale créée pour le capturer. La guerre engagée par les autorités à son encontre, qui devait provoquer des centaines de morts, avait véritablement débuté après l'assassinat du candidat de l'opposition à l'élection présidentielle Luis Carlos Galan, en août 1989. En juin 1991, le narco-trafiqua […] Lire la suite

1992

22 juillet 1992
Colombie. Évasion du trafiquant de drogue Pablo Escobar.

Pablo Escobar, chef du cartel de Medellin, s'évade de sa prison d'Envigado. Les autorités avaient décidé de le transférer vers un autre établissement, afin de l'empêcher de continuer à diriger son organisation depuis sa « luxueuse » prison. Il aurait acheté ses gardiens. Il s'était rendu le 19 juin 1991 après avoir obtenu de ne pas être extradé vers les États-Unis et d'être détenu dans un endroit  […] Lire la suite

1991

27 octobre 1991
Colombie. Fort taux d'abstention aux élections.

Les élections de l'Assemblée nationale, du Sénat et des vingt-sept gouverneurs de province ont lieu dans un climat de violence alimenté par la guérilla. Le fort taux d'abstention – environ 65 p. 100 – illustre la lassitude des électeurs face à la multiplication des consultations depuis 1990 et le désenchantement des citoyens devant l'absence de vrais débats. Avec plus de 50 p. 100 des voix, le Par […] Lire la suite

3-19 juin 1991
Colombie. Ouverture de négociations avec la guérilla et reddition du narcotrafiquant Pablo Escobar.

Le 3 débutent à Caracas, au Venezuela, les premiers pourparlers officiels hors de Colombie entre gouvernement colombien et guérilla. Le 8, le président César Gaviria dissout le Congrès dominé par les deux partis traditionnels, libéral et conservateur. Il accède ainsi à la demande de l'Assemblée constituante élue en décembre 1990, autorité suprême du pays où sont notamment représentés les mouvement […] Lire la suite

1990

27 mai 1990
Colombie. Élection du libéral Cesar Gaviria à la présidence.

L'élection présidentielle, placée sous haute surveillance, se déroule dans un calme relatif. La campagne électorale avait été marquée par l'assassinat de trois candidats et par de nombreux attentats meurtriers perpétrés par la mafia de la drogue. Le taux d'abstention est de 55 p. 100. César Gaviria, candidat du Parti libéral au pouvoir et partisan de la guerre totale contre les narcotrafiquants, e […] Lire la suite

11-26 avril 1990
Colombie. Relance de la guerre de la drogue.

Le 11, seize personnes, dont huit policiers, sont tuées dans l'explosion d'une voiture piégée près de Medellín. Cet attentat porte à vingt-cinq le nombre des policiers tués depuis que les narcotrafiquants ont repris les hostilités.Le 26, Carlos Pizarro, ancien leader du mouvement de guérilla M 19, est assassiné à bord d'un avion assurant un vol intérieur. Il est le troisième candidat à l'élection  […] Lire la suite

22 mars 1990
Colombie. Assassinat d'un candidat de la gauche à l'élection présidentielle.

Bernardo Jaramillo, candidat de l'Union patriotique (gauche et communistes) à l'élection présidentielle, est tué à Bogota. Cet assassinat met fin à deux mois de trêve dans les attentats commis par la mafia de la drogue. […] Lire la suite

1989

9-12 octobre 1989
France. Visite du président François Mitterrand en Amérique latine.

Le 9, après une escale dans l'archipel de la Guadeloupe, dévasté le 17 septembre par le cyclone Hugo, François Mitterrand entame une visite de deux jours à Caracas (Venezuela), où il est reçu par le président Carlos Andrés Pérez. Il dénonce une nouvelle fois le fossé séparant les pays riches des pays pauvres et plaide en faveur de la réduction de la dette, dont le poids (32 milliards de dollars) é […] Lire la suite

18-29 août 1989
Colombie. « Guerre totale » entre le gouvernement et les narco-trafiquants.

Le 18, après les récents assassinats d'un magistrat de la cour d'appel de Bogotá et du chef de la police de la région de Medellín, siège du cartel de la drogue, le sénateur Luis Carlos Galan, grand favori de l'élection présidentielle de 1990, est abattu au cours d'un meeting par des hommes de main des « barons » de la drogue. Le président Virgilio Barco annonce la remise en vigueur, contre les nar […] Lire la suite

1988

20-29 juillet 1988
Colombie. Amorce d'un « dialogue national »

Le 20, le dirigeant conservateur Alvaro Gomez Hurtado, enlevé le 29 mai par le mouvement de guérilla M-19 est libéré en échange de l'ouverture d'un « dialogue national », destiné à mettre fin à la guerre civile (attentats, assassinats, enlèvements...) qui sévit dans le pays. Ce marché a été négocié par la guérilla avec les principales forces politiques du pays – partis, Église et syndicats – duran […] Lire la suite

25-26 janvier 1988
Colombie. Assassinat du procureur général par des trafiquants de drogue

Le 25, le procureur général de Colombie, Carlos Mauro Hoyos, est enlevé à Medellín, la deuxième ville du pays, et exécuté. L'assassinat est revendiqué par un groupe de trafiquants de drogue affilié au « cartel de Medellín » qui détient 80 p. 100 du marché sud-américain de la cocaïne avec les États-Unis : Carlos Mauro Hoyos tentait d'obtenir l'extradition de plusieurs de ses membres vers ce pays.Le […] Lire la suite

1986

1er-7 juillet 1986
Vatican – Colombie. Visite pastorale du pape Jean-Paul II en Colombie

Du 1er au 7, Jean-Paul II effectue son trentième voyage à l'étranger en Colombie. Au cours de cette « visite pastorale », le pape dénonce « la tentation de la violence, qui toujours engendre une violence supérieure ». Il plaide aussi pour la justice sociale et demande aux évêques latino-américains de défendre « la vraie doctrine » de l'Église contre « les déviations menaçant […] Lire la suite

25 mai 1986
Colombie. Élection de Virgilio Barco à la présidence de la République

Quatorze millions de Colombiens sont appelés à élire un nouveau président pour un mandat de quatre ans. Mais à peine plus de 40 p. 100 d'entre eux se rendent aux urnes. Virgilio Barco, candidat du Parti libéral, remporte la victoire la plus large de l'histoire du pays. Avec 58 p. 100 des voix, il écrase son principal adversaire, Alvaro Gomez, candidat de l'autre grand parti, le Parti conservateur, […] Lire la suite

1985

13 novembre 1985
Colombie. Éruption du volcan Nevado del Ruiz

Le volcan Nevado del Ruiz, qui culmine à 5 400 mètres, entre en éruption. Un torrent de cendres et de boue, dévastant tout sur son passage, dévale vers la vallée d'Armero, une ville de plus de vingt mille habitants, située à une cinquantaine de kilomètres du cratère et à une centaine de kilomètres, à vol d'oiseau, à l'ouest de la capitale, Bogotá. Tandis qu'on évalue à vingt-cinq mille environ le  […] Lire la suite

6-7 novembre 1985
Colombie. Assaut de l'armée contre le palais de justice de Bogotá occupé par des guérilleros

Le 6, un commando d'insurgés membres du mouvement de guérilla M19 s'empare du palais de justice, en plein centre de Bogotá, et retient en otages une centaine de personnes. Les guérilleros demandent que la presse publie les raisons qui leur ont fait rompre, en juin, l'accord de cessez-le-feu signé en août 1984. Mais le président Belisario Betancur décide de ne pas négocier.Le 7, après une furieuse  […] Lire la suite

14-20 octobre 1985
France – Brésil – Colombie. Visites officielles de François Mitterrand en Amérique du Sud

Du 14 au 18, le président de la République française se rend en visite officielle au Brésil. Le principal sujet de ses entretiens avec le président José Sarney est la question de la dette extérieure : François Mitterrand assure que la France, créancière du Brésil, ne défendra pas ses intérêts « au-delà de ce qui pourrait compromettre ceux de son partenaire ». Le séjour du président français est au […] Lire la suite

1984

23-24 septembre 1984
Colombie. Signature de cessez-le-feu avec les mouvements de guérilla

Le 23, une trêve est conclue entre la commission de paix du gouvernement colombien et l'organisation de guérilla E.P.L. (Armée populaire de libération), d'inspiration maoïste.Le 24, le M-19 (Mouvement du 19 avril), organisation de guérilla d'extrême gauche, s'associe à son tour au processus de pacification. Après l'accord de cessez-le-feu signé le 28 mai avec les F.A.R.C. (Forces armées révolution […] Lire la suite

1983

25 juillet-6 août 1983
France – Brésil – Bolivie – Colombie – Cuba. Voyage de Claude Cheysson en Amérique latine

Le 25 juillet, le ministre français des Relations extérieures entame un voyage de deux semaines en Amérique latine. Il se rend d'abord pour cinq jours au Brésil où sont principalement évoqués des sujets de politique générale : la situation internationale et les conflits d'Amérique centrale. Claude Cheysson renouvelle le soutien de la France aux initiatives de paix des pays du groupe de Contadora.D […] Lire la suite

31 mars 1983
Colombie. Tremblement de terre à Popayan

La ville de Popayan, située au sud-ouest de Bogotá, est dévastée par un violent séisme, de magnitude 7 sur l'échelle de Richter. Les quatre cinquièmes des maisons et des bâtiments de la ville, dont de nombreux édifices d'architecture espagnole, sont détruits. Deux cent cinquante personnes, au moins, ont trouvé la mort. […] Lire la suite

1982

16 novembre 1982
Colombie. Vote d'une loi d'amnistie

Le Congrès colombien adopte une loi d'amnistie qui concerne quelque six mille guérilleros et va permettre de remettre en liberté deux cent cinquante des trois cent quarante-six prisonniers politiques recensés. Depuis l'arrivée au pouvoir, le 7 août, de Belisario Betancur, élu président de la République le 30 mai, deux des trois plus importantes organisations de lutte armée, le Mouvement du 19 avri […] Lire la suite

30 mai 1982
Colombie. Victoire du candidat conservateur Belisario Betancur à l'élection présidentielle

Belisario Betancur est élu pour succéder à Julio Cesar Turbay Ayala, président libéral élu en 1978. Seul candidat conservateur, il a bénéficié de la division des libéraux : à l'élection présidentielle, se présentaient en effet non seulement Alfonso Lopez Michelsen, président de 1974 à 1978 et candidat libéral officiel, mais aussi Luis Carlos Galán, sénateur de trente-neuf ans, candidat du « nouvea […] Lire la suite

1981

21 octobre 1981
Colombie. Opposition du gouvernement à une grève générale

Pour le 21, un mot d'ordre de grève générale est lancé par la Confédération syndicale des travailleurs de Colombie (C.S.T.C.), proche du Parti communiste, pour protester contre la hausse du coût de la vie et l'insécurité croissante dans le pays. Le gouvernement du président Turbay déclare ce mouvement « subversif et illégal » et ordonne à l'armée et aux forces de l'ordre de s'y opposer. En conséqu […] Lire la suite

— Universalis