BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

IONIQUES STRUCTURES

1.  Rayons ioniques

W. L. Bragg en 1920, puis V. M. Goldschmidt en 1926, étudiant de manière systématique un grand nombre de structures ioniques, montraient que les ions pouvaient être considérés comme des sphères électriquement chargées possédant des rayons bien caractéristiques et constants ; en particulier, dans la série des halogénures alcalins, les variations régulières des distances internucléaires cation-anion, obtenues avec précision à partir de leurs paramètres cristallins déterminés par diffraction X (cf. cristaux Cristallographie), étaient en bon accord avec cette hypothèse. Ces valeurs ne permettaient cependant pas à elles seules la connaissance des divers rayons ioniques ; la détermination préalable du rayon d'un ion particulier s'imposait donc.

A. Landé supposait alors que, dans la structure de l'iodure de lithium correspondant au plus petit cation Li+ et au plus gros anion I-, les sphères anioniques étaient en contact ; il en déduisait immédiatement le rayon de l'ion I-, qui, dans ce cas, conditionnait seul l'arête de la maille du cristal de LiI. Dès lors, de proche en proche, l'ensemble des rayons ioniques pouvait être déterminé.

D'autres méthodes de partage des distances internucléaires furent ensuite proposées, en particulier par Goldschmidt ; elles conduisirent à des résultats très voisins de ceux de Landé. Le tableau ci-après rassemble les valeurs des rayons de quelques ions.

L. Pauling, quelques années plus tard, proposa une méthode de calcul plus théorique fondée sur l'influence de la charge nucléaire effective Zeff sur la distribution des électrons périphériques d'un ions. D'autres physiciens ont proposé, depuis, d'autres méthodes plus élaborées de calcul direct ; les résultats ne diffèrent pas sensiblement de ceux de Goldschmidt ou de Landé.

La possibilité de déterminer la densité électronique en tout point d'un cristal permet actuellement de tracer une véritable carte de cette densité électronique, comme celle qui est représentée sur la figure ; l'in […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  3 pages…

Pour citer cet article

Michel POUCHARD, « IONIQUES STRUCTURES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/structures-ioniques/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« IONIQUES STRUCTURES » est également traité dans :

ALUNS
CÉSIUM
Dans le chapitre "Propriétés"
CRISTAUX
Dans le chapitre "Les structures ioniques"
MATIÈRE (physique) - État solide
Dans le chapitre "Les solides ioniques"
MÉTAUX - Métaux alcalins
Dans le chapitre "Propriétés"
STÉRÉOCHIMIE - Stéréochimie inorganique
Dans le chapitre "Essai de prédiction de structure"
SUPERCONDUCTEURS IONIQUES
TRACES ÉLÉMENTS EN
Dans le chapitre "Éléments en traces non exprimés minéralogiquement"

Afficher la liste complète (8 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média