BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

DAGERMAN STIG (1923-1954)

Les convulsions de la Seconde Guerre mondiale ne pouvaient laisser indifférente la Suède, restée officiellement neutre. Dès 1941 se dessinait à travers les revues l'école dite des années quarante (40-tal, qui sera aussi le titre de la revue porte-parole de ces écrivains, 1944-1947), qui reprenait les grands thèmes existentialistes (angoisse, crainte, pessimisme), exigeait l'engagement — notamment politique — de l'écrivain tout en revendiquant un renouvellement radical de la forme, dans la ligne des recherches françaises et anglaises. Le plus représentatif des jeunes écrivains de grand talent qui firent le 40-tal est certainement Stig Dagerman. Fils de carrier, originaire du nord de la Suède, il débutera dans la vie par une activité de syndicaliste de gauche qui l'amènera à écrire dans le journal ouvrier Arbetaren, où il publiera aussi des Éphémérides et un très émouvant reportage sur la condition de l'Allemagne de l'immédiat après-guerre, Automne allemand (1946) : au lieu de stigmatiser la faute allemande, il se penche sur la misérable situation du peuple vaincu. En même temps, il ouvre son œuvre romanesque avec Le Serpent (1945) qui, derrière une dénonciation du scandale que représente à ses yeux la neutralité suédoise, se veut un livre symbolique où l'auteur entend « regarder l'angoisse dans les yeux au lieu de s'esquiver en rampant dans [...] la mystique infantile », en finir avec le subjectivisme complaisant pour traiter sans aménité de la condition de l'homme d'aujourd'hui. Sous des affabulations diverses, dans une langue d'une étonnante force de persuasion, on retrouvera cette volonté de ne pas ruser avec les problèmes urgents de l'ici et du maintenant dans des romans, parfois presque allégoriques, comme L'Île des condamnés (1947), Les Jeux de la nuit (1947), l'insoutenable Enfant brûlé (1948), le farcesque Ennuis de noces (1949), ou encore dans un drame comme Le Condamné à mort (1947). Par la suite, Dagerman ne produira plus que des pièces pour le théâtre ou  […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

 

Pour citer cet article

Régis BOYER, « DAGERMAN STIG - (1923-1954)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stig-dagerman/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« DAGERMAN STIG (1923-1954) » est également traité dans :

SUÈDE

Écrit par :  Régis BOYERMichel CABOURETMaurice CARREZGeorges CHABOTJean-Claude MAITROTJean-Pierre MOUSSON-LESTANGLucien MUSSETClaude NORDMANNJean PARENT Universalis

Dans le chapitre "Les Temps modernes"  : …  Erik Lindegren (1910-1968), dans L'Homme sans voie (1942), la clé d'une sagesse perdue. *Mais désespoir et suicide guettent des engagements comme celui de Stig Dagerman (1923-1954), auteur du Serpent (1945) et de L'Enfant brûlé (1948). Dagerman assume avec force cette littérature dite des années 1940 (Fyrtiotalister),… Lire la suite

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.