BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

Chiffres du MondeAltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

TROPES, linguistique

La taxinomie des ornements rhétoriques (il faut bien avoir recours à cette périphrase, puisque, dès les Anciens, on estime que le trope porte sur le mot, et la figure sur le groupe de mots) pose des problèmes tant historiques (l'histoire des classements) que théoriques (le fondement des classements). En cette matière, les deux extrêmes sont imaginables : depuis l'énumération fastidieuse de chaque figure jusqu'à une structuration autour de deux, voire un ou trois pôles. La démarche linguistique a induit cette dernière attitude, fréquente chez les Modernes : la dichotomie métaphoro-métonymique s'appuie chez R. Jakobson sur la distinction saussurienne entre paradigme et syntagme. Encore y a-t-il, chez plus d'un rhétoricien d'aujourd'hui, la tentation de réduire cette démarche à une procédure en soi... métaphorique, tandis que, chez d'autres, on trouve simpliste ce manichéisme qui fait de la synecdoque un résidu ou un trope sans véritable originalité. Féconde cependant pour élaborer une stylistique de l'inconscient, l'opposition structurale entre les deux types de figures pressenties par Freud lorsqu'il parlait de condensation et de déplacement revenait en force dans la théorie lacanienne du sujet énonciateur, mais la balance penchait cette fois en faveur de la métonymie, loi interne de la combinatoire du discours et de l'expression du désir.

On peut aisément s'expliquer l'intérêt porté à ce champ conceptuel par tous ceux qui étudient le fonctionnement de la parole : il s'agit d'apporter un complément non négligeable à la seule théorisation pendant longtemps possible, celle de la langue ; ce n'est pas par anachronisme que sont repris ici les termes de l'opposition saussurienne : de ce point de vue, elle s'inscrit dans la ligne de la métaphysique, et tout le classicisme, d'Aristote à Fontanier, s'est efforcé de décrire, à côté de la base même de la communication, le degré zéro du style, l'écart qui caractérisait les « manières de parler », ars dicendi. Or un certain renve […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« TROPES, linguistique » est également traité dans :

ARTS POÉTIQUES

Écrit par :  Alain MICHEL

Dans le chapitre "La scolastique et l'humanisme"  : …  , mais reprennent aussi ce que le poète latin avait rejeté : l'étude des figures. À partir des *tropes, ils réfléchissent sur le sens figuré, qui fonde ce qu'ils appellent l'ornata difficultas. L'ornata facilitas réside au contraire dans les tropes qui tendent à souligner le sens propre. L'ensemble de ces procédés, qui sont… Lire la suite
FONTANIER PIERRE (1768-1844)

Écrit par :  Robert SCTRICK

… *Éditeur en 1818 du Commentaire des tropes de Du Marsais et auteur de deux ouvrages — étroitement liés dans son esprit et destinés à constituer un unique Traité général — sur les figures du discours, Manuel classique pour l'étude des tropes (1821) et Des figures autres que tropes (1827), Pierre Fontanier est… Lire la suite
MARSAIS CÉSAR CHESNEAU sieur Du (1676-1756)

Écrit par :  Michel BRAUDEAU

… *Oratorien, puis avocat à Paris, Du Marsais fut précepteur dans plusieurs familles nobles avant de publier sa Méthode raisonnée pour apprendre la langue latine, qui renouvelle considérablement, au moins sur le plan théorique, les méthodes d'enseignement. La parution, en 1730, du Traité des tropes, ou des différents sens dans lesquels onLire la suite
MÉTAPHORE

Écrit par :  Jean-Yves POUILLOUX

Dans le chapitre "La tradition classique"  : …  a été énoncée par Pierre Fontanier dans Les Figures du discours (1821). Sous le nom de « *tropes », Fontanier range les figures de signification portant sur un seul mot ; « il existe, dit-il, trois genres principaux selon le type de rapport entre la première idée attachée au mot et l'idée nouvelle qu'on y attache » : un rapport de… Lire la suite
MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

Écrit par :  Alain MICHEL

Dans le chapitre "Splendeur créatrice de la latinité romane (XIe-XIIe s.)"  : …  figures. Effectivement, par le jeu des transpositions, des imitations directes ou inversées, des « *tropes » (puisque ce mot signifie « tours »), on peut, sur le même sujet, exprimer des significations diverses. Par de tels moyens, les poètes deviennent maîtres de combiner les sens ou les procédés opposés, d'en montrer la complémentarité. La… Lire la suite
PUTTENHAM GEORGE (1529 env.-env. 1590)

Écrit par :  Henri FLUCHÈRE

… *D'aucuns disent que c'est Richard, son frère, et non George, qui a écrit le célèbre traité de rhétorique The Arte of English Poesie publié sans nom d'auteur en 1589, par Richard Field, l'éditeur des poèmes de Shakespeare. On ne sait rien des Puttenham, sinon que leur mère était la sœur de sir Thomas Elyot, auteur d'un livre d'éducation… Lire la suite

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média