BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

SÉNÉGAL, fleuve

Fleuve tropical qui se forme à Bafoulabé (Mali) par la réunion de deux rivières, le Bafing et le Bakoy. Son principal affluent, le Falémé, est situé sur la rive gauche. Les affluents de la rive droite, Kolimbiné et Karakoro, sont de faible importance.

Le Sénégal arrose un bassin de 450 000 kilomètres carrés et traverse plusieurs États : Guinée, Mali, Mauritanie, Sénégal. Son cours s'étend sur 1 640 kilomètres, dont près de 900 au Sénégal, de Kidira à Saint-Louis. Le cours supérieur du fleuve, qui s'étend sur 980 kilomètres et prend fin à Bakel, est fortement arrosé. De Bakel à Dagana (640 km), la vallée du Sénégal constitue la principale zone d'inondation du fleuve. Pendant la période des hautes eaux, il déborde de 15 à 20 kilomètres en fertilisant toute la vallée.

À partir de Dagana, le Sénégal coule entre des dunes et communique avec le lac Rhiz à droite et le lac de Guiers à gauche. Près de Dagana, un barrage sur le Taoué assure le remplissage de ces lacs, qui reçoivent le trop-plein du fleuve pendant les inondations et lui renvoient leurs eaux au moment de la décrue. Ensuite, le Sénégal se divise en plusieurs bras, formant des îles (sur l'une d'elles est bâti Saint-Louis) avant de se jeter dans l'océan Atlantique. De Saint-Louis à son embouchure, le fleuve n'est séparé de la mer que par une mince bande de sable de 130 à 200 mètres de largeur, appelée « langue de barbané ». La côte en cet endroit est sableuse et un cordon littoral, la « barre », en gêne l'accès ; les fonds marins sont irréguliers et des bancs de sable rendent la navigation délicate. C'est sur l'un de ces bancs de sable qu'est venue s'échouer la Méduse en 1816.

Le fleuve est navigable en tout temps jusqu'à Podor et pendant la période des hautes eaux jusqu'à Matam, au Sénégal, ou Kayes, au Mali. Il a un régime très irrégulier. En saison sèche (de décembre à mai), le débit du fleuve est inférieur à 5 mètres cubes par seconde. En période de crue (de juin à septembre), son débit peut osciller entre 2 000 et 5 000 mètres cubes par seconde à Saint-Louis. […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

Pour citer cet article

Hélène WARGNIER, « SÉNÉGAL, fleuve  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/senegal-fleuve/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« SÉNÉGAL, fleuve » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

Écrit par :  Roland POURTIER

Dans le chapitre "Les eaux "  : …  à la production énergétique et à l'irrigation ont été réalisés, dans le cadre de l'Organisation pour* la mise en valeur du fleuve Sénégal (O.M.V.S.) regroupant le Sénégal, le Mali et la Mauritanie : le barrage de Diama, proche de l'embouchure, empêche la remontée d'eaux salées, celui de Manantali, au Mali, est destiné à la production hydroélectrique… Lire la suite
CASAMANCE

Écrit par :  Universalis

… La Casamance est une région du Sénégal qui entoure le* fleuve éponyme entre l'enclave de la Gambie, au nord, et la frontière de la Guinée-Bissau, au sud. Le climat y est humide, avec d'abondantes précipitations au sud. Le cours inférieur du fleuve Casamance forme un estuaire à la végétation luxuriante, où prédominent les mangroves, les palmiers à… Lire la suite
MAURITANIE

Écrit par :  Jean-Louis BALANSPierre BOILLEYFrançois BOST Universalis

Dans le chapitre " Géographie"  : …  principales villes du pays, Nouakchott et Nouâdhibou. Enfin, à l'extrême sud serpente le fleuve *Sénégal, l'unique cours d'eau permanent de la Mauritanie, qui fait la frontière avec le pays éponyme. La présence en abondance d'alluvions fertiles dans le lit majeur du fleuve fait de cette large vallée une région traditionnellement recherchée par… Lire la suite
SÉNÉGAL

Écrit par :  François BOSTVincent FOUCHER

Dans le chapitre " Géographie"  : …  plateaux dépassant rarement 100 mètres d'altitude. Deux fleuves importants traversent le pays. Le *Sénégal, d'une part, qui a donné son nom au pays, est long de 1 750 kilomètres et sert de frontière avec la Mauritanie. Il prend sa source dans le massif du Fouta-Djalon (Guinée) et se jette dans l'Atlantique à Saint-Louis. Déroulant ses méandres… Lire la suite

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média