BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

TYRANNIE, Grèce antique

3.  Les tyrannies de la fin de l'époque classique et de l'époque hellénistique

Grâce au poète comique Aristophane, on peut dater précisément de 422 le moment où la crainte de la tyrannie resurgit au premier plan des préoccupations athéniennes (Les Guêpes, 490-504). Cette inquiétude croît rapidement, si bien qu'en 415, lors des enquêtes menées sur deux graves sacrilèges, les Athéniens « rapportent tout à une conspiration oligarchique et tyrannique » (Thucydide, VI, 60). Alcibiade est tout particulièrement soupçonné de visées tyranniques. Hermocrate, le principal artisan de la victoire syracusaine sur la flotte athénienne, en 413, est lui aussi soupçonné et banni. Après quelques succès contre les Carthaginois, il tente en 408 un coup de force, qui échoue.

Deux ans plus tard, un ancien compagnon d'Hermocrate, Denys (connu comme Denys l'Ancien), dénonce vigoureusement l'incapacité des stratèges syracusains face aux Carthaginois, les fait condamner à mort pour trahison et se fait élire lui-même stratège unique, avec les pleins pouvoirs. Un peu plus tard, il organise un faux attentat contre lui-même (comme Pisistrate) et se fait accorder des gardes du corps. En 405, il conclut avec les Carthaginois un traité qui leur abandonne une grande partie de la Sicile. L'essentiel est pour lui d'obtenir un répit pour consolider son pouvoir personnel, puis tenter de prendre sa revanche militaire. Pendant son long règne, qui dure jusqu'en 367, Denys mène trois guerres contre les Carthaginois, avec des succès divers. Ses adversaires l'ont accusé de n'avoir pas voulu chasser totalement les Carthaginois de Sicile, parce que le danger que représentaient ces derniers poussait les Grecs établis dans l'île à accepter sa tyrannie. Son impérialisme s'étend bien au-delà de la Sicile, en Calabre et jusque dans l'Adriatique. Alors que les riches cavaliers de Syracuse se montrent les plus résolus de ses adversaires, Denys accorde la citoyenneté à un certain nombre d'esclaves affranchis, afin de s'assurer leur appui dans le peuple. Il prend auss[...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  9 pages…

 

Pour citer cet article

CARLIER, « TYRANNIE, Grèce antique  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tyrannie-grece-antique/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« TYRANNIE, Grèce antique » est également traité dans :

ACROPOLE D'ATHÈNES
Dans le chapitre "L'Acropole géométrique et archaïque"
AGATHOCLE (-359 env.--289)
AGRIGENTE
Dans le chapitre "Évolution historique"
ARISTOTE
Dans le chapitre "La politique"
DE LA TYRANNIE (L. Strauss) et CORRESPONDANCE (L. Strauss-A. Kojève)
GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin
Dans le chapitre "La période archaïque"
GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grande-Grèce
Dans le chapitre "Développement de l'agriculture et du commerce"
GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque
Dans le chapitre "Les organes de la cité"
GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque
Dans le chapitre "Religion et contradiction sociale"
MILL JOHN STUART (1806-1873)
Dans le chapitre "La liberté : respect du non-conformisme"
MONARCHIE
PISISTRATE (-600 env.--528)
POLITIQUE - La philosophie politique
Dans le chapitre "Aristote"
POLYCRATE (mort en -522) tyran de Samos (-538 env.--522)
SICILE
Dans le chapitre "L'âge d'or de la Sicile grecque (VIe-Ve siècle av. J.-C.)"
TOCQUEVILLE ALEXIS DE (1805-1859)
Dans le chapitre "Les risques de la démocratie"
TYRANNICIDE
TYRANNIE DE PISISTRATE ET DE SES FILS

Afficher la liste complète (18 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.