BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

U.D.F. (Union pour la démocratie française)

L'Union pour la démocratie française (U.D.F.) est aujourd'hui l'une des principales formations de la droite républicaine française. En nombre d'élus et d'adhérents, elle est le deuxième parti politique de la droite et du centre, assez loin derrière l' Union pour un mouvement populaire (U.M.P.). On la définit généralement comme une organisation qui promeut des idées libérales, sociales et européennes. Ses membres sont alternativement qualifiés de « centristes », de « sociaux-libéraux » ou de « modérés ».

L'U.D.F. est fondée le 1er février 1978, à l'initiative de Valéry Giscard d'Estaing, alors président de la République, et des principaux responsables des partis de la droite non gaulliste, à savoir le Centre des démocrates sociaux (C.D.S.) de Jean Lecanuet, le Mouvement démocrate socialiste de France (M.D.S.F., qui deviendra en 1982 le Parti social démocrate – P.S.D.) de Max Lejeune, le Parti radical valoisien de Jean-Jacques Servan-Schreiber, le Parti républicain (P.R.) – le parti du président – et les « Clubs perspectives et réalités » fondés par Valéry Giscard d'Estaing et Michel Poniatowski en 1965. Le choix du nom de l'U.D.F. est d'ailleurs explicitement lié au livre que Valéry Giscard d'Estaing a publié en 1976, Démocratie française. En 1983, une nouvelle composante est créée, les « adhérents directs » ; elle permet aux élus ou aux militants d'adhérer directement à l'U.D.F. Dans les faits, cette composante a le même statut que les autres formations adhérentes.

Dans un premier temps, l'U.D.F. est conçue par ses fondateurs pour fonctionner comme une plate-forme électorale et programmatique commune à ses partis membres. Elle est censée organiser en période d'élection les soutiens et les désistements réciproques afin de peser dans la compétition à droite, face aux partisans du Rassemblement pour la république (R.P.R.) qui est dirigé par Jacques Chirac. Pour les centristes, il s'agit donc de contenir la stratégie d'autonomie des gaullistes, esquissée depuis le fameux appel de Cochin lancé par Jacques Chirac en 1976.

1.  Du cartel au part [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  4 pages…

 

Pour citer cet article

Julien FRETEL, « U.D.F. (Union pour la démocratie française)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/union-pour-la-democratie-francaise/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« U.D.F. (Union pour la démocratie française) » est également traité dans :

BAUDIS DOMINIQUE (1947-2014)

Écrit par :  Blaise MAGNIN

Dans le chapitre "Le journaliste et le politique"  : …  public pour se porter candidat à la succession de son père à la mairie de Toulouse. Se présentant sous l’étiquette du Centre des démocrates sociaux, l’une des composantes de l’Union pour la démocratie française (U.D.F.), et profitant de la notoriété acquise en tant que présentateur du journal télévisé, Dominique Baudis l’… Lire la suite
BAYROU FRANÇOIS (1951-    )

Écrit par :  Delphine DULONG

la tête du C.D.S. dès 1994 (en le rebaptisant au passage Force démocrate) et conquiert l'U.D.F. en 1998, sa stratégie d'émancipation vis-à-vis de la droite, qui le pousse à promouvoir des candidatures U.D.F. au détriment d'alliances avec les gaullistes, n'est pas très convaincante sur le plan électoral (sauf aux élections européennes). Pis, elle… Lire la suite
CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

Écrit par :  Pierre BRÉCHON

Dans le chapitre "Les élections législatives de 1978 gagnées de justesse par la droite"  : …  dans ce but qu'est créée, mais très tardivement, le 1er février, l'Union pour la démocratie française (U.D.F.), cartel électoral qui regroupe essentiellement le Parti républicain du président, le Centre des démocrates sociaux de Jean Lecanuet et le Parti radical de Jean-Jacques Servan-Schreiber. Les investitures de la… Lire la suite
CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

Écrit par :  Pierre BRÉCHON

Dans le chapitre "La confirmation du malaise de la droite : des élections régionales de 1998 aux européennes de 1999"  : …  Front national est devenue un enjeu politique majeur du débat public. Cet événement aboutit aussi à un éclatement de l'U.D.F. en trois fractions : l'U.D.F. maintenue (derrière François Bayrou), affirmant une stratégie autonome à l'égard du R.P.R., résolument centriste et opposée aux compromis avec l'extrême droite ; Démocratie libérale (derrière… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 2006

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "La droite entre hégémonie et division"  : …  Nicolas Sarkozy et la domination de son parti sur la droite que comptait le président de l'U.D.F. pour rassembler sur son nom un nombre plus important de suffrages qu'en 2002 (6,84 p. 100), espérant en même temps rallier des électeurs de la gauche modérée qui ne se reconnaissent pas en Ségolène Royal. François Bayrou poursuivait ainsi sa stratégie… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 2005

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "Les rivalités au sein de la droite"  : …  Quant à l'U.D.F., présidée par François Bayrou, elle affirme de plus en plus son autonomie au sein de la majorité. Ayant refusé de participer au nouveau gouvernement, elle a exclu de son bureau politique le seul ministre U.D.F. de ce dernier, Gilles de Robien. Adoptant une position critique notamment sur la privatisation des… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 2004

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "Le basculement à gauche d'une majorité de départements"  : …  tandis que le PC en gagnait deux et les Verts trois. La nouvelle donne allait voir s'accroître le rôle pivot des trente-six membres de l'U.D.F. (qui n'appartiennent pas tous au groupe « Union centriste »). Ces élections sénatoriales virent également l'arrivée au palais du Luxembourg de l'ancien dirigeant du P.C.F., Robert Hue, ainsi que le… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 2003

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "Une majorité conflictuelle"  : …  Le « petit partenaire » de la majorité, l'U.D.F., se montre également critique envers le gouvernement et l'U.M.P. Souhaitant faire entendre une voix à la fois plus européenne, plus sociale et plus libérale, l'U.D.F. pourfend ce qu'elle analyse comme des incohérences de l'action gouvernementale et dénonce le monolithisme de l'U.M.P., allant jusqu'à… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 2002

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "Des élections législatives sans ambiguïtés"  : …  à peu près son niveau de 1993. L'U.M.P. y occupe une position dominante avec un tiers des suffrages exprimés. L'U.D.F. de François Bayrou est marginalisée dans ce dispositif, la majorité de ses membres ayant rejoint l'U.M.P. pour être élus sous sa bannière. Elle parvient toutefois, avec 22 députés, à constituer un groupe. Au total, avec 399 élus… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 2001

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "L'objectif de l'élection présidentielle de 2002"  : …  Daniel Cohn-Bendit, semble se situer quelque peu en retrait. La candidature de la députée U.D.F. Christine Boutin, qui fut en pointe dans la lutte contre le Pacs, était également mal acceptée dans son parti où même l'investiture officielle de son président, François Bayrou, ne recueillait pas l'unanimité. La faible notoriété de ce dernier, le… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 1998

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "L'impossible union de la droite"  : …  tactiques individuelles que comme la formulation d'une nouvelle identité de droite autour d'un programme clair. C'est à l'U.D.F. que les mouvements ont été les plus marqués : à la suite d'une offensive lancée contre le président de la confédération, François Léotard, François Bayrou devait en conquérir en septembre 1998 la présidence avant d'en… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 1996

Écrit par :  Serge SUR

Dans le chapitre "Des partis en attente"  : …  présidentielle ou gouvernementale – demeurent individuelles. Au surplus, un armistice semble trouvé à l'automne. Quant à l'U.D.F., Philippe Léotard en devient président, évinçant Alain Madelin comme Valéry Giscard d'Estaing. Il cherche à s'affirmer, mais sans lendemain, en demandant un infléchissement politique qui impliquerait des changements… Lire la suite
GISCARD D'ESTAING VALÉRY (1926-    )

Écrit par :  UniversalisGérard PONTHIEU

Dans le chapitre "Une seconde vie politique"  : …  avec d'autres formations d'inspiration libérale pour constituer le Parti républicain. Celui-ci, en 1979, deviendra la composante majeure de l'U.D.F., qui compte encore les clubs Perspectives et Réalités dont Valéry Giscard d'Estaing est le président-fondateur. Mais l'U.D.F., en 1988, choisira de soutenir la candidature de Raymond Barre et, en 1995… Lire la suite
LECANUET JEAN (1920-1993)

Écrit par :  Christian SAUVAGE

Après le remaniement ministériel qui écarte — six mois plus tard — les ministres politiques, Jean Lecanuet redevient sénateur (1977-1986) et prend pour dix ans (1978-1988) la direction d'un vaste rassemblement libéral et centriste, l'Union pour la démocratie française (U.D.F.), le parti du président Giscard d'Estaing, qui tente de faire contrepoids… Lire la suite
LEJEUNE MAX (1909-1995)

Écrit par :  Éric HINTERMANN

le Parti communiste, des radicaux, des centristes et des personnalités indépendantes comme Jacques Soustelle, Hubert Ginoux et le général Stehlin. Il fonde le Mouvement démocrate socialiste de France (M.D.S.F.) qui prendra plus tard, en 1982, le nom de Parti social-démocrate (P.S.D.) et sera une des composantes de l'U.D.F… Lire la suite
RAFFARIN JEAN-PIERRE (1948-    )

Écrit par :  Delphine DULONG

il est élu sénateur de la Vienne et conseiller municipal de Chasseneuil-du-Poitou. Il devient également secrétaire général de l'U.D.F. et, surtout, accède pour la première fois au gouvernement comme ministre des P.M.E., du Commerce et de l'Artisanat. C'est là que, pour avoir régulièrement délocalisé son ministère en province… Lire la suite
R.P.R. (Rassemblement pour la République)

Écrit par :  UniversalisChristian SAUVAGE

à l'élection présidentielle de 1988. Aux élections législatives qui suivent, où R.P.R. et U.D.F. présentent aux suffrages l'U.R.C., l'Union du rassemblement et du centre, la seconde formation devance, pour la première fois, la première et s'en sort mieux : 135 députés inscrits ou assimilés U.D.F. pour 131 R.P.R. (132 et 158, respectivement, dans l'… Lire la suite
U.M.P. (Union pour un mouvement populaire)

Écrit par :  Pierre BRÉCHONUniversalis

des années 1990, été structurée autour de deux grandes forces politiques, le R.P.R. et l'U.D.F., qui avaient pendant longtemps une force comparable dans l'électorat. La lutte à l'intérieur de la coalition de droite fut féroce, chaque partenaire voulant dominer l'autre. La droite française a fortement pâti de cette situation de division interne,… Lire la suite
VEIL SIMONE (1927-    )

Écrit par :  Catherine ACHIN

Dans le chapitre "Femme, ministre et européenne"  : …  S'ouvre alors l'important épisode européen de sa carrière politique. Elle mène une liste U.D.F. pour les premières élections européennes de 1979 – son baptême électoral –, et, soutenue par le président de la République, est élue première présidente du Parlement européen, poste qu’elle occupe jusqu'en 1982, un… Lire la suite

Afficher la liste complète (19 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.