BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

YAOUNDÉ

La capitale du Cameroun a dépassé le million d'habitants au milieu des années 1990 alors qu'elle n'en comptait que 100 000 en 1960. Avec un rythme de croissance aujourd'hui ralenti, la population de Yaoundé est estimée, en 2006, à 1 200 000 habitants. Poste militaire implanté par l'administration coloniale allemande à la fin du xixe siècle au cœur du pays ewondo, Yaoundé a supplanté Douala dans la fonction de capitale politique. La décision du transfert, prise en 1921 par la France, alors puissance mandataire sur une partie de l'ancien Cameroun, s'explique par les tensions avec les autochtones Douala, et par les avantages climatiques d'une localisation à l'intérieur des terres.

Le site de Yaoundé se compose d'un ensemble de collines de 700 à 1 100 mètres d'altitude où la température moyenne est de 23,5 0C (soit trois degrés de moins qu'à Douala) ; les précipitations y sont deux fois moins abondantes, et il existe une vraie saison sèche (de décembre à février), alors que Douala est pris presque constamment dans des masses d'air hyperhumides. L'organisation de l'espace urbain s'est moulée sur le relief de collines. L'une d'entre elles, située en périphérie, est dominée par l'imposant palais de l'Unité, palais présidentiel édifié par Paul Biya, au pouvoir depuis 1982.

Le Cameroun présente un cas, remarquable en Afrique, de bicéphalie au niveau supérieur de la hiérarchie urbaine. Si Yaoundé concentre la plupart des fonctions politico-administratives dévolues à une capitale, Douala a gardé un certain nombre d'administrations à vocation nationale, notamment dans le secteur des transports. Mais, globalement, une répartition fonctionnelle s'est établie entre Yaoundé, aux activités essentiellement tertiaires étroitement liées à sa fonction politique, et Douala, la capitale économique qui polarise les activités industrielles et commerciales. La rivalité entre les deux villes s'exprime, à l'occasion, sur le terrain politique.

La croissance de Yaoundé a d'abord reposé sur les m [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

 

Pour citer cet article

POURTIER, « YAOUNDÉ  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yaounde/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« YAOUNDÉ » est également traité dans :

CAMEROUN

Écrit par :  Maurice ENGUELEGUELEJean-Claude FROELICHRoland POURTIER

Dans le chapitre "La colonisation allemande"  : …  puissances européennes qui se disputaient des zones d'influence en Afrique noire. L'Allemagne pénétra alors progressivement et difficilement en direction du Tchad de 1885 à 1905 ; Yaoundé fut fondée en 1887, et c'est là que sévit, à partir de 1894, le fameux major Dominik. Cependant, en 1914, le nord du pays n'était pas encore réellement pacifié… Lire la suite

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.