BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

YANG ZHU [ YANG TCHOU ] (actif vers ~350)

Penseur individualiste et hédoniste de la Chine antique, Yang Zhu est un des esprits les plus originaux et les plus grands de son époque. Pour Mencius (Mengzi), l'école dont il est le chef de file égale en importance celle de Confucius et de Mo Di (Mozi, ou Micius). Mais l'œuvre de Yang Zhu est perdue, à l'exception de quelques fragments réunis dans le chapitre vii du Liezi. L'historien moderne de la philosophie chinoise, Feng Youlan, conteste l'authenticité de ces fragments au même titre que l'ensemble du Liezi. Or, s'il est vrai que cette compilation taoïste n'a vu le jour qu'aux environs de l'an 300, elle n'en renferme pas moins de nombreux passages anciens, et rien ne prouve que les logia de Yang Zhu qui y figurent ne remontent pas à l'époque classique.

Pour son adversaire Mencius, Yang Zhu, qui occupe une place prééminente dans les polémiques idéologiques et philosophiques de son temps, est l'égoïste amoral qui « ne donnerait pas un cheveu de sa tête pour secourir le monde ». Sa doctrine est aux antipodes de l'enseignement de Mo Di, qui prône un altruisme extrême aboutissant à l'amour universel. Comme le remarque A. C. Graham, dans l'introduction à sa traduction du chapitre consacré à Yang Zhu dans le Liezi, ce penseur est peut-être le seul en Chine qui ait compris l'idée de la liberté de la façon dont on la conçoit en Occident. Yang Zhu se rebelle contre les conventions morales, contre les faux devoirs, qui sont un obstacle au plaisir sensuel. Comme le soulignent un grand nombre d'ouvrages contemporains ou légèrement postérieurs au philosophe, l'idée centrale de sa pensée est « la plénitude de la vie » (quansheng), la préservation par chacun de sa propre personne, tant physique que psychique, comme bien suprême. Il vaut mieux être mort et connaître le repos des sensations que de vivre une vie pleine de brimades et de frustrations. Prenant comme exemple les héros mythiques de l'Antiquité, Yang Zhu déclare que Yu le Grand est l'homme le plus surmené du monde et Shun le plus misérable. Les cé […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

 

Pour citer cet article

Kristofer SCHIPPER, « YANG ZHU [YANG TCHOU] (actif vers ~350)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yang-zhu-yang-tchou/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« YANG ZHU [ YANG TCHOU ] (actif vers ~350) » est également traité dans :

LIEZI [LIE-TSEU]

Écrit par :  Kristofer SCHIPPER

… *Sage taoïste de l'Antiquité. La biographie de Liezi n'est faite que de quelques anecdotes légendaires, dont celle qui rapporte qu'il voyageait en chevauchant le vent. Il intervient dans le Zhuangzi comme un reclus et un sage, mais dont la réussite est inégale. En réalité, il est avant tout connu à cause du recueil d'anecdotes taoïstes, en… Lire la suite

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.