Alain MICHEL

professeur de langue et littérature latines à l'université de Paris-IV-Sorbonne, administrateur de la Société des études latines

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 916 mots

Précisons d'emblée en quoi le terme d'art poétique (ars poetica) se distingue de la poétique : où celle-ci se veut un discours sur la littérature, voire une science de la littérature, et montre donc une vocation descriptive, l'expression d'art poétique dési […] Lire la suite

CICÉRON (106-43 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL, 
  • Claude NICOLET
  •  • 5 909 mots

Homme d'État, orateur prodigieux, théoricien de l'éloquence, mais aussi philosophe, Cicéron a été victime, aux yeux de la postérité, de tous ses dons ; il a été surtout victime du fait d'être devenu trop tôt, de son vivant même, un auteur « classique » et scolaire, faisant toujours u […] Lire la suite

GRIMAL PIERRE (1912-1996)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 815 mots

Né en 1912 à Paris, Pierre Grimal fut élève de l'École normale supérieure, puis membre de l'École française de Rome. Après la guerre, il enseigna dans les universités de Caen et de Bordeaux. En 1952, il devenait professeur de langue et littérature latines à la Sorbonne. En 1975, il fut élu à l'Académie des inscriptions et belles-lettres. Il f […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 272 mots

Le latin médiéval a été, en son temps, l'instrument de culture qui fondait toute compréhension internationale. Dans un temps où les langues vernaculaires étaient encore grossières, il a été le conservatoire des techniques et des figures (rhétorique et poésie) ainsi que la langue sacrée du christianisme, pour lequel il constitua un trésor de textes théo […] Lire la suite

TACITE (55 env.-120)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 707 mots

L'œuvre de Tacite pose aux lecteurs modernes, aux savants, aux lettrés, de nombreux problèmes. Certes, tous s'accordent à en reconnaître l'extrême beauté littéraire. Tacite apparaît bien comme « le plus grand peintre de l'Antiquité » ; mais on lui adresse un reproche très grave : on conteste sa valeur d'historien, on nie à la fois son objectivité et la rigueur de son information, on se défie de ce […] Lire la suite