BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

YUEFU [ YUE-FOU ]

Le terme yuefu, l'un des plus originaux et des plus significatifs de l'histoire de la littérature chinoise, désigne d'abord, pendant un peu plus de cent ans, un département de l'administration impériale des Han antérieurs (206 av.-9 apr. J.-C.), le « Bureau de la musique », responsable de la collecte des chansons populaires et de la direction de la musique de cour ; puis il désigne les « poèmes à chanter » qu'ont élaborés ce conservatoire ou les services qui lui ont succédé ; puis les paroles nouvelles composées sur les mêmes airs par des poètes lettrés, ou encore les pièces de vers qui, sans être mises en musique, ont imité le style des précédentes et se sont donné pour titre le nom d'un « timbre » ancien ou nouveau ; enfin, par-delà même la dynastie des Tang, ces descendants lointains que furent les genres poétiques du ci et du qu. La fortune de ce terme et l'ampleur croissante de ses acceptions rappellent deux propriétés fondamentales de la poésie chinoise : son association avec la musique et sa régénération périodique aux sources du lyrisme populaire.

1.  Le Bureau de la musique, laboratoire du lyrisme classique

Les contradictions des historiens anciens ne permettent pas d'affirmer que l'empereur Wudi des Han (140-87 av. J.-C.) ait créé lui-même le Bureau de la musique. Du moins a-t-il assigné vers 111 à ce service, sous la direction de son favori, le musicien Li Yannian, une mission originale : fournir à de nouvelles cérémonies religieuses, que l'empereur voulait splendides, une musique digne d'elles, c'est-à-dire libérée des contraintes de l'insipide musique ancienne et hardie à s'inspirer des airs populaires ou même barbares. Outre la supervision de ces liturgies, le Yuefu eut la charge d'assurer les divertissements musicaux de la cour et rassembla des spécialistes venus de tout l'Empire, chanteurs, acteurs et musiciens. Foyer de perdition aux yeux des confucianistes, le Yuefu fut aboli en 7 avant J.-C. par l'empereur Aidi, qui souhaitait restaurer l'ordre moral et bannir la musiq […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

Pour citer cet article

Jean-Pierre DIÉNY, « YUEFU [YUE-FOU]  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yuefu-yue-fou/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« YUEFU [ YUE-FOU ] » est également traité dans :

BO JUYI [PO KIU-YI] (772-846)

Écrit par :  Jean-Pierre DIÉNY

Dans le chapitre "Le censeur et l'auteur satirique"  : …  chères au cœur du poète réformateur. Le noyau en était constitué par cinquante « nouveaux *yuefu », où revivait l'esprit satirique des chansons des Han, héritières directes du Shi jing. Ces chansons, pensait Bo, auraient dû voler de bouche en bouche, et si l'empereur, comme les anciens rois, s'était mis à l'écoute des… Lire la suite
CAO PI [TS'AO P'I] ou CAO PEI [TS'AO P'EI] (187-226) empereur sous le nom de WENDI [WEN-TI] (220-226)

Écrit par :  Jean-Pierre DIÉNY

… *À la mort de Cao Cao (220), le vainqueur de la guerre civile où sombra la dynastie des Han, Cao Pi (ou Cao Pei), son fils aîné, lui succéda comme roi de Wei et Premier ministre du dernier empereur des Han. Quelques mois plus tard, celui-ci renonçait à son trône en faveur de Cao Pi, qui fonda la dynastie des Wei. C'était la première fois dans l'… Lire la suite
CAO ZHI [TS'AO TCHE] (192-232)

Écrit par :  Jean-Pierre DIÉNY

Dans le chapitre "Désastres et chefs-d'œuvre"  : …  décorative des Han et retrouvent l'esprit de Qu Yuan et de Song Yu. Mais c'est comme poète lyrique que Cao Zhi s'est élevé au premier rang. Dans les quelque quatre-vingt-dix pièces qu'il a laissées, en majorité des « poèmes à chanter » (*yuefu), la critique a très tôt remarqué l'harmonieux équilibre de l'inspiration et de l'expression… Lire la suite
CHINE - Histoire jusqu'en 1949

Écrit par :  Jean CHESNEAUXJacques GERNET

Dans le chapitre "La vie intellectuelle sous les Han"  : …  rythmées dénommées fu. En 110 avant J.-C. est créé, à la cour de l'empereur Wu, un *Bureau de la musique (Yue fu) qui, par des emprunts aux populations étrangères et aux milieux populaires, renouvelle les formes poétiques héritées de l'antique Livre des odes (Shi jing). Du Yue fu naîtra, sous les Han postérieurs, la poésie… Lire la suite
CI [TS'EU], genre littéraire chinois

Écrit par :  Chantal CHEN-ANDRO

Dans le chapitre "Les origines du genre"  : …  ceux qui s'efforcent d'établir une filiation entre ce type de poésie et celle des Tang ou le *yuefu. Se plaçant également d'un point de vue formel, ces derniers essaient de faire naître le ci d'une mutation des formes régulières. Or l'irrégularité des vers n'est pas un trait spécifique du genre, et, s'il est possible de relever… Lire la suite
LYRISME

Écrit par :  Jamel Eddine BENCHEIKHJean-Pierre DIÉNYJean-Michel MAULPOIXVincent MONTEILRené SIEFFERT

Dans le chapitre "Cycles lyriques"  : …  une double réaction contre la littérature établie, l'association de formes et de thèmes originaux : *à l'anarchie prosodique des yue fu des Han sont liés les thèmes de la protestation sociale et de l'évasion, taoïque ou épicurienne ; la nouveauté et la souplesse rythmiques des ci, sous les Tang et les Song, servent, dans une langue… Lire la suite
SHI [CHE], genre littéraire chinois

Écrit par :  Odile KALTENMARK

Dans le chapitre "Shi dans son acception restreinte"  : …  e siècle. Ces « poèmes anciens », du moins ceux des Han, étaient souvent issus des *Yuefu (mot à mot : « Bureau de la musique »). Ce genre poétique doit son nom à l'académie fondée par l'empereur Wu des Han en vue de faire recueillir et choisir des chansons de toutes les provinces pour les adapter et les mettre en musique. À vrai… Lire la suite

Afficher la liste complète (7 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média