BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

SOPHISTES

Ce sujet est traité dans les articles suivants :

1.  SOPHISTIQUE

Écrit par : Jacques BRUNSCHWIGBarbara CASSIN

La sophistique est d'abord ce mouvement de pensée qui, à l'aube présocratique de la philosophie , séduisit et scandalisa la Grèce entière. Hegel qualifie les premiers sophistes, dans l' Athènes de Périclès, de « maîtres de la Grèce » : au lieu de méditer sur l' être comme les Éléates , ou sur la nature comme les physiciens d'Ionie, ils choisissent… Lire la suite
2.  ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

Écrit par : Pierre AUBENQUE

Dans le chapitre "La philosophie à Athènes aux Ve et IVe siècles avant J.-C."  : … dans la seconde moitié du ve siècle, un type nouveau d'intellectuels, les sophistes. Ce titre, qui n'avait rien de désobligeant, désignait moins un courant doctrinal qu'une profession : les sophistes sont des professeurs qui enseignent, moyennant rétribution, l'ensemble des connaissances utiles à la réussite sociale. Or l'important n'est pas la… Lire la suite
3.  CONFUCIUS & CONFUCIANISME

Écrit par :  ETIEMBLE

Dans le chapitre "Les écoles combattantes"  : … du concept (avec sa compréhension et son extension) ainsi qu'une philosophie de la contradiction. Sous les Royaumes combattants, les sophistes s'appelaient les philosophes du xing ming, c'est-à-dire ceux qui établissent des rapports entre les noms (ming) et les substances (xing) ; moins contestable est leur autre désignation :… Lire la suite
4.  DION CHRYSOSTOME DIO COCCEIANUS dit (40-120)

Écrit par : Marcel BÉNABOU

Le rhéteur grec Diôn ho Khrusostomos (Dio Cocceianus), à qui sera donné le surnom de Chrysostome (c'est-à-dire Bouche d'or), est né à Pruse en Bithynie, dans une famille riche. Il reçoit une bonne éducation qui lui permet de débuter comme rhéteur et de connaître le succès. Mais des difficultés l'amènent à quitter sa patrie et à se rendre à Rome,… Lire la suite
5.  ESTHÉTIQUE - Histoire

Écrit par : Daniel CHARLES

Dans le chapitre "Du visible à l'invisible"  : … et éléates ont en commun d'être insupportablement édifiants ; les sophistes vont récuser à la fois l'allégorisme et la catharsis. Il n'existe pas plus, à les entendre, de Beauté en soi ou d'Être que de valeur thérapeutique de la musique ou de l'art en général. Ce qui importe, c'est l'art de persuader, c'est-à-dire de tromper ; le seul critère… Lire la suite
6.  GORGIAS (-483 env.-env. -374)

Écrit par : Barbara CASSIN

Né en Sicile, dans la colonie chalcidienne de Léontinum, Gorgias est avec son contemporain Protagoras le plus ancien et le plus fameux de tous les sophistes. Diogène Laërce (VIII, 58-59) en fait le disciple d'Empédocle. Ses concitoyens l'envoyèrent en ambassade à Athènes en 427 pour demander de l'aide… Lire la suite
7.  GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque

Écrit par : François CHÂTELETPierre VIDAL-NAQUET

Dans le chapitre "Aristophane et les sophistes"  : … guerre. La vigne, le froment, l'amour, les dieux sont la nourriture naturelle de l'homme. Diamétralement opposée est la position des rhéteurs (qu'on nomme aussi sophistes). Un des thèmes qu'avaient développés Gorgias et Protagoras était celui du caractère conventionnel de la loi : à la sacralité ancienne, fondée sur la religion et devenue caduque,… Lire la suite
8.  GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

Écrit par : Joseph MOGENETJacqueline de ROMILLY

Dans le chapitre "La philosophie"  : … Après les recherches des premiers « physiciens », intéressés à la découverte rationnelle des principes de la nature, les sophistes se sont davantage tournés vers les problèmes qui concernent l'homme et la morale. Parmi eux, c'est surtout Socrate l'Athénien qui a eu l'influence la plus large, en orientant ses recherches et en fondant ses méthodes… Lire la suite
9.  INTÉRIORITÉ

Écrit par : Étienne BORNE

Dans le chapitre "Composante sceptique et composante mystique"  : … embarras, contemporain de ses origines. La grandeur, le plus souvent méconnue, des sophistes est d'avoir découvert la subjectivité humaine et su tirer toutes les conséquences de cette découverte. L'homme qui est « la mesure de toutes choses » est cet homme intérieur dont la subjectivité condamne à l'irréalité toutes ces importances – divinement… Lire la suite
10.  MAÎTRES DE SAGESSE (Grèce antique)

Écrit par : Luc BRISSON

Dans le chapitre "Mythe et savoir"  : … À partir du milieu du ve siècle, les sophistes, qui utilisent cette technique discursive nouvelle à laquelle on donne le nom de « rhétorique », vont disputer aux poètes l'honneur de transmettre ce savoir universel : sophistēs, on le sait, dérive de… Lire la suite
11.  MÉGARIQUE ÉCOLE

Écrit par : Olivier JUILLIARD

Du chef de l'école de Mégare, Euclide, aucun texte ne nous est parvenu ; l'enseignement du maître et celui de ses successeurs à la tête de l'école, Eubulide, Alexinus, Diodore Cronos, nous sont seulement connus par des allusions et des critiques de Platon, d'Aristote, de… Lire la suite
12.  PARMÉNIDE (-VIe-Ve s.)

Écrit par : Clémence RAMNOUX

Dans le chapitre "Les Routes"  : … l'inconsistance de l'homme. Ces lois extrêmement simples formulent pour la première fois l'exigence de ne pas se contredire. La manière sophistique consista, au contraire, à renverser les propositions de toutes sortes de manières, pour essayer les pensées qu'elles forment ou qui s'ensuivent. C'est ainsi qu'un Gorgias prononcera d'entrée de jeu… Lire la suite
13.  PHILOSOPHIE

Écrit par : Jacques BILLARDJean LEFRANCJean-Jacques WUNENBURGER

Dans le chapitre "Réduction linguistique"  : … La sophistique n'était pas seulement caractérisée par ce que nous appellerions un relativisme culturel, mais aussi et peut-être principalement par une philosophie du langage. Le succès des plus célèbres sophistes semble avoir reposé sur leur virtuosité dans les jeux rhétoriques interchangeables ; mais, au-delà de la recherche d'un profit… Lire la suite
14.  PHYSIS

Écrit par : Pierre AUBENQUE

Dans le chapitre "Nature et art, nature et loi"  : … e siècle avant J.-C., apparaît, notamment chez ceux qu'il est convenu d'appeler les sophistes, le sentiment nouveau d'une opposition entre la nature, qui vient de Dieu ou est en tout cas autonome, et la loi, qui est le fait de l'homme. Par « loi » (νομ́ος), il faut ici entendre tout ce qui est de l'ordre de la convention et… Lire la suite
15.  PLATON

Écrit par : Monique DIXSAUT

Dans le chapitre "La question du savoir"  : … est pas savant celui qui dispose d'une technique particulière. Le sophiste l'a compris, qui prétend, grâce à sa maîtrise du discours, à un savoir total. Se laisser persuader par lui, c'est vivre dans la Caverne : c'est lui qui manipule les figurines dont les prisonniers, enchaînés par leur ignorance, voient défiler les reflets sur la paroi, en… Lire la suite
16.  POLITIQUE - La philosophie politique

Écrit par : Éric WEIL

Dans le chapitre "La philosophie grecque"  : … et, grâce à cette observation, le rôle central du pouvoir. Les sophistes, il est vrai, ne s'intéressent pas à la question de son usage bon ou mauvais, mais ils constatent, omniprésente, la lutte pour le pouvoir : chacun désire les avantages que son détenteur en retire, richesse, considération, toutes les satisfactions des désirs humains. Ce qu'… Lire la suite
17.  PRODICOS (entre -470 et -460-apr. -399)

Écrit par : Barbara CASSIN

Sophiste ionien originaire de Julis, dans l'île de Céos, Prodicos est surtout connu par les dialogues de Platon. Socrate, le louant et le ridiculisant à la fois, dépeint Prodicos comme un frileux Tantale dont, tout omniscient, ou omnisage, et divin qu'il soit, la voix de basse produit un bourdonnement qui rend ses paroles… Lire la suite
18.  RAISON

Écrit par : Éric WEIL

Dans le chapitre "Des sophistes à Socrate"  : … Les sophistes expriment cette façon de penser. D'une part, ils s'adonnent à l'enseignement des techniques au sens le plus large (l'un d'eux se présente à Olympie dans un costume d'apparat dont il a façonné lui-même toutes les pièces, jusqu'à la bague qu'il porte à son doigt) ; d'autre part, ils se présentent comme maîtres du discours, non de celui… Lire la suite
19.  RHÉTORIQUE

Écrit par : Françoise DOUAY-SOUBLIN

Dans le chapitre "Racines antiques : rhètôr, l'orateur"  : … Quant au contenu initial de l'enseignement rhétorique, il est encore très divers chez les sophistes. Pour Gorgias, l'âme est de nature musicale, et seul le rythme, accordé à l'harmonie cosmique, peut impressionner la mémoire et mouvoir la volonté ; poétiques et même incantatoires, les figures gorgianiques restent proches de… Lire la suite
20.  SOPHISME

Écrit par : Françoise ARMENGAUD

Transcription du grec sophisma, désigne l'artifice de langage dont usait le sophiste de l'Antiquité, le raisonnement trompeur ou embarrassant pour l'interlocuteur, l'argumentation fallacieuse, voire la faute de raisonnement. Primitivement, c'est le tour d'adresse ingénieux, la… Lire la suite
21.  VÉRITÉ

Écrit par : Robert BLANCHÉAntonia SOULEZ

Dans le chapitre "De la distinction entre le vrai dans l'être et le vrai dans la pensée à la critique de la vérité comme adéquation"  : … Platon s'est employé à démontrer, à l'encontre des sophistes, que, en dehors de l'alternative entre dire vrai (ou, selon eux, dire ce qui est) et le silence d'un « ne pas dire » (quand il n'est pas, par eux encore, assimilé à du vain bruit), il y avait place pour un dire non vrai et un dire non vrai irréductible à un « ne pas dire », contrairement… Lire la suite

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.