BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

TOURBIÈRES

Biotopes très originaux, les tourbières sont des écosystèmes continentaux formés d'hygrophytes dont la croissance, dans certaines conditions climatiques, parfois topographiques, engendre l'accumulation d'importantes quantités de matière végétale. Celle-ci, après une diagenèse modérée, biochimique et mécanique, forme une roche combustible renfermant jusqu'à 50 p. 100 de carbone, la tourbe. Celle-ci a joué naguère, dans certains pays nordiques, un grand rôle économique : combustible médiocre, mais abondant et bon marché, litière pour le bétail, amendement organique, et même matériau de construction isolant, précieux dans les pays froids. Les besoins en tourbe ont beaucoup diminué, bien qu'elle reste irremplaçable en horticulture et que l'appauvrissement des sols en matière organique nécessite de plus en plus son utilisation en agriculture.

De tout temps, mais surtout récemment, l'homme a cherché à rendre cultivables, à « assainir » les marais où se forme la tourbe ; et cela pour des motifs moins rationnels que psychologiques : les tourbières, seules ressources de populations économiquement attardées, seraient par leur simple présence le signe d'un mode de vie archaïque et condamné. Idée simpliste et à courte vue, notamment dans nos régions tempérées, où les tourbières doivent être considérées comme des milieux d'un grand intérêt scientifique, des refuges de faune et de flore, et même un capital touristique par leurs paysages végétaux insolites et magnifiquement colorés. Leur protection constitue un impératif absolu ; même dans les grandes régions de tourbières, il serait souhaitable que leur « mise en valeur » agronomique, pour autant qu'il s'agisse d'une nécessité fondamentale, soit, avant toute action, étudiée dans ses conséquences, et qu'une partie convenablement choisie du territoire concerné soit, effectivement, préservée.

1.  Caractéristiques

Tout marécage n'est pas une tourbière. Pour être une tourbe, le dépôt palustre doit renfermer au minimum 20 p. 100 de matière organique s […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  5 pages…

Pour citer cet article

Marcel BOURNÉRIAS, « TOURBIÈRES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tourbieres/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« TOURBIÈRES » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Géographie) - Aspects naturels et héritages

Écrit par :  François REITEL

Dans le chapitre "Les différents milieux à l'ouest de l'Elbe"  : …  (169 m) que le paysage naturel est le mieux conservé (parc naturel). Les Moore (*tourbières) correspondent aux régions basses, envahies par les sphaignes. Les tourbières les plus nombreuses se trouvent à l'ouest de la Weser. Le Bourtanger Moor est la plus grande, 1 400 kilomètres carrés, dont 1 000 kilomètres carrés en R.F.A. La… Lire la suite
DRENTHE

Écrit par :  Claude MOINDROT

… *L'une des onze provinces des Pays-Bas (2 680 km2) dans la partie nord-est du pays, la Drenthe est, avec 486 200 habitants en 2007, la moins densément peuplée de toutes (densité : 183 hab./km2) et la moins urbanisée. Le sol est particulièrement ingrat. Les glaciers quaternaires ont laissé des monticules de sables et de graviers… Lire la suite
PAYSAGE HISTOIRE DU

Écrit par :  Philippe LEVEAU

Dans le chapitre "Fondements d'une histoire du paysage"  : …  technicienne. À partir du xie siècle, les paysans s'intéressèrent au saltus des *tourbières pour en entreprendre la conquête agricole. Des fossés furent construits dans les tourbières, et ces dernières, asséchées, commencèrent à s'affaisser. On se mit alors à construire des digues, des barrages, des canaux, on créa des polders,… Lire la suite
PAYS-BAS

Écrit par :  Frédéric MAUROGuido PEETERSArnault SKORNICKI UniversalisChristian VANDERMOTTEN

Dans le chapitre " Géographie"  : …  fluviatiles. On trouve également, dans ces parties les plus basses du pays, de vastes dépôts de *tourbe, recouvrant des alluvions marines, en particulier en Hollande et en Frise ; ces tourbières basses, humides, s'opposent aux tourbières sèches que l'on rencontre de-ci de-là dans l'est du pays. Cette zone basse occidentale est séparée de la mer… Lire la suite
SEL

Écrit par :  Jean Claude HOCQUET

Dans le chapitre "Des techniques traditionnelles variées"  : …  e siècle en Normandie et jusqu'en 1953 au Japon sur les rivages de la mer Intérieure. Dans *la tourbe salée du littoral, en Zélande ou sur les rivages de la Frise et les côtes orientales de l'Angleterre, on découpait des briquettes à brûler, pour en recueillir la cendre, dissoudre et filtrer le sel qu'elle contenait, chauffer la saumure… Lire la suite

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média