Édouard GUITTON

professeur de littérature française à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

BERTIN ANTOINE DE (1752-1790)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 527 mots

Comme Chabanon, Léonard et Parny, comme plus tard Leconte de Lisle, le chevalier de Bertin est né sous les tropiques (à l'île Bourbon). Son œuvre est mince, mais elle mérite de survivre à l'oubli. Transplanté en France dès l'âge de neuf ans, il y mène bientôt la vie facile et dissipée des jeunes officiers nobles de l'Ancien Régime. S'il s'était contenté de ciseler de charmants petits riens pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-de-bertin/#i_0

CHÉNIER ANDRÉ (1762-1794)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 1 560 mots

Un bref passage sur la terre des hommes et une fin tragique ; la carrière de poète qu'il n'a pas eue ; sa présence, sa poésie perpétuées parmi nous : telles sont, aux yeux de l'histoire, les trois vies d'André Chénier. La première dure à peine trente-deux ans et se termine sur l'échafaud le 7 thermidor an II (25 juillet 1794). La deuxième nous mène jusqu'à la Restauration. La troisième commence en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-chenier/#i_0

DEFFAND MARIE marquise du (1697-1780)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 592 mots

Sainte-Beuve (Lundis I et XIV) et Gustave Lanson (Choix de lettres du XVIIIe siècle) ont parlé admirablement de Mme du Deffand. Ame d'une richesse exceptionnelle, elle offre une image exemplaire du sort de la femme sous l'Ancien Régim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-deffand/#i_0

DORAT ou DAURAT JEAN DINEMANDI dit JEAN (1508-1588)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 376 mots

Humaniste et poète français. D'origine limousine, il abandonnera le nom familial de Dinemandi (dîne-matin) pour celui de Dorat (ou en latin auratus, d'où les innombrables jeux de mots sur sa bouche d'or et ses vers dorés). Il fait de solides études à Paris, devient l'un des meilleurs hellénistes de l'époque et l'un des poètes néo-latins les plus appréciés. En 1544, Lazare de Ba […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dorat-daurat/#i_0

DUCIS JEAN-FRANÇOIS (1733-1816)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 313 mots

Chacun sait que Ducis a eu l'idée de transplanter Shakespeare sur la scène française sans savoir l'anglais, mais personne ne lit plus son théâtre, pourtant apprécié du public entre 1770 et la Révolution. L'erreur serait de prendre ces pièces pour des traductions, qu'elles n'étaient évidemment pas, et de les condamner sans autre forme de procès au lieu de les étudier comme des tentatives d'adaptati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-ducis/#i_0

ÉPIGRAMME

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 199 mots

L'épigramme est le plus court des genres littéraires puisqu'elle consiste, selon l'étymologie, en une inscription. Ainsi l'entendaient les Grecs, qui en ornaient les tombeaux, statues, monuments, ex-voto. Les Latins furent les premiers à lui donner une destination satirique ou moqueuse. En France, c'est surtout à l'époque class […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epigramme/#i_0

FALBAIRE DE QUINCEY CHARLES GEORGES FENOUILLOT DE (1727-1800)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 204 mots

« Son nom commande le respect », disait Rivarol. Dramaturge honnête, Falbaire est au théâtre un épigone de Diderot qu'il admire fort. Il a essayé, dans le sillage du maître, d'embourgeoiser la tragédie, mais a varié plus que lui les formules dramatiques. Ses pièces, surtout jouées en province, furent beaucoup plus appréciées à l'étranger qu'en France : Paris les bouda. Seuls les Deu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/falbaire-de-quincey-charles-georges-fenouillot-de/#i_0

GENTIL-BERNARD PIERRE AUGUSTE BERNARD dit (1708-1775)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 159 mots

Le qualificatif de « gentil » attribué par Voltaire au poète Bernard désigne ses vers et non sa personne car l'homme était un rude gaillard. Il passe pour un maître du genre gracieux, où brillèrent, au moins autant que lui, Chaulieu, Gresset et Bernis. Dragon, il vécut sur les champs de bataille ; puis dans les parages de la Cour : l'abus du jeu, de la table et du lit le fit tomber dans un gâtisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gentil-bernard/#i_0

GODARD D'AUCOUR CLAUDE (1716-1795)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 143 mots

Auteur de second ordre, Godard d'Aucour eut une existence aisée : fermier général en 1754, receveur général des Finances à Alençon en 1785. Les Mémoires turcs, avec l'Histoire galante de deux jeunes Turcs durant leur séjour en France (1745), qui remportèrent un grand succès, se ressentent de l'influence des Lettres persanes : on y trouve une satire parfois v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-godard-d-aucour/#i_0

GRÉCOURT JEAN-BAPTISTE WILLART DE (1683-1743)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 101 mots

Chanoine de son état, Willart de Grécourt passa de la prédication au libertinage et se fit une spécialité des vers licencieux qu'on fait circuler sous le manteau. Son poème de Philotanus, satire pesante de la bulle Unigenitus, eut un succès prodigieux. Il a beaucoup rimé durant sa vie. La meilleure partie de son œu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grecourt-jean-baptiste-willart-de/#i_0

LEMERCIER NÉPOMUCÈNE (1771-1840)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 329 mots

L'œuvre de Lemercier est copieuse et inaccessible. Fier, énergique, intrépide, toute sa vie est faite de contrariétés vaincues. C'est en le comparant à Chateaubriand, qui était son aîné de trois ans, que l'on s'aperçoit à quel point cet homme intelligent, convaincu d'innover, a manqué le tournant littéraire du nouveau siècle. « Il est bizarre plutôt qu'original » disent ceux qui l'approchent (G. V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nepomucene-lemercier/#i_0

LEMIERRE ANTOINE MARIN (1723 env.-1793)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 564 mots

La date de naissance d'Antoine Lemierre est incertaine : 1721 ? 1723 ? 1733 ? Tous ses biographes répètent qu'il avait « des idées, de l'imagination, de la verve » mais regrettent les cahots de sa versification, la rudesse abrupte de son style. L'un d'eux remarque avec finesse : « Dorat et lui, fondus ensemble, eussent fait un grand poète. » (On pourrait en dire autant de Delille et de Roucher.) L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-marin-lemierre/#i_0

MILLEVOYE CHARLES HUBERT (1782-1816)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 328 mots

À cheval sur deux siècles, Millevoye est le type du poète de transition : il fait le joint entre le classicisme déclinant et l'aube du romantisme. Sa courte carrière commence en 1800 : à peine quinze ans plus tard, elle est terminée. De santé chétive, avec une mauvaise vue, poitrinaire, il alternait la vivacité et la mélancolie, l'impétuosité et l'amertum […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-hubert-millevoye/#i_0

MONCRIF FRANÇOIS DE (1687-1770)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 163 mots

L'œuvre de Moncrif, auteur de second plan, est un aimable pot-pourri de tous les genres. Homme du monde, courtisan accompli, Moncrif fit une carrière prudente, mais réussie au point d'entrer à l'Académie française et de passer pour un écrivain important du siècle de Louis XV. Il contait, il rimait. Lecteur de Marie Leszczynśka, il publia des Poésies chrétiennes composées par ordre d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-moncrif/#i_0

PIRON ALEXIS (1689-1773)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 304 mots

Quelque chose nuit à la réputation littéraire de Piron : pas seulement l'Ode à Priape, poème puissant dans le genre lubrique qui lui ferma à jamais les portes de l'Académie française ; avec son air facétieux de bonimenteur à la parade toujours entre deux vins, on a peine à le prendre au sérieux. Il y a en lui un fond de gauloiserie bachique capable de donner le change sur sa vr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexis-piron/#i_0

RIVAROL (1753-1801)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 1 593 mots

Rivarol appartient à la période transitoire située entre l'époque des Lumières et le romantisme, et qui se caractérise par une certaine vacance du génie créateur. Nullement artiste, inapte à la poésie, au roman, au théâtre, il est de la race des critiques, essayistes ou pamphlét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rivarol/#i_0

ROUCHER ANTOINE (1745-1794)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 866 mots

C'est une place d'honneur qu'il faut accorder à Roucher dans le panthéon littéraire du xviiie siècle, car il fut, en intention et en puissance au moins, le grand poète des Lumières. Montpelliérain de naissance, Antoine Roucher débarque à Paris vers 1765 et troque bientôt la théologie pour la philosophie dont il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-roucher/#i_0