Tunisie

Tunisie : carte de situation

carte de situation

Tunisie : carte générale

carte générale

Tunisie : carte administrative

carte administrative

Tunisie : carte physique

carte physique

drapeau national

Toutes les données

Data Pays
Nom officiel
République tunisienne (TN)
Forme de gouvernement
république avec une chambre législative (Assemblée des représentants du peuple [217])
Chef de l'État
Kaïs Saïed (depuis le 23 octobre 2019)
Chef du gouvernement
Najla Bouden (depuis le 11 octobre 2021)
Capitale
Tunis
Langue officielle
arabe
Religion officielle
islam
Unité monétaire
dinar tunisien (TND)
Population
11 974 000 (estim. 2022)
Projection de population 2030
12 871 000
Superficie (km2)
163 610
Densité (hab./km2)
73,2 (2021)
Répartition urbains-ruraux
population urbaine : 68,9 % (2018)
population rurale : 31,1 % (2018)
Espérance de vie à la naissance
hommes : 74,5 ans (2018)
femmes : 78,1 ans (2018)
Alphabétisation des 15 ans et plus
femmes : 72 % (2014)
hommes : 86 % (2014)
R.N.B. par habitant (USD)
3 100 (2020)
sources des données : Encyclopædia Britannica, Banque mondiale, Programme des Nations unies pour le développement

Pays limitrophes (frontières terrestres uniquement)



Les derniers événements

15 octobre 2022 Tunisie. Manifestations contre le président Kaïs Saïed.

Au moins deux mille cinq cents personnes manifestent à Tunis contre la politique du président Kaïs Saïed, considérée par elles comme responsable de la grave crise économique et financière qui frappe le pays, à l’origine de pénuries récurrentes de produits de base. Deux mobilisations ont lieu : l’une initiée par le Front de salut national, coalition de partis d’opposition à laquelle appartient le parti islamiste Ennahdha, l’autre par le Parti destourien libre, formation d’opposition anti-islamiste. […]  Lire la suite

16 septembre 2022 Tunisie. Décret-loi controversé contre la cybercriminalité.

La présidence publie un décret-loi destiné à lutter contre la cybercriminalité, que les défenseurs des droits humains et le Syndicat national des journalistes tunisiens considèrent comme potentiellement attentatoire à la liberté d’expression. Le texte punit de cinq ans de prison et 50 000 dinars (15 600 euros) d’amende toute personne qui « utilise délibérément les réseaux de communication et les systèmes d’information pour produire, promouvoir, publier ou envoyer des fausses informations ou des rumeurs mensongères ». […]  Lire la suite

15 septembre 2022 Tunisie. Instauration d'un nouveau mode de scrutin.

Le président Kaïs Saïed publie un décret-loi instaurant un nouveau régime électoral qui substitue, pour les élections législatives, le scrutin majoritaire uninominal à deux tours au scrutin de liste proportionnel. En outre, l’investiture des candidats par les partis est remplacée par un mécanisme de « parrainage » accordé par un collectif d’électeurs. […]  Lire la suite

26 août 2022 Maroc – Tunisie. Crise diplomatique entre Rabat et Tunis.

Le Maroc annonce le rappel de son ambassadeur à Tunis, en réaction à l’accueil protocolaire réservé par le président tunisien Kaïs Saïed au chef du Front Polisario Brahim Ghali, venu assister à la Conférence internationale de Tokyo sur le développement en Afrique (TICAD) qui doit se tenir dans la capitale tunisienne. Tunis rappelle à son tour son ambassadeur à Rabat. […]  Lire la suite

25 juillet 2022 Tunisie. Approbation d'une nouvelle Constitution par référendum.

Il a critiqué « la reconstitution du pouvoir des religieux » que permet l’article 5, qui dispose que « la Tunisie fait partie de l’Oumma islamique, et il incombe à l’État seul d’œuvrer à la réalisation des objectifs de l’islam ». Enfin, Sadok Belaïd a estimé que la création d’un nouvel échelon régional doté d’importantes prérogatives économiques risquait de « fracturer le pays ». […]  Lire la suite

16 juin 2022 Tunisie. Grève générale à l'appel de l'UGTT.

Le puissant syndicat Union générale tunisienne du travail (UGTT) appelle à une grève générale de vingt-quatre heures pour la défense du pouvoir d’achat. Cinq partis d’opposition soutiennent son initiative. L’UGTT met en garde le gouvernement contre toute « réforme douloureuse » et lui demande de s’engager à ne pas privatiser les entreprises publiques. […]  Lire la suite

1er-7 juin 2022 Tunisie. Limogeage de cinquante-sept juges.

Le 1er, le président Kaïs Saïed, qui prône « un assainissement du système judiciaire », limoge cinquante-sept juges soupçonnés de corruption, d’enrichissement illicite, d’atteinte à la sécurité de l’État ou encore de perturbation du fonctionnement de la justice. En février, le chef de l’État avait dissous le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et s’était accordé le pouvoir de révoquer des juges. […]  Lire la suite

1er-23 mai 2022 Tunisie. Lancement d'un dialogue national en vue de l'élaboration d'une nouvelle Constitution.

Le 1er, le président Kaïs Saïed annonce le lancement d’un processus de rédaction d’une nouvelle Constitution par le biais d’un « dialogue national » dont sont exclus les partis politiques, mais auquel sont notamment invités les syndicats de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) et de l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (UTAP), l’organisation patronale UTICA, ainsi que les ONG Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) et Union nationale de la femme tunisienne (UNFT). […]  Lire la suite

26 avril 2022 Tunisie. Création d'un Front de salut national.

Ahmed Nejib Chebbi, figure de l’opposition au régime de l’ancien président Zine el-Abidine Ben Ali, annonce la création d’un Front de salut national qui entend œuvrer à la restauration du processus démocratique et constitutionnel mis à mal par le « coup d’État » du président Kaïs Saïed, ainsi qu’au redressement de l’économie. Ce Front regroupe cinq partis d’opposition – Ennahda, Qalb Tounes, coalition Al Karama, Hizb el-Harak et Al Amal – et cinq associations de citoyens. […]  Lire la suite

30 mars 2022 Tunisie. Dissolution du Parlement.

Le président Kaïs Saïed annonce la dissolution du Parlement dont il avait suspendu l’activité en juillet 2021 et ordonne l’ouverture d’une enquête pour « atteinte à la sûreté de l’État ». Il riposte ainsi à la réunion virtuelle, ce même jour, de 120 députés de l’opposition qui ont voté l’annulation des mesures d’exception adoptées par décret depuis juillet 2021. […]  Lire la suite